IMITATION, psychologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’imitation et ses représentations

Selon Piaget, la fonction symbolique permet d’évoquer des réalités absentes (signifiés) au moyen de signifiants différenciés. Elle apparaît vers 18-24 mois. Avant, la représentation est inexistante. C’est l’imitation qui fait le pont entre l’activité sensori-motrice et les conduites représentatives. Elle est en effet une préfiguration motrice de la représentation, et l’imitation différée qui s’exécute en l’absence du modèle fournit un début de signifiant différencié.

Cette position théorique est remise en cause par les recherches portant sur les imitations précoces. Ces travaux concluent à l’existence, chez le nouveau-né, d’imitations faciales, vocales et sans doute manuelles. Contrairement à ce qu’avait affirmé Piaget, les nouveau-nés peuvent reproduire des gestes sur une partie de leur corps invisible pour eux : ils imitent des mouvements faciaux (protrusion de la langue et des lèvres, ouverture et fermeture de la bouche et clignement des yeux), puis des mouvements de la tête et des mains. Après six mois, les imitations faciales déclinent. Elles restent possibles, mais elles sont supplantées par d’autres comportements qui répondent à de nouvelles motivations de l’enfant ainsi qu’à de nouvelles attentes sociales des adultes. Les imitations de mouvements sociaux apparaissent. Les enfants imitent des actions simples et familières (huit mois), complexes et familières (douze mois) et, durant la deuxième année, ils peuvent imiter des actions qui utilisent des objets inappropriés et qui contreviennent à l’apprentissage culturel (téléphoner par exemple avec une cuillère).

Ces imitations s’effectuent en présence du modèle. Mais les imitations précoces peuvent être différées. Elles exigent alors des capacités de mémorisation qui déterminent la longueur du délai de rappel. C’est ainsi que les enfants peuvent imiter, après un délai de 24 heures, une action simple ou complexe exécutée par l’adulte, dès l’âge de six mois, et même à six semaines. À douze mois, le délai peut être de un mois et, à quatorze mois, l’intervalle de rétention peut atte [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  IMITATION, psychologie  » est également traité dans :

CONFORMISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Les motivations à se conformer »  : […] La tendance à imiter autrui a d'abord été mise sur le compte d'une suggestibilité propre à certains humains voire d'un instinct fondamental partagé par tous. Toutefois, les psychologues sociaux ont très tôt abandonné l'idée d'un individu soumis passivement à l'influence de ses congénères au profit de la conception d'un individu actif développant sa vision du monde tout en intégrant le contexte soc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conformisme-psychologie/#i_56643

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la naissance à l'âge de 6 ans »  : […] Un travail intense de communication façonne les attitudes fondamentales de la sociabilité et suscite en l'enfant, avec les expériences du progrès incessant et des impuissances de sa condition, la recherche du dépassement de soi, motivation essentielle à la socialisation des conduites. Il y a bien en lui des attitudes innées de sociabilité. Elles sont liées à sa vie émotionnelle. Dès la fin du prem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enfance-les-connaissances-la-socialisation/#i_56643

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Imitation et activité créatrice »  : […] Les jeux du bébé sont essentiellement des « jeux fonctionnels », où le sujet explore ses fonctions naissantes et qui sont comme autant de broderies sur ces fonctions ; ainsi de ces répétitions lassantes de mots ou de gestes par lesquels l'enfant apprend le mot ou le geste, en même temps qu'il connaît mieux l'objet sur lequel porte le geste. Ces jeux décroissent progressivement à partir de deux ans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeu-le-jeu-chez-l-enfant/#i_56643

PSYCHOLOGIE CLINIQUE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « La psychologie clinique comportementale »  : […] John B. Watson (1878-1958) est à l’origine du courant comportemental ( Behaviorism , 1925). Pour lui, la psychologie se définit comme la « science des comportements » et doit être objective et expérimentale. Il s’appuie sur les travaux de Pavlov sur le conditionnement répondant pour montrer comment les comportements peuvent être établis et renforcés. D’après Watson, le compo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/psychologie-clinique-comportementale-et-cognitive/#i_56643

ROBOTIQUE ET PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe GAUSSIER
  •  • 2 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers des robots interactifs et une robotique développementale »  : […] Maintenant qu’il est possible d’obtenir des robots effectuant des tâches complexes, la question des interactions entre l’homme et le robot devient un sujet important. Tout d’abord, il paraît souhaitable que ce dernier ne réalise pas d’actions impossibles ou incompréhensibles pour un humain. Par exemple, un robot peut trouver efficace de présenter un objet à un humain sans se retourner, en passant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robotique-et-psychologie/#i_56643

Voir aussi

Pour citer l’article

André GUILLAIN, « IMITATION, psychologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/imitation-psychologie/