INONDATIONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Inondations et réchauffement climatique

Le menhir d'Er Lannic, dans le golfe du Morbihan, est riche d'enseignements. Érigé sur la terre sèche vers 4 000 ans avant J.-C., ce monument mégalithique montre aujourd'hui, à marée basse, une base couverte de goémon. On estime ainsi que le niveau de la mer est monté de 6 mètres depuis son érection.

En observant les colonnes du temple de Sérapis à Pouzzoles, à 12 kilomètres au nord-ouest de Naples, on peut remarquer, jusqu'à une hauteur de 3 mètres environ, les traces laissées par des mollusques marins lithophages, témoignant d'une ancienne immersion postérieure à l'époque romaine. Aujourd'hui, la mer est remontée, noyant de nouveau le pied des colonnes.

En 1991, un plongeur, Henri Cosquer, découvre dans une calanque marseillaise une grotte ornée, qui porte son nom depuis, par 40 mètres de profondeur. Les peintures préservées dans la partie supérieure et émergée de la grotte datent de 20 000 ans. À cette époque, au maximum de la dernière glaciation (des pingouins sont dessinés sur les parois), l'entrée de la galerie était située à 60 mètres au-dessous du niveau de la mer actuel.

Ces trois exemples, parmi bien d'autres, illustrent remarquablement une évidence : le niveau de la mer varie. Ces fluctuations peuvent être dues à des phénomènes géologiques (affaissement ou soulèvement du sol) ou à des changements climatiques. Ce sont ces derniers qui préoccupent actuellement.

L'effet de serre est dû à la présence, dans l'atmosphère, de certains gaz (comme le gaz carbonique et le méthane) qui absorbent et renvoient le rayonnement thermique issu de la Terre et réchauffent ainsi celle-ci. L'effet de serre est nécessaire ; sans lui, la température moyenne à la surface du globe serait de – 20 0C. En revanche, une augmentation de la teneur naturelle en gaz à effet de serre (GES) entraîne un réchauffement et donc des changements climatiques. Or les activités humaines sont productrices de ces gaz : les températures ont augmenté plus vite pendant les cent dernières années qu'au cours des dix mille ans précédents. Le niveau moyen des mers a monté d'environ 20 centimètres depuis 1900. Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (G.I.E.C.) est parvenu à la conclusion dans son quatrième rapport en 2007 que l'on peut craindre une accélération de la montée des eaux avec le réchauffement océanique, soit une vingtaine de centimètres supplémentaires d'ici à 2050, 50 centimètres avant 2100, voire plus si la fonte des glaces continentales s'accélère.

La fonte de l'eau stockée sur la seule calotte glaciaire antarctique provoquerait une élévation du niveau des mers de 70 mètres, l'apport serait de 7 mètres pour le Groenland et de seulement 35 centimètres pour l'ensemble des glaciers de montagne. À court terme, un tel scénario catastrophique n'est pas à craindre. À plus long terme, en revanche, le risque d'une débâcle partielle de la calotte antarctique ne peut être écarté. Le déversement d'énormes icebergs dans les mers australes, comme ceux qui sont observés depuis le début des années 1990, pourrait causer une élévation de plus d’un mètre du niveau des mers, avant leur fonte éventuelle, de quoi recouvrir de nombreuses régions habitées. À ce processus s'ajouterait l'expansion thermique des océans, l'eau plus chaude occupant plus de volume que l'eau froide. De plus, même une montée limitée du niveau moyen de la mer augmente les risques d'inondations lors de surcotes liés aux cyclones ou aux fortes tempêtes.

Les incertitudes des modèles pour ce plus long terme sont trop grandes pour affirmer quoi que ce soit. Mais si les conditions actuelles ne varient guère, il est raisonnable de penser qu'à la fin du xxie siècle, nous risquons d'être confrontés à une élévation du niveau de la mer comprise entre 30 et 100 centimètres par rapport au niveau actuel. On imagine facilement quelles conséquences entraînerait une montée des eaux d’un mètre par siècle. Non seulement les régions gagnées sur la mer, comme les Pays-Bas, seraient menacées mais également toutes les régions basses comme les deltas de grands fleuves, le Nil, le Niger ou le Gange, régions très peuplées en général puisque plus fertiles que les terres avoisinantes. Une montée des eaux de seulement 50 centimètres submergerait une grande partie [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

Les crues et le lit majeur des rivières

Les crues et le lit majeur des rivières
Crédits : VMGROUP

vidéo

Crue de fleuve à Francfort-sur-le-Main (Allemagne)

Crue de fleuve à Francfort-sur-le-Main (Allemagne)
Crédits : Fabian Sommer/ picture alliance/ Getty Images

photographie

Les divers types de crues et les inondations dans le Gard en septembre 2002

Les divers types de crues et les inondations dans le Gard en septembre 2002
Crédits : VMGROUP

vidéo

Crue subite au Pakistan

Crue subite au Pakistan
Crédits : Asif Hassan/ AFP

photographie

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en sciences de la Terre, concepteur de la collection La Science au présent à la demande et sous la direction d'Encyclopædia Universalis, rédacteur en chef de 1997 à 2015

Classification

Autres références

«  INONDATIONS  » est également traité dans :

INONDATIONS EN FRANCE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 1 368 mots
  •  • 2 médias

Fin mai et début juin 2016, de nombreuses crues et inondations ont affecté une grande partie de l’Europe, provoquant dix-neuf morts et d'importants dégâts matériels en particulier en Allemagne, en France, en Belgique, en Suisse, en Autriche, en Moldavie et en Roumanie. En France, où l’on a enregistré cinq décès et vingt-quatre blessés, les secours ont dû […] Lire la suite

ACCUMULATIONS (géologie) - Accumulations continentales

  • Écrit par 
  • Roger COQUE
  •  • 5 059 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Accumulation en périodes de stabilité »  : […] Toute cause susceptible de provoquer un ralentissement du flot entraîne un état de surcharge. Un cas banal est celui du débordement des crues dans le lit d'inondation. Le freinage provoqué par la diminution de la profondeur et le rôle de piège joué par la végétation arborée et buissonnante des rives déclenchent l'édification de levées naturelles ou bourrelets de rive , entre le lit mineur (ou o […] Lire la suite

BANGLADESH

  • Écrit par 
  • Alice BAILLAT
  •  • 8 391 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un milieu naturel fertile, mais vulnérable »  : […] Une grande partie des terres du Bangladesh se trouvent à moins de 12 mètres au-dessus du niveau de la mer, et les zones côtières se situent à moins de 2 mètres : il est donc un des pays les plus plats du monde. Plateaux et collines ne représentent que 20 p. 100 de sa superficie, et se situent essentiellement dans le nord-est (région de Sylhet) et dans le sud-est du pays (Chittagong Hill Tracts). À […] Lire la suite

BHOLA (cyclone de)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 1 247 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le nord du golfe du Bengale, une région fréquemment soumise aux inondations »  : […] Au nord du golfe du Bengale, le Bangladesh et le Bengale-Occidental (un État de l’Inde) sont en grande partie occupés par le delta du Gange-Brahmapoutre et se trouvent régulièrement confrontés à d’importantes inondations, conséquences des débordements de ces fleuves, en particulier au moment de la fonte des glaces de l’Himalaya, du passage de cyclones tropicaux ou des pluies de mousson. Du fait de […] Lire la suite

CAMBODGE

  • Écrit par 
  • Philippe DEVILLERS, 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Christian LECHERVY, 
  • Solange THIERRY
  • , Universalis
  •  • 25 820 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Une organisation du territoire orientée vers les pôles extérieurs »  : […] Le territoire cambodgien s'organise autour d'une vaste plaine entourée de plateaux, une pédiplaine, ancienne et érodée, dont la monotonie est parfois interrompue par des phnom , des reliefs peu élevés mais abrupts, d'une altitude de 100 à 600 mètres. La plaine est fermée au sud-ouest par les monts du Sud-Cambodge qui culminent à 1 800 mètres, au nord par l'escarpement des Dangrek, à l'est par les […] Lire la suite

CATASTROPHE DE VAISON-LA-ROMAINE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CHALON
  •  • 640 mots
  •  • 1 média

Le 22 septembre 1992, après un épisode de pluies diluviennes, l'Ouvèze, une rivière qui coule des Baronnies jusqu’au Rhône au travers du Vaucluse, dévastait tout sur son passage et en particulier la ville de Vaison-la-Romaine, provoquant de nombreuses victimes et d’importants dégâts matériels. Le 21 septembre 1992, un front pluvieux se déplaçant vers l’est avait déjà déversé de fortes précipitati […] Lire la suite

CATASTROPHES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 7 340 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La prise de risque »  : […] La prise de risque suppose une bonne perception du risque et s'appuie sur la fiabilité, ou non, de la prévision de tel ou tel événement. L'avis du scientifique est toujours sollicité mais non déterminant, car d'autres critères, en particulier économiques, influent sur les prises de décision des autorités responsables. Les prises de risque individuelles peuvent être d'ordre sociologique (alcoolisme […] Lire la suite

CATASTROPHES NATURELLES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 2 845 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « Les catastrophes climatiques »  : […] On regroupe sous cette appellation les inondations, les sécheresses, les cyclones, les tornades et les trombes ainsi que les crises climatiques. Une inondation est le recouvrement de terres par de l’eau (douce ou salée). Il en existe plusieurs causes : d’un côté, les crues, qu’elles soient dues à des précipitations sur de longues périodes ou à de fortes pluies d’orage ; de l’autre, les cyclones […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE

  • Écrit par 
  • Robert KANDEL
  •  • 8 798 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Davantage d'événements météorologiques extrêmes »  : […] Ces difficultés dans les projections des changements concernant les flux moyens (annuels, saisonniers) de l'eau rendent déjà bien difficile la préparation d'une adaptation nécessaire aux changements à venir. En outre, si les flux moyens conditionnent les possibilités d'épanouissement de la biosphère naturelle comme celles de l'agriculture et de l'élevage, il faut aussi tenir compte de la variabili […] Lire la suite

CHANGEMENT CLIMATIQUE - Aspects scientifiques

  • Écrit par 
  • Jean JOUZEL
  •  • 4 364 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Risques et impacts futurs liés au changement climatique »  : […] L’influence de l’homme sur le système climatique est clairement établie. Le changement climatique amplifiera les risques existants et créera de nouveaux risques pour les systèmes naturels et humains. Les principaux risques qui se posent dans les divers secteurs et régions peuvent être associés à cinq motifs de préoccupation avec un niveau de risque supplémentaire, d’indétectable à très élevé, d’au […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

15 février 2022 Brésil. Glissements de terrain meurtriers.

De fortes précipitations entraînent des inondations et des glissements de terrain qui provoquent la mort d’au moins deux cents personnes à Petropolis, dans l’État de Rio de Janeiro. Au cours des trois mois précédents, le pays a été touché par des précipitations d’une ampleur exceptionnelle qui ont fait des dizaines de morts, notamment dans les États de Bahia et du Minas Gerais. […] Lire la suite

18 janvier 2022 Indonésie. Adoption du projet de transfert de la capitale à Bornéo.

Cette décision, qui avait été annoncée en août 2019 par le président Joko Widodo, est justifiée par la pollution et surtout par l’enfoncement de la zone côtière où se situe Djakarta, qui entraîne des inondations de plus en plus fréquentes. La nouvelle capitale, qui doit être construite par étapes jusqu’en 2045, se nommera Nusantara. […] Lire la suite

3 décembre 2021 Belgique. Soutien de la Banque européenne d'investissement à la Wallonie.

L’exécutif de la région wallonne et la Banque européenne d’investissement (BEI) signent un accord sans précédent, d’un montant de 1,1 milliard d’euros, destiné à financer les efforts de reconstruction nécessités par les inondations de juillet : 800 millions d’euros seront consacrés à la rénovation énergétique de logements sociaux et 300 millions à la reconstruction des berges de cours d’eau détruites. […] Lire la suite

15-30 septembre 2021 Belgique. Indemnisation des victimes non assurées des inondations.

Le 15, la Région wallonne annonce qu’elle prendra en charge une partie des dégâts subis par les particuliers et les entreprises non assurés, victimes des inondations de juillet, pour un montant de 1 milliard d’euros. Cette somme s’ajoute aux fonds alloués à l’indemnisation des victimes assurées, à la promotion de la formation dans le secteur de la construction et à la réparation des infrastructures endommagées, pour une somme totale de 2,3 à 3 milliards d’euros. […] Lire la suite

12 août - 7 septembre 2021 Belgique. Accord sur l'indemnisation des victimes des inondations.

Le gouvernement wallon et Assuralia, l’union professionnelle des entreprises d’assurances, concluent un accord sur l’indemnisation des victimes des inondations de juillet. Le montant des dommages assurés est évalué entre 1,3 et 1,7 milliard d’euros. Les assureurs acceptent de porter le montant légalement plafonné de leur contribution de 350 à 590 millions d’euros. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves GAUTIER, « INONDATIONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/inondations/