PARAFISCALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sous le nom de parafiscalité, on désignait un certain nombre de prélèvements obligatoires effectués sur les particuliers ou sur les entreprises, afin de financer un ensemble déterminé de prestations spécifiques. Mais la définition précise de l'ensemble de la parafiscalité a toujours été difficile. De nombreux textes sont intervenus pour tenter de lui donner un régime juridique cohérent.

Dernier texte en date, l'article 4 de l'ordonnance du 2 janvier 1959 portant loi organique relative aux lois de finances définissait les taxes parafiscales comme étant « perçues dans un intérêt économique ou social au profit d'une personne morale de droit public ou privé autre que l'État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics administratifs ». Cette définition théorique pouvait être éclaircie d'une manière pratique par la consultation d'un état (dit état E) annexé à la loi de finances de chaque année, et où figuraient la plupart des taxes parafiscales.

L'originalité de celles-ci tient à ce qu'elles sont affectées à la poursuite de certains objectifs précis : restructuration d'une profession, encouragement à la recherche scientifique, formation professionnelle, protection de l'environnement, et qu'elles sont versées directement à des organismes privés (associations, organismes professionnels) ou à des organismes parapublics (aéroport de Paris, radio-télévision...). On a pu, en se fondant sur la qualité des bénéficiaires des taxes parafiscales, qualifier ce type de prélèvement d'« impôt corporatif ». Leur régime juridique est hybride dans la mesure où leur recouvrement est obligatoire et peut nécessiter le recours à la contrainte, ce qui les apparente à l'impôt. Mais, en raison de leur affectation à des organismes privés ou parapublics spécifiques, le caractère d'impositions au sens de l'article 34 de la Constitution de 1958 ne leur est pas reconnu.

L'article 4 de l'ordonnance du 2 janvier 1959 précisait que les taxes parafiscales sont établies par décret en Conseil d'État, ce qui constitue une dérogation i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PARAFISCALITÉ  » est également traité dans :

IMPÔT - Économie fiscale

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 4 359 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Parafiscalité et fiscalité d'État »  : […] Au sein de la parafiscalité (cotisations sociales), les cotisations employeurs constituent 68 p. 100 environ du total (11,1 p. 100 du P.I.B.), les cotisations salariés 25 p. 100 (4,1 p. 100 du P.I.B.), le reste étant versé par les artisans, commerçants, travailleurs indépendants et retraités. La fiscalité d'État, quant à elle, repose principalement sur les impôts indirects. La T.V.A., qui comporte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-economie-fiscale/#i_80031

TAXE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 563 mots

Le vocabulaire financier n'est pas toujours précis, et une terminologie insuffisamment nette ne permet pas toujours de dégager des principes sûrs de discrimination. Il est ainsi courant d'utiliser le terme « taxe » comme synonyme d'impôt ; la confusion de ces deux vocables est fréquente, ainsi qu'en témoigne l'exemple de la taxe à la valeur ajoutée ou celui de la taxe professionnelle, qui présente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxe/#i_80031

Pour citer l’article

Jean-Claude MAITROT, « PARAFISCALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/parafiscalite/