Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ILLUMINISME

L'illuminisme désigne un courant à la fois philosophique et religieux qui eut son apogée avec les théosophes du xviiie siècle. Il se rattache à la pensée de Plotin, du néo-platonisme, de Maître Eckhart, de Tauler, de la Theologia germanica et de Nicolas de Cues ; fidèle à l'esprit de l'évangile de Jean et de l'Apocalypse, il est lié aux kabbalistes juifs et chrétiens, aux quiétistes vaudois, aux piétistes allemands, à la gnose éternelle, aux thèses de Mme Guyon, aux mystiques et alchimistes allemands du xvie siècle. Paracelse, Valentin Weigel, Jacob Boehme surtout peuvent être considérés comme les maîtres des illuministes. Enfin, une certaine attitude d'esprit, procédant de la Réforme, n'est pas étrangère à la spiritualité de ce mouvement.

L'originalité de l'illuminisme tient à la façon dont il considère le problème de Dieu et celui de ses rapports avec l'homme. Elle apparaît, plus essentiellement encore, dans l'importance donnée à la dimension intérieure, au souci de se dégager de l'histoire, du temps et de l'espace. Rien de plus opposé aux méthodes d'autorité de la scolastique que l'illuminisme, dans lequel la personne est appelée à tenir le rôle que lui assigne sa vocation singulière. Chaque être possède sa propre lumière et ses propres ténèbres. Si la vérité est une, elle ne peut toutefois être reçue que selon la capacité de chacun.

Les illuministes s'intéressent volontiers aux sciences métapsychiques et à l' occultisme. Bien que les uns demeurent fidèles à l'enseignement des Églises officielles tandis que d'autres s'en détachent pour des options hétérodoxes, considérant les dogmes comme de simples revêtements de la vérité profonde impossible à exprimer, ils se rattachent le plus souvent à la franc-maçonnerie et à la théosophie, et se situent dans la perspective eschatologique de la préparation du retour du Christ.

Les précurseurs de l'illuminisme en Europe

Les illuministes du xviiie siècle ont eu leurs devanciers. Toutefois, c'est moins à un système déterminé qu'il convient de se référer qu'à une attitude d'esprit, à une Weltanschauung dont les éléments décisifs remontent au xvie siècle. Paracelse (1493-1541) découvre à la Renaissance le naturalisme et la magie. Quand il s'élève contre l'astrologie et l'alchimie, ce n'est point qu'il refuse ces sciences dont il connaît parfaitement le rôle, mais il s'insurge contre une certaine manière de les utiliser. Poussé par une curiosité illimitée et grand voyageur, il refuse l'enseignement officiel dispensé par les docteurs à bonnet pour se laisser séduire par la nature et par son jaillissement. Mais c'est en étudiant l'homme, en tant que microcosme, qu'il découvre la beauté du macrocosme. De même que l'homme est image divine, l'univers apparaît comme le corps visible des énergies invisibles. Ainsi l'homme est à la fois ciel et terre ; ses organes correspondent aux diverses planètes qui règlent l'univers et l'existence humaine.

Selon Valentin Weigel (1533-1588), la connaissance venant par l'extérieur ne peut rien apporter d'essentiel. C'est dans le monde intérieur que se réalise la vision de la vérité : l'esprit illuminé entend, comprend, saisit. Cette lumière n'est pas le résultat d'une acquisition, elle se découvre. Elle est dans l'homme, mais celui-ci risque de mourir sans avoir compris que le trésor de la sagesse se trouve en lui. Weigel insiste sur la nature subjective de la connaissance, sur le primat de la transformation personnelle de l'homme qui aboutit à une régénération, à une nouvelle naissance. La foi, l'amour de Dieu, l'abandon de soi-même, telles sont les caractéristiques fondamentales du chrétien de la seule et véritable[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

    • Écrit par Michel EUDE, Alfred GROSSER
    • 26 883 mots
    • 39 médias
    ...pratiques charitables. Un autre courant religieux – il serait plus exact de parler de religiosité – traverse l'Allemagne à la fin du xviiie siècle : l' illuminisme. Forme de la franc-maçonnerie mystique, fondée en 1776 à Ingolstadt, l'illuminisme fit des adeptes en Allemagne du Sud parmi les membres des...
  • ALUMBRADOS

    • Écrit par Raoul VANEIGEM
    • 382 mots

    Proches des Libertins spirituels, qui furent dénoncés par Calvin, les alumbrados ou illuminés, signalés en Espagne au xvie siècle, voyaient dans les affinements de l'amour charnel la réalisation de l'amour divin, dont chacun porte l'étincelle. Initialement suspectés d'...

  • CAZOTTE JACQUES (1719-1792)

    • Écrit par Denise BRAHIMI
    • 600 mots

    Dans la première partie de sa vie, rien ne semblait destiner Cazotte à la littérature. Il naît en 1719 à Dijon, où son père est greffier des états de Bourgogne et entreprend des études de droit. À Paris, où il vient en 1740, la protection de Maurepas lui permet d'entrer dans l'administration de la...

  • KIRCHBERGER NIKLAUS ANTON (1739-1799)

    • Écrit par Antoine FAIVRE
    • 186 mots

    Praticien bernois, Niklaus Anton Kirchberger n'a pratiquement pas laissé d'ouvrages, mais sa correspondance avec un grand nombre d'« illuminés » témoigne de son influence et constitue l'un des documents les plus précieux sur la théosophie au xviiie siècle. Ami de Rousseau...

  • Afficher les 14 références

Voir aussi