INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La tour Eiffel

La tour Eiffel
Crédits : Medioimages/ Photodisc/ Getty Images

photographie

Le Corbusier

Le Corbusier
Crédits : Felix Man/ Getty Images

photographie

Caserne de pompiers, Z. Hadid

Caserne de pompiers, Z. Hadid
Crédits : Hilbich/ AKG

photographie

Ambassade des Pays-Bas à Berlin, R. Koolhaas

Ambassade des Pays-Bas à Berlin, R. Koolhaas
Crédits : L. M. Peter/ AKG

photographie

Tous les médias


L'architecte face aux défis contemporains

C'est seulement au cours des dernières décennies que la situation a commencé réellement à évoluer à grande échelle. L'ébranlement des identités traditionnelles de l'architecte et de l'ingénieur a joué et joue encore dans l'affaire un rôle déterminant. On n'est plus à l'époque où l'architecte, arborant souvent un nœud papillon, adoptait une posture de démiurge inspiré, tandis que l'ingénieur, d'apparence généralement moins flamboyante, invoquait l'exactitude de ses calculs et l'évidence de ses solutions. Les spécificités et les prérogatives des uns et des autres se sont érodées. Cette érosion présente des aspects menaçants, mais elle se révèle surtout riche de promesses.

Du côté de l'architecte, on assiste à une crise de la compétence technique traditionnellement attachée à un personnage chargé de coordonner les interventions de différents corps de métiers et professions, en aval de la définition formelle du projet. De la programmation au câblage des immeubles, en passant par les études de structure, de plus en plus de dimensions échappent au contrôle de l'architecte. Le phénomène n'est pas récent, mais il s'est accéléré récemment sous l'influence de plusieurs facteurs.

Le premier tient à la complexité croissante des constructions contemporaines, dans lesquelles la part du gros œuvre va diminuant au profit de systèmes techniques que l'architecte ne maîtrise que très incomplètement. Après l'éclairage, le chauffage, la ventilation, les réseaux d'information viennent à leur tour marquer de leur empreinte le bâtiment. Celui-ci tend à perdre du même coup son caractère d'objet relevant d'une approche essentiellement spatiale. Son existence se confond de plus en plus avec les services qu'il assure – services qui ne sont plus vraiment du ressort de l'architecture. En d'autres termes, la prolifération des équipements techniques vient remettre en cause le rôle de chef d'orchestre autrefois dévolu à l'architecte. Elle vient renforcer dans de nombreux cas le pouvoir des bureaux d'étude et d'en [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'architecture et des techniques à la Graduate school of design de l'université Harvard, Cambridge, Massachusetts (États-Unis)

Classification


Autres références

«  INGÉNIEUR ET ARCHITECTE  » est également traité dans :

ARCHITECTES ET INGÉNIEURS (expositions)

  • Écrit par 
  • Michel COTTE
  •  • 1 240 mots

L'ouvrage d'art et le grand bâtiment public ou industriel prennent place à la frontière de deux cultures, celle des architectes et celle des ingénieurs. Confrontation et complémentarité, affirmation d'autonomie et source mutuelle d'inspiration, l'ambiguïté paraît marquer cette rencontre. Les démarches intellectuelles s'opposent : l'architecte affirme une vision d'ensemble au nom de ses conceptions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architectes-et-ingenieurs/#i_55060

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine PICON, « INGÉNIEUR ET ARCHITECTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingenieur-et-architecte/