INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Le Corbusier

Le Corbusier
Crédits : Felix Man/ Getty Images

photographie

Caserne de pompiers, Z. Hadid

Caserne de pompiers, Z. Hadid
Crédits : Hilbich/ AKG

photographie

Ambassade des Pays-Bas à Berlin, R. Koolhaas

Ambassade des Pays-Bas à Berlin, R. Koolhaas
Crédits : L. M. Peter/ AKG

photographie

Centre Georges-Pompidou

Centre Georges-Pompidou
Crédits : C. Sappa/ De Agostini

photographie

Tous les médias


Au cours de la Renaissance, les figures de l'architecte et de l'ingénieur se confondent pratiquement. Filippo Brunelleschi, généralement considéré comme un des pères fondateurs de l'architecture renaissante, est presque autant ingénieur qu'architecte. Ne conçoit-il pas les machines destinées à permettre la réalisation de son plus célèbre projet, le dôme de la cathédrale de Florence ? Il en va de même de Philibert Delorme, un des principaux introducteurs de la Renaissance italienne en France.

Des itinéraires contrastés

Progressivement cependant, les chemins de l'architecte et de l'ingénieur commencent à se séparer. Aux architectes la conception des palais, des églises et des hôtels particuliers, aux ingénieurs les ouvrages de défense et les travaux de génie civil : routes, ponts, canaux et ports de mer. La séparation ne devient complète qu'à la charnière des xviiie et xixe siècles, avec l'apparition de corps et d'écoles d'ingénieurs – Ponts et Chaussées, Mines ou encore École polytechnique dans un pays comme la France –, avec l'émergence d'associations professionnelles, comme la Society of Civil Engineers au Royaume-Uni.

Au siècle de l'industrie, la ligne de partage semble désormais claire. Tandis que l'architecte demeure l'homme de projets particuliers, généralement marqués par un souci de monumentalité, l'ingénieur pense en termes d'infrastructures et de réseaux destinés à couvrir l'ensemble du territoire. L'apparition des chemins de fer, dans les années 1820-1830, vient renforcer cette opposition entre l'objet architectural isolé et le réseau appelé à s'étendre dans toutes les directions.

À l'articulation du monde de la construction et de celui des beaux-arts, l'œuvre de l'architecte entend répondre à des besoins aussi bien matériels que spirituels. Pour cela, elle doit se fonder sur une analyse raisonnée du p [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'architecture et des techniques à la Graduate School of Design de l'université Harvard, Cambridge, Massachusetts (États-Unis)

Classification


Autres références

«  INGÉNIEUR ET ARCHITECTE  » est également traité dans :

ARCHITECTES ET INGÉNIEURS (expositions)

  • Écrit par 
  • Michel COTTE
  •  • 1 240 mots

L'ouvrage d'art et le grand bâtiment public ou industriel prennent place à la frontière de deux cultures, celle des architectes et celle des ingénieurs. Confrontation et complémentarité, affirmation d'autonomie et source mutuelle d'inspiration, l'ambiguïté paraît marquer cette rencontre. Les démarches intellectuelles s'opposent : l'architecte affirme une vision d'ensemble au nom de ses conceptions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architectes-et-ingenieurs/#i_55060

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine PICON, « INGÉNIEUR ET ARCHITECTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingenieur-et-architecte/