INGÉNIEUR ET ARCHITECTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

La tour Eiffel

La tour Eiffel
Crédits : Medioimages/ Photodisc/ Getty Images

photographie

Le Corbusier

Le Corbusier
Crédits : Felix Man/ Getty Images

photographie

Caserne de pompiers, Z. Hadid

Caserne de pompiers, Z. Hadid
Crédits : Hilbich/ AKG

photographie

Ambassade des Pays-Bas à Berlin, R. Koolhaas

Ambassade des Pays-Bas à Berlin, R. Koolhaas
Crédits : L. M. Peter/ AKG

photographie

Tous les médias


Collaborations ou divorce

Cette divergence ne va pas sans frictions, et l'architecte César Daly, fondateur de la Revue générale de l'architecture et des travaux publics, peut déclarer à ce propos, lors d'un banquet organisé en 1877 par la Société des ingénieurs civils de France : « Depuis le commencement du siècle, architectes et ingénieurs se regardent chez nous avec plus d'étonnement que de bienveillance. On croirait le dieu A + B et la déesse Fantaisie en train de se dévisager réciproquement. »

Même si la collaboration se passe souvent bien en pratique, de nombreux épisodes témoignent de tensions grandissantes entre des figures professionnelles qui se définissent désormais de manière radicalement différente. À Paris, dans les années 1890, la conception du pont Alexandre-III voit par exemple s'opposer l'architecte Cassien-Bernard, qui se plaint d'être marginalisé, et l'ingénieur Jean Résal, pour qui la contribution de l'architecte est de nature à altérer le caractère véritable de son œuvre. Le contraste entre la riche décoration du pont et la simplicité puissante de ses arcs en acier moulé constitue une illustration saisissante de la distance qui s'est creusée entre l'architecture et l'ingénierie à la Belle Époque.

La tour Eiffel

La tour Eiffel

Photographie

Le pont Alexandre-III et la tour Eiffel, à Paris. 

Crédits : Medioimages/ Photodisc/ Getty Images

Afficher

Le Mouvement moderne, qui commence à se développer peu après le début du xxe siècle, va tenter de surmonter ce divorce en devenant le promoteur d'une architecture capable de faire sienne quelques-unes des qualités essentielles de l'ingénierie, comme son efficacité ou encore sa capacité à émouvoir le spectateur sans recourir à l'histoire des styles ni abuser des ornements. Il n'est pas fortuit que cette quête prenne souvent l'aspect d'un double souci de répondre aux besoins archétypiques de l'humanité et de se conformer aux enseignements les plus récents des sciences et des techniques, en faisant table rase de l'histoire.

C'est le cas chez Le Corbusier, qui oppose le « problème bien posé » des ingénieurs à l'académisme stérile de nombreuses productions architecturales de son temps. Mais plutôt que d'entreprendre la res [...]

Le Corbusier

Le Corbusier

Photographie

L'architecte Le Corbusier (1887-1965). 

Crédits : Felix Man/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'architecture et des techniques à la Graduate school of design de l'université Harvard, Cambridge, Massachusetts (États-Unis)

Classification


Autres références

«  INGÉNIEUR ET ARCHITECTE  » est également traité dans :

ARCHITECTES ET INGÉNIEURS (expositions)

  • Écrit par 
  • Michel COTTE
  •  • 1 240 mots

L'ouvrage d'art et le grand bâtiment public ou industriel prennent place à la frontière de deux cultures, celle des architectes et celle des ingénieurs. Confrontation et complémentarité, affirmation d'autonomie et source mutuelle d'inspiration, l'ambiguïté paraît marquer cette rencontre. Les démarches intellectuelles s'opposent : l'architecte affirme une vision d'ensemble au nom de ses conceptions […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architectes-et-ingenieurs/#i_55060

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine PICON, « INGÉNIEUR ET ARCHITECTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingenieur-et-architecte/