ILIADE, HomèreFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un immense poème épique

L'Iliade présente les traits caractéristiques de ce qu'il est convenu de nommer l'art homérique. Monument de la littérature, cette épopée se compose de près de seize mille vers répartis en vingt-quatre chants. Les épisodes essentiels sont la querelle d'Achille et d'Agamemnon (chant I), la mort de Patrocle (chants XV à XIX), celle d'Hector (chants XX à XXIV), qui marque la réconciliation entre le roi et le héros. Les descriptions sont simples, précises, montrant tour à tour les héros comme des demi-dieux et comme des êtres de chair et de sang : ainsi, Achille n'hésite pas à solliciter le concours de sa mère la nymphe Thétis, mais pleure à chaudes larmes la mort de Patrocle. Fréquentes, les répétitions de vers ou de groupe de vers rythmant le texte étaient nécessaires pour l'aède qui déclamait l'œuvre en musique, et appréciées d'un public qui pouvait connaître par cœur ces courts passages.

La nature fournit une mine de comparaisons et de métaphores, empruntées aux actes de la vie quotidienne. Le héros Ajax, dans son entêtement, est ainsi comparé à un âne broutant un champ, qui demeure sur place quand « sur son dos les enfants brisent plus d'un bâton ». L'action, le récit des batailles sont entrecoupés de discours abondants, souverains et héros faisant montre d'une grande éloquence, déployée notamment lors des assemblées de combattants. Mais les paroles des hommes s'avèrent de peu de poids face à la toute-puissance divine. Les dieux, en effet, interviennent presque constamment dans l'Iliade, se mêlent aux soldats, dissimulent leur favori aux yeux des adversaires, conseillent en songe. Trop humains, ils prennent garde aussi de n'être pas blessés. Leurs passions, toutes humaines également, influent profondément sur le monde des hommes. Zeus, époux d'Héra, répond ainsi à la nymphe Thétis venue le supplier d'aider son fils Achille : « Ah ! la maudite affaire ! Tu vas avec Héra m'amener un conflit : elle viendra, de ses injures, m'irriter, elle, qui, sans répit, parmi les Immortels, déjà me cherche noise et m'accuse d'aider les Troyens au combat ! »

Dans ce poème épique, une dizaine d'individus occupent le devant de la scène. Achille s'y révèle un héros jeune et passionné, ardent dans sa haine, profond dans son amitié. Agamemnon illustre la bravoure mais aussi l'orgueil condamné par les dieux. Ajax déploie une force physique hors du commun, Ulysse maîtrise la ruse, la prudence dans la réflexion. Dans le camp troyen, dominent la majesté pleine de douleur du vieux roi Priam, le courage inflexible d'Hector, mais aussi celui de Pâris. Les figures de femmes sont plus rares, mais se détachent avec vigueur : Hélène, accablée par le sentiment de sa faute, le remords d'être responsable de la guerre qui décime les siens ; Andromaque, mère et épouse idéale ; Cassandre enfin, prophétesse sacrée d'Apollon, dont les avertissements funèbres demeureront sans effet.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : agrégé d'histoire, docteur ès lettres, professeur au lycée Jean-Monnet, Franconville

Classification

Autres références

«  ILIADE, Homère  » est également traité dans :

HOMÈRE

  • Écrit par 
  • Pierre CARLIER, 
  • Gabriel GERMAIN, 
  • Michel WORONOFF
  •  • 12 024 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  La société homérique »  : […] Depuis les découvertes de l'Allemand Heinrich Schliemann à Troie en 1870 et à Mycènes en 1873, beaucoup d'archéologues et d'historiens ont postulé que les poèmes d'Homère, généralement datés du viii e  siècle avant notre ère, décrivaient le monde mycénien qui s'était épanoui dans la seconde partie du II e  millénaire ; ils ont combiné les données archéologiques de l'Âge du bronze et les indication […] Lire la suite

HOMÈRE (P. Carlier)

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 1 059 mots

« Homère : n'a jamais existé. » Cette formule péremptoire se lit dans le Dictionnaire des idées reçues de Flaubert, qui la complète en ajoutant à propos du père de l' Iliade et de l' Odyssée  : « Célèbre par sa façon de rire : un rire homérique. » La notice souligne avec humour deux écueils entre lesquels naviguent les biographes du poète grec. Soit ils doutent de son existence et se condamnent […] Lire la suite

HOMÈRE (exposition)

  • Écrit par 
  • Hervé DUCHÊNE
  •  • 1 272 mots
  •  • 1 média

Homère fut, selon la formule de Platon, le maître d'école de la Grèce. Dans l’Europe du xxi e  siècle, il reste, malgré le déclin de l’enseignement des langues anciennes, une autorité. Il faut revenir à cette origine dont nous sommes les héritiers, car, de Il R itorno d’ Ulisse in patria de Monteverdi à Ulysse de Joyce ou au Mépris de Godard, la culture occidentale n’a cessé de trouver dans […] Lire la suite

INSPIRATION (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Luc BRISSON
  •  • 2 323 mots

Dans le chapitre « Inspiration et compétence poétique »  : […] Cette conception de l'inspiration poétique diffère sur des points essentiels de celle que s'en font les poètes anciens eux-mêmes. En effet, les poètes associent traditionnellement l'inspiration à la connaissance, et se montrent très conscients de l'importance de l'art, de l'aspect technique qui intervient dans leur travail. Cela dit, on gardera toujours en mémoire le fait que, dans le cadre d'une […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 251 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Poésie archaïque »  : […] Au commencement, il y eut Homère  : tel fut, en général, l'avis des Anciens sur la genèse de leur littérature, tel était aussi jusqu'à une époque récente celui des Modernes ; née de rien, la littérature grecque donnait le jour à un chef-d'œuvre. Aujourd'hui, grâce à une série de recoupements, on s'accorde à dire qu'Homère, loin d'être le premier, est, sinon le dernier, du moins le plus illustre re […] Lire la suite

HÉLÈNE DE TROIE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 421 mots
  •  • 1 média

« Le blâme ne peut rétribuer Troyens et Achéens aux bonnes jambières de souffrir de si longs maux autour d'une telle femme : elle ressemble trop terriblement aux déesses immortelles », murmurent les Troyens en voyant Hélène aux bras blancs s'avancer sur leurs remparts (Homère, L'Iliade , III). Hélène, née d'un œuf comme Castor, Pollux et Clytemnestre, est la fille de Léda et de Zeus-cygne, et du m […] Lire la suite

HÉPHAÏSTOS

  • Écrit par 
  • Olivier JUILLIARD
  •  • 459 mots
  •  • 1 média

Dieu du Feu, fils de Zeus et d'Héra selon plusieurs traditions, Héphaïstos est au contraire, selon la Théogonie d'Hésiode, engendré par la seule Héra (dépitée de la naissance d'Athéna issue du seul Zeus). Cette tradition s'accorde cependant mal avec l'aide qu'Héphaïstos est censé avoir apportée à son père en lui fendant la tête afin de permettre à Athéna de venir au monde. Héphaïstos est boiteux […] Lire la suite

RITUEL FUNÉRAIRE ARISTOCRATIQUE (Grèce antique)

  • Écrit par 
  • Bernard HOLTZMANN
  •  • 1 610 mots

Si les vestiges archéologiques de la vie sont souvent ténus et énigmatiques, ceux de la mort sont généralement nombreux et loquaces : l'apparence physique des hommes, leur statut social, leurs croyances, leur goût s'y révèlent ; aussi les tombes sont-elles la grande, parfois même la seule ressource de l'archéologie. Cela vaut également pour la civilisation grecque, quelle que soit la variété des s […] Lire la suite

DACIER ANNE, née LEFÈVRE (1654-1720)

  • Écrit par 
  • Bernard CROQUETTE
  •  • 461 mots

Fille de l'érudit français Tanneguy Lefèvre et femme de l'érudit André Dacier — elle-même célèbre érudite. Après avoir reçu les leçons de son père, Anne Lefèvre est protégée, quand elle devient orpheline, par Chapelain et par Huet, et chargée, grâce au duc de Montausier, de fournir quelques-uns des volumes de la collection destinée à l'éducation du dauphin (« ad usum Delphini »). C'est ainsi que, […] Lire la suite

LAMENTATION, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 877 mots

Composition par laquelle le poète met en forme le topos du regret et du deuil à l'occasion d'un départ, d'une mort ou d'une calamité publique. Qu'il parle en son nom ou au nom de la communauté entière, il doit convertir l'émotion en mots, sans cesse renouvelés et cependant conformes à la tradition, car la douleur, elle, est toujours identique à elle-même. Cette « habitude poétique » (P. Zumthor) […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-François PÉPIN, « ILIADE, Homère - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/iliade/