EMPRUNT PUBLIC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Longtemps considéré comme un procédé nocif auquel l'État ne devait avoir recours qu'exceptionnellement, l'emprunt occupe, aujourd'hui, une place importante, aux côtés du prélèvement fiscal, parmi les recettes publiques. Traditionnellement défini comme une prestation pécuniaire versée, en principe, à titre volontaire, en vertu d'un contrat et moyennant une contrepartie (remboursement, service d'intérêts) en vue de couvrir les charges publiques, l'emprunt est devenu un instrument de politique économique. En effet, l'emprunt public peut être utilisé pour drainer l'épargne des particuliers vers certains investissements publics jugés prioritaires, ou pour relancer l'activité économique en injectant des ressources nouvelles dans les circuits financiers. Il peut également, dans le cadre d'une politique anti-inflationniste, servir à éponger une partie des liquidités monétaires excédentaires, comme l'emprunt Giscard en 1973.

Au point de vue technique, l'emprunt public comporte deux phases. Dans la phase de l'émission, l'État, pour se procurer l'argent nécessaire à son action, demande de l'argent aux souscripteurs. Plusieurs procédés peuvent être utilisés pour assurer le placement d'un emprunt public. Le plus employé est la souscription publique, qui fait intervenir l'ensemble du réseau des comptables publics ainsi que les guichets des établissements financiers. La vente directe en Bourse, au fur et à mesure des demandes et au gré de la fluctuation des cours, n'est pratiquement plus utilisée en France, mais certains pays recourent encore à cette méthode. Quant à la vente aux banques, qui fut très largement employée au xixe siècle, elle n'est employée que de façon exceptionnelle. Pour attirer les souscripteurs, l'État leur consent un certain nombre d'avantages, dont le premier est l'intérêt versé, qui représente le loyer de l'argent prêté. En principe, le taux de l'emprunt doit correspondre au taux d'intérêt pratiqué sur le marché financier, mais l'Ét [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  EMPRUNT PUBLIC  » est également traité dans :

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Sarkozy (2007-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 5 626 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Des réformes économiques... au rythme de la crise »  : […] Le programme économique du président est clairement libéral, voulant valoriser le mérite et le travail du salarié, récompenser ses efforts par du pouvoir d'achat (« travailler plus pour gagner plus »), relancer la compétitivité de l'économie, faire maigrir l'État et réduire les dépenses publiques : la Révision générale des politiques publiques doit permettre de rendre un meilleur service à l'usag […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinquieme-republique-les-annees-sarkozy-2007-2012/#i_80108

DÉFICIT BUDGÉTAIRE

  • Écrit par 
  • Élisabeth VESSILLIER
  •  • 622 mots

Il y a déficit budgétaire quand le volume des charges est supérieur à celui des ressources. On distingue le déficit budgétaire ex ante , qui est le solde négatif d'une loi de finances, laquelle « prévoit et autorise, pour chaque année civile, l'ensemble des ressources et des charges de l'État », et le déficit ex post , dont le montant est donné par la lo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deficit-budgetaire/#i_80108

DETTE PUBLIQUE

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 3 090 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  Les justifications de l'endettement public »  : […] Si l'État ne peut s'endetter à l'infini et s'il ne sait jusqu'où il peut aller, pourquoi mener une politique dont on ignore les limites ? La politique de dépenses publiques élevées et de leur financement par l'emprunt trouve sa justification dans l'approche keynésienne qui repose sur trois idées-forces : – La dépense publique est plus efficace pour augmenter la production que la dépense privée. Dè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dette-publique/#i_80108

FRANCE - L'année politique 2010

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 575 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une crise économique et sociale qui reste inquiétante »  : […] Si le taux de croissance s'améliore sensiblement, ce qui devrait porter l'augmentation du P.I.B. à 1,6 p. 100 en 2010 (contre une baisse de 2,3 p. 100 en 2009), le chômage augmente de plus de 2 p. 100 en 2010. D'autres signaux restent aussi alarmants. D'abord, un décrochage significatif s'est produit par rapport à l'Allemagne (dont la croissance annoncée est de 3,6 p. 100 après une récession de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-annee-politique-2010/#i_80108

FRANCE - L'année politique 2009

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 701 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une crise économique et sociale grave en quête de réponses »  : […] La France a été, comme les autres pays, touchée par la crise économique, sociale et financière, même si l'importance de la fonction publique et le système social en ont amorti le choc (diminution du P.I.B. de 2,3 p. 100 en 2009 contre plus de 3 p. 100 en moyenne dans la zone euro). La récession se traduit par de nombreuses faillites d'entreprises, engendrant plus de trois cent cinquante mille des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2009/#i_80108

FRANC FRANÇAIS

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 9 668 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le franc dans le serpent monétaire européen (1972-1979) »  : […] L'accélération de l'inflation mondiale s'accentue avec le premier choc pétrolier (dernier trimestre 1973) et se prolonge avec le deuxième (second semestre 1979). L'économie française continue d'augmenter son degré d'ouverture à l'économie internationale qui passe de quelque 20 p. 100 en 1970 à 36 p. 100 en 1981. Globalement, la France, qui réalisait des gains nets sur l'extérieur, subit à partir d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/franc-francais/#i_80108

IMPÔT - Histoire de l'impôt

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  • , Universalis
  •  • 13 947 mots

Dans le chapitre « Définition de l'impôt »  : […] Composante essentielle mais non exclusive des ressources publiques, qui comprennent également les emprunts et les produits domaniaux, l'impôt occupe aujourd'hui une place prépondérante au sein des « prélèvements obligatoires ». À la suite de Gaston Jèze, il est désormais classique de définir l'impôt comme « une prestation pécuniaire, requise des particuliers par voie d'autorité, à titre définitif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-histoire-de-l-impot/#i_80108

IMPÔT - Politique fiscale

  • Écrit par 
  • Jean-Marie MONNIER
  •  • 7 258 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'impôt ou l'emprunt ? »  : […] L'introduction de critères contraignants en période de tensions sur les finances publiques a renforcé l'acuité de la contrainte budgétaire. Or, pour financer les dépenses publiques, emprunts et prélèvements obligatoires sont partiellement substituables, ce qui pose la question des déterminants de l'arbitrage entre ces deux modes de financement. Dans les débats récents, la question de l'équité int […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-politique-fiscale/#i_80108

IMPÔT - Économie fiscale

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 4 359 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Définition des prélèvements obligatoires »  : […] L'impôt est la principale ressource des administrations publiques, à côté des recettes des domaines et autres produits des ventes de services publics, dont le poids est aujourd'hui marginal. Les administrations peuvent aussi financer une part de leurs dépenses par l'emprunt auprès des agents privés ; la contribution est alors volontaire – même s'il est arrivé, y compris dans le passé récent (en 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-economie-fiscale/#i_80108

PANAMÁ

  • Écrit par 
  • David GARIBAY, 
  • Lucile MÉDINA-NICOLAS, 
  • Alain VIEILLARD-BARON
  •  • 9 887 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les sociétés françaises du canal (1875-1903) »  : […] En 1875 est fondée à Paris la Société civile du canal interocéanique du Darién, dont l'âme est le lieutenant Louis Napoléon Bonaparte Wyse ; celui-ci effectue, en compagnie d'Armand Reclus et de l'ingénieur colombien (panaméen) Pedro J. Sosa, deux expéditions en Amérique centrale et obtient de Bogotá l'autorisation de construire le canal. Mais c'est le congrès de Paris d'août 1879 qui marque vrai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/panama/#i_80108

PANAMÁ AFFAIRE DE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 659 mots

Le plus grand scandale financier et politique de la III e République fut provoqué par la liquidation judiciaire de la Compagnie universelle du canal interocéanique en février 1889. Ferdinand de Lesseps, qui jouissait d'une popularité immense à la suite du percement du canal de Suez, était à la tête de l'entreprise de Panamá. Contre l'avis des techniciens, il prétendit pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/affaire-de-panama/#i_80108

PANAMÁ CANAL DE

  • Écrit par 
  • Wayne D. BRAY, 
  • Burton L. GORDON, 
  • Norman J. PADELFORD, 
  • William E. WORTHINGTON Jr.
  • , Universalis
  •  • 2 895 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Construction et exploitation du canal »  : […] Dès le xvi e  siècle, les Espagnols, conscients de l'intérêt d'un canal percé dans l'isthme de l'Amérique centrale, envisagent deux tracés, l'un au Panamá, l'autre au Nicaragua. Le choix du Panamá s'impose avec la construction d'une ligne de chemin de fer dans le pays au milieu du xix e  siècle. L […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canal-de-panama/#i_80108

TAUX D'INTÉRÊT

  • Écrit par 
  • Virginie COUDERT
  •  • 5 489 mots

Dans le chapitre « Le taux de référence du marché  »  : […] Les taux de référence, ou taux sans risque, dans une monnaie donnée, sont généralement ceux des emprunts d'État. Les États sont, en effet, considérés comme les emprunteurs les plus sûrs du marché, lorsqu'ils s'endettent dans leur propre monnaie. En effet, la probabilité pour que les emprunts d'État en monnaie locale ne soient pas remboursés est faible, puisqu'en cas de menace d'insolvabilité, un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taux-d-interet/#i_80108

TRÉSOR PUBLIC

  • Écrit par 
  • François ECK
  •  • 1 529 mots

Si l'origine du Trésor public remonte à Philippe Auguste, ce n'est qu'au début du xix e  siècle, avec les réformes introduites par le comte Mollien (notamment la création d'une caisse unique, la Caisse de service), que le Trésor apparaît sous les traits qu'il présente aujourd'hui. Aucune institution distincte de l'État, à aucun moment de son histo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tresor-public/#i_80108

TRÉSORERIE, histoire

  • Écrit par 
  • François ECK
  •  • 937 mots

L'histoire de la trésorerie de l'État se confond avec celle des rapports du Trésor avec la Banque de France, ultime recours pour assurer la couverture des charges lorsque les concours apportés par l'emprunt auprès du public (bons sur formules, emprunts à moyen et à long terme), auprès des banques (bons en comptes courants) et auprès des correspondants se révèlent insuffisants. Le compte courant du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tresorerie-histoire/#i_80108

Pour citer l’article

Jean-Claude MAITROT, « EMPRUNT PUBLIC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emprunt-public/