IMPÔTÉconomie fiscale

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parce que l'État occupe aujourd'hui, dans la plupart des pays développés, une place considérable dans l'économie, les prélèvements obligatoires qui en assurent le financement sont au cœur de débats incessants et de réflexions en constant renouvellement. Les modalités du prélèvement, la structure générale ou l'architecture du système fiscal, le contexte économique et technologique dans lequel s'inscrivent les prélèvements, constituent autant d'éléments qui interagissent pour en déterminer les conséquences en termes de revenus et de répartition, d'emploi, d'accumulation de capital, de croissance, mais aussi de choix individuels de consommation et d'épargne, et d'orientation globale du développement économique. Les prélèvements obligatoires, qui incluent les impôts proprement dits et les cotisations sociales, représentent près de la moitié du revenu national en France comme dans la majorité des pays de l'Union européenne (U.E.). Ils procurent aux administrations publiques (État, collectivités territoriales et organismes de sécurité sociale) des ressources leur permettant d'accomplir les fonctions qui leur sont confiées, notamment la fourniture de biens et services publics (fonction d'affectation des ressources, selon la classification traditionnelle proposée par l'économiste américain Richard Musgrave à la fin des années 1950), l'assurance sociale et la redistribution des revenus (fonction de répartition, selon ce même auteur). Mais, dans la mesure où ils modifient les prix relatifs des biens et services ou les rémunérations relatives des différents types d'activités ou d'investissements, les prélèvements obligatoires affectent également les incitations auxquelles sont soumis les agents économiques qui les acquittent ou qui en subissent indirectement l'incidence. Ces distorsions induites par le système fiscal dans les signaux de prix qu'émettent les mar [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités à l'université de Pau et des pays de l'Adour

Classification

Autres références

«  IMPÔT  » est également traité dans :

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Phénomène social à multiples facettes dont la complexité n'est plus à démontrer, l'impôt fait partie intégrante de la vie publique et rythme tous les instants de la vie du citoyen. Sans doute l'impôt a-t-il varié dans son poids, dans sa répartition, dans ses justifications, mais de tout temps le prélèvement fiscal a été utilisé comme mode de financement […] Lire la suite

IMPÔT - Politique fiscale

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MONNIER
  •  • 7 258 mots
  •  • 1 média

Longtemps, la politique fiscale n'a suscité qu'une attention modérée aussi bien de la part des économistes que de celle des pouvoirs publics. Si l'on définit la politique budgétaire au sens large comme l'ensemble des actions menées par les décideurs publics ayant un support financier, qu'il s'agisse de dépenses ou de recettes, la politique fiscale n'est alors que l'une des dimensions de cet ensemb […] Lire la suite

IMPÔT - Droit fiscal

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 8 468 mots

Technique libérale de financement des dépenses publiques, l'impôt est encore bien souvent ressenti par les contribuables comme une intrusion inique et une spoliation, puisqu'il entraîne une amputation des revenus ou du patrimoine, alors que sa contrepartie personnelle n'apparaît pas directement. Les moyens d'intervention de la puissance publique dans le domaine fiscal et les réactions de l'opinion […] Lire la suite

IMPÔT PROGRESSIF SUR LE REVENU

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 658 mots

Condorcet, qui fut l'un des premiers théoriciens de l'impôt progressif sur le revenu, en a donné la définition suivante : « Celui qui augmente plus qu'en proportion de la valeur imposée ; comme si, par exemple, 1 000 livres de revenu payaient un vingtième ; que, pour le revenu qu'on a de plus, jusqu'à 2 000 livres, on payât deux vingtièmes, trois pour le revenu qu'on aurait au-dessus de 2 000 livr […] Lire la suite

INTERVENTION DE L'ÉTAT, économie

  • Écrit par 
  • Dominique HENRIET, 
  • André PIETTRE
  •  • 10 782 mots

Dans le chapitre « Impôt sur le revenu »  : […] Depuis la contribution originale de James Mirrlees en 1971, le problème de la taxation du revenu a fait l'objet d'un grand nombre de travaux théoriques et empiriques. Les principales questions posées sont simples : quels sont les effets de l'impôt sur le revenu et quelle doit être la forme de ce dernier si l'on veut minimiser les distorsions tout en poursuivant un objectif redistributif donné ? Co […] Lire la suite

FOUNDATIONS OF SUPPLY-SIDE ECONOMICS, V.A. Canto, D.H. Joines et A.B. Laffer - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie SORIOT
  •  • 1 153 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La « courbe de Laffer » : imposition optimale et effet substitution »  : […] Les auteurs de Foundations of Supply-Side Economics étudient les effets macroéconomiques (sur les revenus des facteurs, le marché du travail, la croissance économique) de la fiscalité à partir de la théorie néo-classique « standard » du choix économique : les agents maximisent leur satisfaction en minimisant leurs coûts et modifient leur choix en fonction des signaux du marché, mais aussi en rép […] Lire la suite

FRANCE (Le territoire et les hommes) - Un siècle de politique économique

  • Écrit par 
  • Pascal GAUCHON, 
  • Philippe LÉGÉ
  •  • 21 044 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Budget et prélèvements obligatoires »  : […] La politique budgétaire est un instrument clé de la politique économique. Elle permet de réguler l'activité économique mais introduit une nouvelle contrainte. En 1980, le budget était équilibré, mais le déficit se creuse rapidement, jusqu'à atteindre 2,5 p. 100 du PIB en 1985. Il ne sera jamais comblé, et aura sur longue période tendance à s'aggraver jusqu'au choc de la crise qui le portera à 6 p […] Lire la suite

RETENUE À LA SOURCE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 641 mots

Appelée aussi stoppage à la source, la retenue à la source constitue une modalité du recouvrement de l'impôt sur le revenu, en particulier en ce qui concerne les salaires et les revenus des valeurs mobilières. Dans ce système utilisé par tous les pays développés sauf la France, le prélèvement de l'impôt est effectué directement par celui qui verse le revenu (employeur, banque) sur le montant des r […] Lire la suite

TAXE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 563 mots

Le vocabulaire financier n'est pas toujours précis, et une terminologie insuffisamment nette ne permet pas toujours de dégager des principes sûrs de discrimination. Il est ainsi courant d'utiliser le terme « taxe » comme synonyme d'impôt ; la confusion de ces deux vocables est fréquente, ainsi qu'en témoigne l'exemple de la taxe à la valeur ajoutée ou celui de la taxe professionnelle, qui présente […] Lire la suite

PARADIS FISCAUX

  • Écrit par 
  • Jean de MAILLARD, 
  • Dominique PLIHON
  •  • 4 662 mots

Dans le chapitre « Évolution du phénomène »  : […] Au début du xxi e  siècle, le phénomène des paradis fiscaux a gardé toute son importance. Une première explication réside dans le caractère obsolète de la fiscalité internationale fondée sur des principes datant du début du xx e  siècle, inadaptés aux mutations financières et technologiques récentes. En premier lieu, la taxation des entreprises multinationales – principales responsables de l’évas […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

États-Unis. Présentation au Congrès du programme budgétaire de George W. Bush. 27 février 2001

d'impôt annoncée s'élève à 1 600 milliards de dollars sur dix ans. Cette mesure doit principalement profiter aux classes moyennes. La baisse de la pression fiscale doit aller de 5 p. 100 pour les petits contribuables à 6,6 p. 100 pour les gros. La tranche d'imposition la plus élevée passe de 39,6 à […] Lire la suite

France. Annonce de plusieurs mesures de soutien à l'économie et accroissement du chômage. 15-31 janvier 1996

Le 15, lors de la cérémonie de présentation des vœux à la presse, le président Chirac se prononce en faveur d'une initiative franco-allemande de relance économique. Le 30, le gouvernement annonce une série de mesures de soutien à l'économie, dont la principale concerne la baisse du taux […] Lire la suite

France. Dévaluation du franc et adoption d'un collectif budgétaire. 5-24 avril 1986

gagnées au Loto, etc.). D'autres mesures sont prévues : amnistie fiscale et douanière accordée aux capitaux rapatriés, rétablissement de l'anonymat sur les achats et ventes d'or, suppression de l'impôt sur les grandes fortunes, etc. Elles visent à rétablir un climat de confiance : « nous devons rendre […] Lire la suite

France. Mesures économiques et financières. 2-30 septembre 1981

milliards de francs, sera en partie financé par un impôt sur les grandes fortunes, une augmentation des taxes sur l'automobile, l'essence, le tabac et l'alcool, ainsi que par une intensification de la lutte contre la fraude fiscale. À cette fin, Laurent Fabius, ministre délégué chargé du Budget, annonce, le jour même, la levée de l'anonymat pour les transactions sur l'or. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE CACHEUX, « IMPÔT - Économie fiscale », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mars 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-economie-fiscale/