IMITATION, psychologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L’imitation et ses miroirs

L’imitation implique une mise en correspondance du système visuel (ou auditif) et du système moteur. Cette mise en correspondance pourrait s’effectuer grâce aux systèmes de neurones miroirs découverts chez le singe macaque, puis chez l’homme, par Rizzolatti et son équipe.

Les neurones miroirs constituent une classe particulière de neurones corticaux qui s’activent lorsqu’un individu exécute une action, mais également lorsqu’il observe un autre individu qui exécute la même action. Ces neurones pourraient fournir une copie motrice de l’action observée, une représentation motrice interne qui rendrait possible sa reproduction imitative. Il existe peut-être une organisation corticale spécifique de l’imitation. Elle serait en interaction avec d’autres systèmes selon qu’il s’agit d’une imitation sociale ou d’un apprentissage par imitation.

Les systèmes de neurones miroirs peuvent être divers et diversement organisés. Mais leurs mécanismes renvoient toujours à une matrice fonctionnelle commune qui rend possibles le partage émotionnel, l’imitation et la communication intentionnelle. Cette fonction miroir est une fonction neurologique. Elle mobilise des capacités innées, mais son développement serait impossible si l’enfant ne pouvait observer ses propres actions reflétées dans celles d’autrui. L’ontogenèse des neurones miroirs exigent donc l’intervention d’un véritable miroir social : le visage de l’adulte, les mimiques du partenaire et les différentes formes de l’imitation qui font voir à l’enfant ce que les autres voient de lui.

L’imitation semble être une capacité innée de l’espèce humaine, mais elle se modifie et se diversifie en fonction de l’âge, des situations et des interactions sociales. L’imitation répète et reproduit. Elle est donc au fondement de la tradition. Cependant, elle est aussi ouverte à la nouveauté. Elle permet d’acquérir de nouveaux comportements et de créer des œuvres nouvelles. « L’artiste est un imitateur », écrit Aristote dans sa Poétique, mais il imite les choses telles qu’elles s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  IMITATION, psychologie  » est également traité dans :

CONFORMISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Michel CHAMBON, 
  • Michaël DAMBRUN
  •  • 1 022 mots

Dans le chapitre « Les motivations à se conformer »  : […] La tendance à imiter autrui a d'abord été mise sur le compte d'une suggestibilité propre à certains humains voire d'un instinct fondamental partagé par tous. Toutefois, les psychologues sociaux ont très tôt abandonné l'idée d'un individu soumis passivement à l'influence de ses congénères au profit de la conception d'un individu actif développant sa vision du monde tout en intégrant le contexte soc […] Lire la suite

ENFANCE (Les connaissances) - La socialisation

  • Écrit par 
  • Philippe MALRIEU
  •  • 5 482 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la naissance à l'âge de 6 ans »  : […] Un travail intense de communication façonne les attitudes fondamentales de la sociabilité et suscite en l'enfant, avec les expériences du progrès incessant et des impuissances de sa condition, la recherche du dépassement de soi, motivation essentielle à la socialisation des conduites. Il y a bien en lui des attitudes innées de sociabilité. Elles sont liées à sa vie émotionnelle. Dès la fin du prem […] Lire la suite

JEU - Le jeu chez l'enfant

  • Écrit par 
  • Jean CHATEAU
  •  • 5 483 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Imitation et activité créatrice »  : […] Les jeux du bébé sont essentiellement des « jeux fonctionnels », où le sujet explore ses fonctions naissantes et qui sont comme autant de broderies sur ces fonctions ; ainsi de ces répétitions lassantes de mots ou de gestes par lesquels l'enfant apprend le mot ou le geste, en même temps qu'il connaît mieux l'objet sur lequel porte le geste. Ces jeux décroissent progressivement à partir de deux ans […] Lire la suite

PSYCHOLOGIE CLINIQUE COMPORTEMENTALE ET COGNITIVE

  • Écrit par 
  • Martine BOUVARD
  •  • 2 567 mots

Dans le chapitre « La psychologie clinique comportementale »  : […] John B. Watson (1878-1958) est à l’origine du courant comportemental ( Behaviorism , 1925). Pour lui, la psychologie se définit comme la « science des comportements » et doit être objective et expérimentale. Il s’appuie sur les travaux de Pavlov sur le conditionnement répondant pour montrer comment les comportements peuvent être établis et renforcés. D’après Watson, le comportement humain s’élabo […] Lire la suite

ROBOTIQUE ET PSYCHOLOGIE

  • Écrit par 
  • Philippe GAUSSIER
  •  • 2 143 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers des robots interactifs et une robotique développementale »  : […] Maintenant qu’il est possible d’obtenir des robots effectuant des tâches complexes, la question des interactions entre l’homme et le robot devient un sujet important. Tout d’abord, il paraît souhaitable que ce dernier ne réalise pas d’actions impossibles ou incompréhensibles pour un humain. Par exemple, un robot peut trouver efficace de présenter un objet à un humain sans se retourner, en passant […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

André GUILLAIN, « IMITATION, psychologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/imitation-psychologie/