Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WÖLFFLIN HEINRICH (1864-1945)

  • Article mis en ligne le
  • Modifié le
  • Écrit par

Une histoire de l'art sans noms

Au moment des Principes fondamentaux de l'histoire de l'art, la théorie de Wölfflin est fondée sur quatre présupposés :

1o La théorie de l'art ne vise pas l'exploration du cas singulier, la manière qui distingue l'artiste de ses contemporains, mais la découverte des traits généraux de l'évolution artistique.

2o L'art possède une évolution relativement autonome qui justifie l'analyse interne de « ce qui est spécifiquement artistique dans l'œuvre d'art ».

3o L'objet de cette analyse n'est pas l'expression, mais la qualité abstraite, première par rapport à l'expression ; la qualité du style est « ce qui va de soi » pour Holbein et pour Michel-Ange, la forme de la vision commune à tous les artistes d'une même époque et qu'ils ne sauraient mettre en cause.

4o Le niveau de la qualité est constitué comme « langue artistique » (Kunstsprache), possédant une grammaire et une syntaxe qui organisent la « pure visualité » dans une « relative inexpressivité ». En effet, le choix des objets à représenter et le système de formes qui les accueille se conditionnent réciproquement ; or le choix d'objet entraîne une certaine expressivité.

Ces présupposés ne rendent pas compte de la genèse des moyens d'expression ; ils ne s'appliquent à l'art qu'au moment où celui-ci, parvenu à sa maturité, n'évolue plus par l'augmentation de ses possibilités, mais par leur restriction ; lorsqu'il est possible et nécessaire de choisir entre la ligne et la tache de lumière, entre la surface et la profondeur. Pour Wölfflin, l'Occident est parvenu à ce stade avec la Renaissance italienne.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Genève

Classification

Pour citer cet article

Jean WIRTH. WÖLFFLIN HEINRICH (1864-1945) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Autres références

  • PRINCIPES FONDAMENTAUX DE L'HISTOIRE DE L'ART. LE PROBLÈME DE L'ÉVOLUTION DU STYLE DANS L'ART MODERNE, Heinrich Wölfflin - Fiche de lecture

    • Écrit par
    • 1 330 mots

    Dans le courant que l'on nomme « formaliste » en histoire de l'art, Heinrich Wölfflin (1864-1945) occupe, avec Gottfried Semper ou Aloïs Riegl, une place essentielle. Peu d'œuvres auront exercé une influence aussi durable que la sienne, au-delà même de sa discipline. Élève et successeur...

  • ART (Le discours sur l'art) - L'histoire de l'art

    • Écrit par
    • 4 725 mots
    • 1 média
    Héritier et successeur de Jacob Burckhardt, H. Wölfflin se donne pour but d'achever de libérer l'histoire de l'art de toute facilité anecdotique, en subordonnant rigoureusement la mention de l'artiste à l'examen des œuvres, et de donner à celui-ci un cadre de notions propres à permettre une histoire...
  • BAROQUE

    • Écrit par , et
    • 20 831 mots
    • 23 médias
    ...première tentative de mise en situation du baroque, dans les arts qui concernent l'organisation et le rendu de l'espace, peut être attribuée à Heinrich  Wölfflin (1864-1945). L'analyste procède, dans ses Principes fondamentaux de l'histoire de l'art, à l'établissement d'une série d'antithèses...
  • BONY JEAN (1909-1995)

    • Écrit par
    • 942 mots

    Historien français de l'art et de l'architecture du Moyen Âge. Pour le public cultivé, Jean Bony restera l'auteur de la synthèse magistrale sur l'Architecture gothique en France aux XIIe et XIIIe siècles, qu'il écrivit en anglais et que publia l'université de Berkeley...

  • CLASSIQUE ARCHITECTURE

    • Écrit par
    • 4 847 mots
    • 5 médias
    ...est délimité par la Renaissance, de l'autre par le néo-classicisme qui commence à se manifester dans la seconde moitié du xviiie siècle » ( Wölfflin, Renaissance et baroque, pp. 39-41, 1888). Dans ce premier essai, Wölfflin notait déjà qu'un nouveau chapitre s'ouvrait avec Bernin aux environs...
  • Afficher les 14 références