INDONÉSIEL'Indonésie contemporaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

INDONÉSIE : quelques données-clés.
Nom officielRépublique d'Indonésie (ID)
Chef de l'État et du gouvernementJoko Widodo (depuis le 20 octobre 2014)
CapitaleJakarta
Langue officielleindonésien

La « démocratie dirigée » (1959-1965)

Issue du compromis entre Sukarno et Nasution, la démocratie dirigée est marquée par le retour à un système politique de type autoritaire, et sera de toute façon dominée (sauf un bref intermède en 1963) par l'état d'urgence. Les partis politiques y perdent définitivement le premier rôle au profit de l'exécutif. Il n'y a plus d'élections – surtout parce que les forces conservatrices redoutent les conséquences d'un succès communiste. On interdit aux hauts fonctionnaires d'être affiliés à un parti. À sa première manifestation d'indépendance, le Parlement élu est dissous (mars 1960) et, dans la nouvelle Assemblée, désignée par le président, les sièges ne vont plus seulement aux partis mais également aux « groupes fonctionnels » (dont les forces armées). L'existence des partis est soumise à une réglementation plus stricte, leur nombre ramené à dix. Opposants intransigeants, le Masjumi et le P.S.I. sont interdits pour avoir soutenu les rébellions régionales. Les libertés civiques diminuent à mesure que le président Sukarno, qui se veut le « porte-parole du peuple indonésien », définit dans ses retentissants discours l'idéologie du nouveau régime. Proclamant qu'il faut « retrouver le chemin et l'esprit de la révolution », s'entourant d'une équipe de personnalités sans parti, proches de lui – Subandrio aux Affaires étrangères, Muhammad Yamin, l'idéologue, au conseil du Plan –, Sukarno va tenter de susciter le grand élan populaire unitaire dont il a toujours rêvé et qui permettrait de réaliser le socialisme à l'indonésienne, la « société juste et prospère » qui restent l'objectif ultime – et cependant vague – associé à la lutte contre l'impérialisme. Le discours du 17 août 1959 devient le « Manifeste politique » (ou Manipol) du régime, et une nouvelle orthodoxie révolutionnaire s'élabore à travers les sigles et les mots d'ordre tirés des discours présidentiels : « économie dirigée », contre l'« exploitation de l'homme par l'homme », « message des souffrances du peuple », « identité nationale »... Références désormais obligatoires pour qui ne veut pas être « contre-révolutionnaire », ils font l'objet d'une vaste campagne d'endoctrinement.

C'est pourtant à tort que le rôle dominant de Sukarno, devenu « grand leader de la révolution » et nommé président à vie, a évoqué en Occident l'image de la dictature. En réalité, plusieurs forces politiques s'expriment et s'affrontent de manière de plus en plus aiguë pendant ces quelque sept ans. La lutte opposant l'armée et les communistes domine la scène ; entre eux, le président Sukarno prétend à la fois les maîtriser et les enrôler dans son projet. Mais l'évolution de la situation l'amène à s'appuyer de plus en plus sur le P.K.I. en s'opposant à l'armée avec qui son désaccord est fondamental. Sukarno n'a en effet pas de formation politique derrière lui : le P.N.I. n'est plus ce qu'il était et la scission de son aile gauche, en 1958, n'a pas donné naissance au vaste mouvement attendu. C'est le P.K.I. qui paraît le mieux à même de soutenir les idéaux révolutionnaires du président : bien organisé, dynamique, c'est le seul parti qui voit le nombre de ses membres, et celui de ses organisations (la puissante centrale ouvrière S.O.B.S.I. ; le Front paysan, B.T.I., les Jeunesses populaires, Pemuda Rakyat, etc.) s'accroître régulièrement. Recrutant surtout parmi la population abangan de Java-Centre et Est et dans les centres urbains, il revendique en 1965 trois millions de membres et vingt millions pour ses organisations. Il semble avoir choisi de rechercher le pouvoir dans la légalité et, idéologiquement, il a fait des concessions : adoptant une politique de front national uni, il a fait passer les intérêts nationaux avant les intérêts de classe, accepté la démocratie dirigée et les Pantjasila – courant ainsi le risque que cette domestication brouille son image auprès de ses partisans. Très conscient de la possibilité d'un coup de force militaire, en butte à la répression de l'armée qui, faute d'obtenir son interdiction, tente d'empêcher son congrès ou interdit sa presse, il n'a pour se protéger que le soutien accordé par le président Sukarno. Ce dernier, pour efficace qu'il soit, ne suffit pourtant pas à le faire entrer au gouvernement, sauf par l'attribution, toute formelle, de deux ministères sans portefeuille en 1962.

Quant à Sukarno, il cherche à rester le maître du jeu. [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 27 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Guerre dans l'océan Indien, 1941

Guerre dans l'océan Indien, 1941
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Prisonniers de guerre néerlandais

Prisonniers de guerre néerlandais
Crédits : Keystone/ Getty Images

photographie

Sukarno, 1945

Sukarno, 1945
Crédits : Express Newspapers/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

1945 à 1962. La décolonisation

1945 à 1962. La décolonisation
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Afficher les 16 médias de l'article

Écrit par :

  • : directeur de recherche à la Fondation nationale des sciences politiques, Paris
  • : chargée de recherche au Centre d'études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques

Classification

Autres références

«  INDONÉSIE  » est également traité dans :

INDONÉSIE - Géographie

  • Écrit par 
  • Muriel CHARRAS, 
  • Manuelle FRANCK
  •  • 5 807 mots
  •  • 9 médias

L'Indonésie est le quatrième pays du monde par sa population, 237 millions d'habitants en 2010. Pays insulaire composé de dix-sept mille cinq cents îles, avec Jakarta comme capitale sur l'île de Java, il s'étend sur un espace maritime vaste comme les États-Unis, donnant sur deux façade […] Lire la suite

INDONÉSIE - Les ethnies

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 3 700 mots
  •  • 3 médias

La république d'Indonésie a choisi comme devise une formule javanaise, reprise d'un poème du xive siècle : Bhinneka tunggal ika, « diverse et une à la fois ». Le phénomène d'unification, en cours depuis le xve siècle au moins, a été tout particulièrement favorisé par l'expansion de l'i […] Lire la suite

INDONÉSIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Denys LOMBARD
  •  • 10 682 mots
  •  • 7 médias

Il convient, avant de commencer toute histoire, de prendre conscience de l'extrême diversité de l'« espace indonésien ». La jeune République regroupe encore sur son territoire un bon nombre de peuples de cultures et de langues différentes, qui ne se fondent que peu à peu. Avant le prodigieux accroissement démographique des xixe et xx […] Lire la suite

INDONÉSIE - Les arts

  • Écrit par 
  • Albert LE BONHEUR
  •  • 8 142 mots
  •  • 5 médias

Tout au long du premier millénaire avant J.-C., et sans doute jusqu'aux premiers siècles de l'ère chrétienne (bien plus tard dans les régions à l'écart des courants civilisateurs), l'Insulinde a connu des cultures proto-historiques proches parentes de celles du reste de l'Asie du Sud-Est. Puis, dès les premiers siècles de notre ère peut-être (les plus anciens vestiges effectivement retrouvés peuve […] Lire la suite

INDONÉSIE, chronologie contemporaine

  • Écrit par 
  • Universalis

Tous les événements politiques (élections, conflits, accords, …) et les faits économiques et sociaux qui ont marqué l’histoire contemporaine du pays jusqu’à aujourd’hui. […] Lire la suite

ANANTA TOER PRAMOEDYA (1925-2006)

  • Écrit par 
  • Etienne NAVEAU
  •  • 850 mots

Romancier, essayiste et biographe, auteur d'une œuvre largement diffusée et traduite, Pramoedya Ananta Toer (dit Pram) est sans conteste la figure la plus marquante de la littérature indonésienne du xx e  siècle. Né en 1925 à Blora, ville située sur la côte nord de Java, Pram prit part à la lutte pour l'indépendance de son pays et fut incarcéré pendant près de trois années par les autorités colon […] Lire la suite

ANDERSON BENEDICT (1936-2015)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 219 mots

L’historien et politologue irlandais Benedict Anderson tient une place importante dans l’historiographie anglo-saxonne pour ses travaux sur les origines du nationalisme. Benedict Richard O’Gorman Anderson est né le 26 août 1936 à Kunming, dans le sud de la Chine, où son père occupe un poste au Bureau des douanes maritimes de l’Empire, un organisme britannique chargé de superviser le commerce avec […] Lire la suite

ASEAN (Association of South East Asian Nations) ou ANSEA (Association des nations du Sud-Est asiatique)

  • Écrit par 
  • Anne-Marie LE GLOANNEC
  •  • 225 mots

Organisation internationale fondée en août 1967 par l'Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande pour remplacer l'Association de l'Asie du Sud-Est (A.S.A.), l'Association des nations du Sud-Est asiatique vise à coordonner l'action de gouvernements hostiles à la remise en cause du statu quo politique en Asie du Sud-Est. Ses principaux objectifs comprennent : l'élimination d […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géologie

  • Écrit par 
  • Louis DUBERTRET, 
  • Guy MENNESSIER
  • , Universalis
  •  • 7 907 mots

Dans le chapitre « Indonésie »  : […] La structure des orogènes de l'Indonésie reflète un modèle commun, à savoir une disposition arquée réalisée à partir d'un foyer orogénique, comprenant un arc interne volcanisé et un arc externe non volcanisé affecté d'anomalies négatives de la pesanteur. Celles-ci se localisent actuellement le long de la ceinture de Vening-Meinesz, qui court depuis les rivages méridionaux de Sumatra et de Java ju […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Espaces et sociétés

  • Écrit par 
  • Philippe PELLETIER
  •  • 23 140 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'enjeu des grandes voies de communications internationales »  : […] L'intégration économique, et donc spatiale, des pays asiatiques entre eux rend cruciale la question des voies de communications internationales. Outre les aéroports internationaux construits dans les grandes métropoles et dont le trafic est en augmentation constante, trois espaces sont éminemment stratégiques : les détroits de Malacca et d'Insulinde, le Moyen-Orient, le centre sino-indien et tibét […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Romain BERTRAND, Françoise CAYRAC-BLANCHARD, « INDONÉSIE - L'Indonésie contemporaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/indonesie-l-indonesie-contemporaine/