THÉTIS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fille du sage Nérée, lui-même fils de Flot et de Doris, la fille d'Océan, Thétis aux pieds d'argent est une déesse marine. Élevée par Héra, elle refuse l'amour de Zeus, à moins que l'oracle de Thémis — dont Prométhée se sert pour agir sur Zeus (cf. Euripide, Prométhée enchaîné) —, oracle selon lequel le fils qui naîtra d'elle sera plus puissant que son père, comme le furent Cronos et Zeus, n'ait détourné Zeus, comme Poséidon, de la douce Néréide. C'est à un mortel qu'on l'unit donc : Pélée, le protégé du bon centaure Chiron, réussit à soumettre le feu, l'eau, le vent, l'arbre, l'oiseau, le tigre, le lion, le serpent et la seiche, les mille formes que prend la déesse d'eau pour lui échapper. Immortelle liée à un mortel, elle cherche à délivrer ses enfants de la mort et les tue en les plongeant dans le feu ; Achille seul réchappe, sauvé par son père, à moins que Thétis n'ait réussi, le tenant par le talon, à immortaliser le reste de ce corps en le trempant dans le Styx. Laissant là Pélée vieillissant, « elle demeure aux abîmes marins » auprès de son père, l'éternel vieux de la mer, dans la grotte brillante, entourée des Néréides ses sœurs (cf. Homère, L'Iliade, I, 348 ; XVIII, 35), « brume » qui émerge de la blanche mer pour consoler, aider, s'entremettre pour le héros son fils. L'Iliade, qui chante la colère d'Achille, chante aussi le chagrin et l'impuissance de Thétis qui, bien qu'obtenant de Zeus que les Achéens se ressentent de l'absence d'Achille, ou d'Héphaïstos, autrefois recueilli par elle, qu'il lui forge des armes comme jamais nul mortel n'en porta, connaît le destin, mais ne peut rien contre lui. Ainsi, « la plus malheureuse des déesses », sacrifiée en des noces solennelles, est la mère qui ne peut donner que l'honneur et non l'éternité au fils mortel.

—  Barbara CASSIN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  THÉTIS  » est également traité dans :

ACHILLE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 508 mots
  •  • 3 médias

Fils de Pélée, roi des Myrmidons, et de la Néréide Thétis ; c'était le guerrier le plus grand, le plus courageux et le plus beau de l'armée d'Agamemnon devant Troie. Selon Homère, il fut élevé par les soins de sa mère, en même temps que son cousin et inséparable ami Patrocle. Les poèmes perdus du Cycle épique grec , Pindare dans la III […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/achille/#i_8725

PÉLÉE

  • Écrit par 
  • Alain LABROUSSE
  •  • 181 mots

Dans la mythologie grecque, roi des Myrmidons, célèbre surtout comme père d'Achille, auquel il survécut. Fils d'Éaque, il tua par mégarde son frère Phocos, et fut banni d'Égine ; il se rendit en Thessalie, à Phthie, à la cour d'Eurythion, qui le purifia de son meurtre, lui donna sa fille Antigone et un tiers de son royaume. Au cours de la chasse au sanglier de Calydon, Pélée tua accidentellement s […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelee/#i_8725

Pour citer l’article

Barbara CASSIN, « THÉTIS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thetis/

haut de page

Encyclopædia Universalis - Contact - Mentions légales - Consentement RGPD

Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis

©2019 Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.