ICÔNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Madone, entourage d'A. Roublev

Madone, entourage d'A. Roublev
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev

Trinité, ou Philoxénie d'Abraham, A. Roublev
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Monastères des Météores

Monastères des Météores
Crédits : Hans Strand/ Getty Images

photographie

Commerce des icônes. Monde orthodoxe

Commerce des icônes. Monde orthodoxe
Crédits : Insight Guides

photographie


Signification de l'icône

Le VIIe Concile œcuménique (787) a justifié et formulé la « vénération » des « saintes images » en précisant que cette vénération n'est pas l'adoration mais son moyen, car l'icône, transparente à son prototype, permet de connaître Dieu par la Beauté.

L'Église tout entière, avec son architecture, ses fresques, ses mosaïques, constitue une gigantesque icône qui est à l'espace ce que le déroulement liturgique est au temps : « le ciel sur la terre », la symbolisation de la divino-humanité, lieu de l'Esprit où la chair-pour-la-mort se métamorphose en soma pneumatikon, en corporéité spirituelle.

Certes le Dieu vivant est radicalement inaccessible : le VIIe Concile œcuménique et le grand Concile de Moscou de 1666-1667 ont interdit de représenter le Père, « source » de la divinité. Mais celle-ci est rendue visible – « Qui m'a vu a vu le Père » (Jean, XIV, 9) – par l'incarnation de celui qui n'est pas seulement le Verbe de Dieu mais son Image. Le fondement de l'icône est donc christologique : « Puisque l'Invisible, s'étant revêtu de la chair, est apparu visible, tu peux figurer la ressemblance de Celui qui s'est fait Théophanie » (saint Jean Damascène). Par là même l'icône est aussi pneumatologique, elle anticipe la Transfiguration ultime de l'humanité : dans le Corps du Christ, lieu d'une perpétuelle Pentecôte, l'homme créé à l'image de Dieu peut trouver dans l'Esprit son vrai visage. C'est ce visage que suggère l'icône en illustrant l'enseignement ascétique et mystique de l'Orthodoxie sur la « déification » : la réduction intériorisante des oreilles et de la bouche, le front dilaté et lumineux, le cou gonflé par le Souffle vivifiant, le visage devenant « tout yeux » (Corpus macarianum), c'est-à-dire pure transparence, la représentation toujours frontale (le profil serait objectivation), tout indique un être devenu à la fois « prière pure » et pur accueil.

L'icône n'est pas consubstantielle à son prototype et, tout en utilisant le symbolisme, elle n'est pas elle-même symbole. Elle fait surgir, non sans une certaine rigueur « portraitique », une présen [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ICÔNE  » est également traité dans :

ANNEAU D'OR

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 4 071 mots

Dans le chapitre « Vladimir »  : […] Vladimir, dont les monuments les plus prestigieux, après ceux de Kiev et de Novgorod datent du xii e  siècle, est située à 190 kilomètres au nord-est de Moscou, sur les bords de la Kliazma. La ville est connue depuis 1108. Les premières églises y furent érigées par les princes kiéviens Vladimir Vsevolodovitch Monomaque (1053-1125) et Iouri Dolgor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anneau-d-or/#i_4683

APOCALYPSE DE JEAN

  • Écrit par 
  • Jean HADOT
  •  • 6 530 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les icônes russes »  : […] Certains pensent que l'influence de Dürer s'étendit jusqu'à la Russie. À Iaroslav, des thèmes tirés de l'Apocalypse apparaissent dans les icônes des églises du prophète Élie (1680) et de Saint-Jean-Baptiste (1695). Le message de Dürer y serait parvenu par l'intermédiaire de la Bible hollandaise de Piscator (1650). Mais il faut évoquer ici l'existence en Russie de plusieurs œu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apocalypse-de-jean/#i_4683

ART & THÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Georges DIDI-HUBERMAN
  •  • 6 769 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'idole et l'icône »  : […] Les premiers théologiens de la chrétienté, en deçà de toutes les différences qui sépareront le domaine oriental, byzantin, du domaine occidental et latin, les premiers théologiens auront ainsi, plus ou moins explicitement, formulé leurs exigences principes à l'égard de cet art qui allait devenir un vecteur essentiel de la dévotion, de la liturgie et de la prédication religie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-et-theologie/#i_4683

BELTING HANS (1935- )

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 2 172 mots

Dans le chapitre « Le tournant du xie siècle »  : […] Tant en Orient qu'en Occident, la situation resta inchangée, ou presque, jusqu'au xi e  siècle. Hans Belting fait de ce siècle le pivot de l'histoire des images, parce que c'est à ce moment que l'analogie établie entre le corps de Jésus-Christ et l'image chrétienne va, pour des raisons historiques, perdre son statut de norme universellement valabl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-belting/#i_4683

BYZANCE - Les arts

  • Écrit par 
  • Catherine JOLIVET-LÉVY, 
  • Jean-Pierre SODINI
  •  • 13 613 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre «  Les icônes »  : […] L' icône portative, peinte sur un panneau de bois, est peut-être l'expression la plus caractéristique de l'art et de la spiritualité de Byzance. Nouvelles découvertes et travaux récents ne cessent d'en faire progresser l'étude, et pourtant, si le corpus des œuvres s'accroît, si la chronologie souvent s'affine, maints problèmes demeurent, qui touchent à la datation des pièces, à la localisation des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-les-arts/#i_4683

BYZANCE, 330-1453 (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian HECK
  •  • 1 037 mots

Du marbre représentant le monstre marin rejetant Jonas sur la rive à la plaque d'orfèvrerie de l'éclatant saint Michel archange et à l'icône de l' Échelle sainte de Jean Climaque, plus de trois cents objets ont exprimé, lors de l'exposition Byzance, 330-1453 (Royal Academy of Arts, Londres, 25 octobre 2008-22 mars 2009), l'intensité, la fécondité, l'in […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/byzance-330-1453/#i_4683

COPTES

  • Écrit par 
  • Pierre DU BOURGUET, 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 6 982 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les prolongements de l'art copte »  : […] La situation des Coptes ne leur permet pas de renouveler leur art au-delà du xii e  siècle. En Égypte, une koinê artistique sans traits coptes, exception faite de la tendance au portrait, déjà décelable dans les peintures des coupoles de l'église El-Adra du Deir ès-Souryan au Ouadi èn-Natroun, s'établit dans les peintures de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coptes/#i_4683

DIONISII ou DIONYSOS (1440 env.-env. 1510)

  • Écrit par 
  • Jean BLANKOFF
  •  • 652 mots

À la différence d'un grand nombre de peintres d'icônes, appartenant aux milieux ecclésiastiques ou monacaux, Dionisii (ou Dionysos) était un laïc ; il travaillait avec ses fils, Feodosii et Vladimir. D'après les mentions qui en sont faites dans les textes anciens, sa réputation était établie de son vivant déjà. Vers 1480-1481, il fut invité à travailler au Kremlin. Il fut en contact avec Iosif Vol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dionisii-dionysos/#i_4683

GÉORGIE

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET, 
  • Régis GAYRAUD, 
  • David Marshall LANG, 
  • Kalistrat SALIA
  • , Universalis
  •  • 15 746 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les arts du métal »  : […] À l'Âge du bronze moyen (env. 1500 av. J.-C.), de nombreuses techniques avaient été mises au point dans le domaine de la métallurgie en Géorgie : coulage, forgeage, repoussage, découpage, estampage, polissage et brunissage. On connaissait aussi les bijoux niellés. Certains objets d' or et certains filigranes trouvés dans les sépultures trialeti rappellent les modèles sumérien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georgie/#i_4683

ICONOCLASME

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 619 mots

L'iconoclasme est la réplique quasi spontanée des monothéismes à la matérialisation du sacré et à ses compromissions avec le vocabulaire visuel du polythéisme. Moïse, Ézéchias et Josias furent des iconoclastes ; de même, dans le judaïsme postérieur, ces rabbis qui, vers le iv e siècle, expurgeaient les synagogues des peintures, mosaïques et relie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconoclasme/#i_4683

ICONOSTASE

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 1 215 mots
  •  • 1 média

Pour les contemporains, l'iconostase évoque cet imposant dressoir d'images saintes qui, dans les communautés orthodoxes de souche gréco-byzantine, isole le fidèle de l'espace sacré par excellence, le sanctuaire. Dans l'usage originel, eikonostasion définissait le support, sur pied ou en console, d'une icône privilégiée, disposée en avant de l'entrée du chœur. Le meuble exist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iconostase/#i_4683

IMAGE

  • Écrit par 
  • Agnès MINAZZOLI
  •  • 3 210 mots

Dans le chapitre « L'imitation ou l'invention du modèle »  : […] La tradition des arts visuels en Occident définit l'image dans les termes d'une relation problématique : l'imitation, en effet, suscite des interrogations d'autant plus complexes qu'elles concernent le statut du modèle peut-être bien davantage encore que celui de l'image. On dit l'image sans substance – ombre, reflet ou simulacre – ; on lui oppose le repère certain de l'original : quand il dénon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/image/#i_4683

IMAGE ET CULTE. UNE HISTOIRE DE L'ART AVANT L'ÉPOQUE DE L'ART, Hans Belting - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 020 mots

Dans le chapitre « Les changements aux XIe-XIIIe siècles »  : […] L'analogie établie, et préservée, entre le corps christique et l'image chrétienne avait valeur de norme. Dans une certaine mesure, elle fut indispensable pour que le corps humain trouvât, à son tour, un reflet d'image et s'affirmât dans une culture qui le tenait dans le plus grand mépris. Au xi e  siècle dans le monde byzantin, au cours du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/image-et-culte-une-histoire-de-l-art-avant-l-epoque-de-l-art/#i_4683

JEAN DAMASCÈNE (640 env.-env. 750)

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT
  •  • 1 396 mots

Dans le chapitre « De la théologie à l'expérience ecclésiale »  : […] Dans son Homélie sur la Transfiguration qui annonce la spiritualité du Moyen Âge byzantin, le Damascène souligne que l'homme est appelé à une déification intégrale par la participation au Christ transfiguré, dont « le corps terrestre rayonne de la splendeur divine », dont « le corps mortel verse la gloire de la divinité ». Cette transfiguration s'offre à tous dans l'expérien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-damascene/#i_4683

JÉSUS ou JÉSUS-CHRIST

  • Écrit par 
  • Joseph DORÉ, 
  • Pierre GEOLTRAIN, 
  • Jean-Claude MARCADÉ
  •  • 21 225 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les icônes russiennes et russes »  : […] Du xii e au xiv e  siècle, moment où se forme la Moscovie, première étape de la future Russie, puis de l'Empire russe, les maîtres grecs dominent la production iconographique de la « Rouss kiévienne » à partir du xii e  siècle. Bien entendu, l'ar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesus-jesus-christ/#i_4683

QUERELLE DES IMAGES

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 208 mots

En 726, l'empereur Léon III détruit une image (icône) du Christ très vénérée qui se trouve au-dessus de la Chalkê, la porte de bronze de son palais à Constantinople. C'est le premier épisode de la crise iconoclaste, d'une politique impériale de destruction des images sacrées, confirmée par un édit en 730. Plutôt que l'influence de l'islam tout proche ou un geste antireligieux, il faut y voir la vo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/querelle-des-images/#i_4683

ROUBLEV ANDREÏ (1370 env.-env. 1430)

  • Écrit par 
  • Jean BLANKOFF
  •  • 713 mots
  •  • 4 médias

Quoique nous n'ayons aucune preuve qu'il ait été son élève, on considère parfois le peintre russe Andreï Roublev (prononcer Roubliov) comme le « continuateur » de Théophane le Grec. Il serait originaire de Pskov, selon une hypothèse que rien n'est venu confirmer. La vie et l'œuvre de Roublev sont liées à l'école de Moscou, dont il fut le représentant le plus génial . La réputation de Roublev était […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrei-roublev/#i_4683

RUSSIE (Arts et culture) - L'art russe

  • Écrit par 
  • Michel ALPATOV, 
  • Olga MEDVEDKOVA, 
  • Cécile PICHON-BONIN, 
  • Andreï TOLSTOÏ
  •  • 18 894 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La réunification de la Russie »  : […] Sous la conduite de la Moscovie, les principautés russes réussissent finalement à infliger une première défaite aux Tatars en remportant la victoire de Koulikovo (1380). Dès lors commence pour la culture russe une période d'essor général, et le xv e  siècle est celui de l'épanouissement complet de l'art russe ancien. La ville de Novgorod, restée e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-l-art-russe/#i_4683

SAINTE RUSSIE. L'ART RUSSE DES ORIGINES À PIERRE LE GRAND (exposition)

  • Écrit par 
  • Olga MEDVEDKOVA
  •  • 920 mots

L'exposition Sainte Russie. L'art russe des origines à Pierre le Grand ouverte au public du 5 mars au 24 mai 2010 est la première présentation de cette ampleur de l' art russe médiéval au musée du Louvre à Paris. La décision de montrer cette période de l'histoire de l'art en Russie est d'autant plus importante qu'elle ne pouvait pas s'appuyer sur les collections du musée. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sainte-russie-l-art-russe-des-origines-a-pierre-le-grand-exposition/#i_4683

SLAVES DU SUD (ART DES)

  • Écrit par 
  • Athanas BOJKOV, 
  • Vajislav DJURIC
  •  • 7 399 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La domination turque (XVe-XIXe s.) »  : […] Après la conquête de la péninsule balkanique par les Osmanlis, l'autocéphalie de l'Église serbe est abolie, Serbes et Macédoniens relèvent désormais de l'archevêché d'Ohrid. L'archevêché, grâce à la générosité de citoyens aisés, continue à élever de modestes églises à une nef, décorées de peintures murales. L'architecture et la peinture de la fin du xv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/slaves-du-sud-art-des/#i_4683

STROGANOV ÉCOLE DE

  • Écrit par 
  • Jean BLANKOFF
  •  • 359 mots

À la fin du xvi e siècle naît, au nord-est de la Moscovie, ce que l'on a pris l'habitude de dénommer l'école de peinture de Stroganov, du nom de la famille de marchands qui la protégea, mais dont, en réalité, les caractéristiques apparaissent ailleurs également à la même époque. Cette école, ou plutôt ce courant correspondant à une période, privi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-de-stroganov/#i_4683

THÉOPHANE LE GREC (entre 1330 et 1340-entre 1405 et 1415)

  • Écrit par 
  • Jean BLANKOFF
  •  • 524 mots
  •  • 1 média

Peintre d'origine byzantine, Théophane le Grec s'est illustré en Russie. Nous connaissons assez peu de chose sur sa vie ; les faits essentiels de sa biographie sont rapportés par l'épître d'Épiphane le Très Sage (Premudryï) à Cyrille de Tver, écrite vers 1415. Son nom et son travail sont aussi mentionnés dans la troisième chronique de Novgorod et dans la chronique moscovite de la Trinité. Théophan […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theophane-le-grec/#i_4683

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, Catherine JOLIVET-LÉVY, « ICÔNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/icone/