CAZOTTE JACQUES (1719-1792)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la première partie de sa vie, rien ne semblait destiner Cazotte à la littérature. Il naît en 1719 à Dijon, où son père est greffier des états de Bourgogne et entreprend des études de droit. À Paris, où il vient en 1740, la protection de Maurepas lui permet d'entrer dans l'administration de la marine. Il commet alors quelques œuvres badines, dues à la fréquentation des milieux littéraires et mondains, mais sans songer à faire carrière dans ce genre. Devenu écrivain de la marine en 1743, il s'embarque bientôt pour un long séjour à la Martinique (1747), comme contrôleur aux Îles-sous-le-Vent. À l'occasion d'un congé en France (1752-1754), il participe à la querelle des Bouffons, et l'on a de lui deux brochures sur la musique qui datent de cette époque.

Revenu en France, Cazotte, qui cherche à obtenir une retraite de l'administration, vit soit à Paris, soit dans une maison de campagne près d'Épernay, et se consacre à la littérature. En 1768, il est élu à l'académie de Dijon. Dès 1763, il avait publié un roman, Ollivier, remarquable par la présence d'épisodes magiques qui rappelaient les bizarreries des Contes d'Hamilton. Mais, dans Le Diable amoureux (1772), conte fantastique assez court, on s'accorde à reconnaître des qualités autrement sérieuses. On y voit comment un jeune homme, Alvare, se laisse peu à peu séduire puis envoûter par les charmes du diable, déguisé en jeune femme. Le portrait de cette Biondetta met en valeur les ambiguïtés qui précipitent Alvare vers sa chute, pudeur et lubricité, faiblesse et obstination, exigence et soumission. Le mobile premier d'Alvare est une sorte de vertige devant le mal ; par abus de sa liberté, il travaille sciemment, quoique avec terreur, à sa propre ruine. Plus que l'ésotérisme du conte, ce sont ses qualités littéraires qui ont séduit : un spécialiste du roman du xviiie siècle, H. Coulet, a pu dire de ce livre : « La netteté et la simplicité du récit, l'harmonie établie entre le naturel des sentiments [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Sèvres, professeure agrégée des Universités (littérature comparée), université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification


Autres références

«  CAZOTTE JACQUES (1719-1792)  » est également traité dans :

EXOTISME

  • Écrit par 
  • Mario PRAZ
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'exotisme avant le romantisme »  : […] Il manque à la mode des chinoiseries cet ardent désir de délivrance des sens qui caractérise l'exotisme romantique : un âge intellectuel comme le xviii e  siècle admira surtout la civilisation raffinée des Chinois. On fit des Orientaux les porte-parole de la censure des mœurs européennes. On doit à un Italien, Giovanni Paolo Marana, l'invention d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/exotisme/#i_8497

NODIER CHARLES (1781-1844)

  • Écrit par 
  • Pierre MOREAU
  •  • 1 876 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le polygraphe »  : […] De Besançon, où il naquit quelques années avant la prise de la Bastille, à Paris, où il mourut au crépuscule du romantisme, Charles Nodier reste à maints égards un homme du xviii e  siècle. Et d'abord en raison de sa précocité : en 1791 et 1792 il prononce des discours à la Société des amis de la Constitution ; en 1798, il écrit une Dissertation s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-nodier/#i_8497

Pour citer l’article

Denise BRAHIMI, « CAZOTTE JACQUES - (1719-1792) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-cazotte/