ALUMBRADOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Proches des Libertins spirituels, qui furent dénoncés par Calvin, les alumbrados ou illuminés, signalés en Espagne au xvie siècle, voyaient dans les affinements de l'amour charnel la réalisation de l'amour divin, dont chacun porte l'étincelle. Initialement suspectés d'illuminisme, Jean de la Croix et Thérèse d'Ávila insisteront, en revanche, sur la macération, qui fonde une mystique contemplative en accord avec l'orthodoxie.

Le terme alumbrado, apparu incidemment en 1498 et en 1512, se vulgarise en 1525 pour qualifier le groupe constitué à Tolède autour d'Isabel de la Cruz, qui rencontre la faveur du peuple comme de l'aristocratie. Quand le grand inquisiteur Manrique promulgue, le 23 septembre 1525, un édit contre les alumbrados, il y mêle des propositions de la Réforme, afin d'amalgamer dans une commune réprobation les idées du protestantisme et une doctrine que Luther et Calvin tiennent en exécration. Dans le même temps, un courant se développe à Salamanque avec Francisca Hernandez, Gil Lopez, Antonio de Medrano, Bernardino Tovar. L'Inquisition réagit en 1529 et condamne Isabel de la Cruz à la prison à vie. À Salamanque, Francisca Hernandez échappe au bûcher en dénonçant comme luthériens son amant, Bernardino Tovar et une quinzaine de ses amis. Cependant, à Séville, les alumbrados sont si nombreux que l'Église renonce à intervenir. En 1578, un groupe d'alumbrados est dénoncé à Llerena, en Estrémadure. L'enseignement y est prodigué par Fernando Alvarez et le père Chamizo, à qui il est reproché d'avoir initié trente-quatre personnes aux « jouissances célestes ».

Selon Alfonso de Santa Cruz, « ils disent que l'amour de Dieu dans l'homme est Dieu, ils affirment que l'extase conduit à une telle perfection qu'ils ne peuvent plus pécher, que l'illumination rend libre et délie de toute autorité, si bien qu'ils n'ont de compte à rendre à personne, même pas à Dieu ». On a voulu rattacher aux alumbrados les guérinets (partisans de l'abbé Guérin) persécutés en 1634 en Picardie et en Flandre (voir M. Menendez y Pelayo, Historia de los heterodoxos españoles, Madrid, 1929).

—  Raoul VANEIGEM

Écrit par :

Classification


Autres références

«  ALUMBRADOS  » est également traité dans :

INQUISITION

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX, 
  • Yves DOSSAT
  •  • 5 832 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'Inquisition et l'unification religieuse de l'Espagne »  : […] La juridiction inquisitoriale ne touchant que les « convertis », Juifs et Maures conservaient, après 1478, la possibilité de pratiquer leur religion. Cette situation fut modifiée dans le quart de siècle suivant par la politique d'unification religieuse pratiquée par les Rois Catholiques. Dès 1492, les Juifs doivent choisir entre le baptême et l'exil ; en 1501, la même mesure est appliquée aux Maur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inquisition/#i_35270

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Des amauriciens aux ranters »  : […] Jusqu'à plus ample information, il est d'usage de faire remonter le Libre-Esprit aux deux procès intentés, à Paris en 1209 et à Amiens en 1211, aux disciples supposés d' Amaury de Bènes, mort en 1207. Celui-ci s'était attiré la réprobation pontificale pour avoir affirmé que chaque homme est tenu de se considérer comme membre du Christ. Une simple abjuration mettra fin à une querelle qui semble n'a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_35270

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « ALUMBRADOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alumbrados/