ARENDT HANNAH (1906-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Penser ce que nous faisons »

Comment penser la crise de la culture, la crise de l'éducation, l'avènement du mensonge en politique, dès lors qu'aucune des réponses fournies par la tradition n'est plus valable : telles sont les interrogations qui sous-tendent La Crise de la culture (1954), puis La Condition de l'homme moderne (1958). Ce livre signe sa réconciliation avec le monde, en appelant à penser la vita activa sous l'angle du travail, de l'œuvre et de l'action. « Les hommes qui ne pensent pas sont comme des somnambules » : c'est ce dont allait prendre conscience Hannah Arendt lorsqu'elle couvrit en 1961, à sa demande, le procès Eichmann pour le New Yorker, estimant qu'elle devait cela à son passé. Elle en tira le livre Eichmann à Jérusalem, dont le sous-titre, Rapport sur la banalité du mal, ainsi que les quelques pages où elle relate le rôle des conseils juifs dans la « solution finale » des Juifs européens déclenchèrent contre elle une véritable cabale, dont les effets se font encore sentir : « Eichmann n'était ni un Iago, ni un Macbeth et il ne lui serait jamais venu à l'esprit, comme à Richard III, de faire le mal par principe », y affirmait-elle. Son seul crime, sans précédent, consistait à ne pas avoir pensé ce qu'il faisait, à n'avoir pas imaginé les conséquences de ses actes, à ne pas avoir compris que « la politique n'est pas la nursery », que ce peut être un honneur que de désobéir dès lors que la loi est inique.

De 1963 à 1968, Hannah Arendt enseigne à l'université de Chicago avant d'être nommée professeur de philosophie politique à la New School for Social Research à New York. Les victoires d'Israël durant la guerre de Six Jours l'enthousiasment – « Toute catastrophe réelle en Israël m'affecterait profondément, plus que tout au monde », écrivait-elle à son amie, Mary MacCarthy – même si, en 1952, elle avait décrété, suite à une loi de nationalité votée par le gouvernement israélien, qui excluait de la citoyenneté israélienne un grand nombre d'Arabes vivant en Israël, qu'elle ne voulait plus avoir affaire avec la politique juive. La révolte étudiante à Columbia, en avril 1968, lui fournit une fois de plus l'occasion de réfléchir sur les concepts de pouvoir et de violence : l'article qu'elle écrivit à cette occasion, « Sur la violence », sera repris dans Du mensonge à la violence (1969).

Outre son « souci du monde », la fidélité caractérise également Hannah Arendt. En 1958, elle prononce un discours à Francfort en l'honneur de Karl Jaspers, à l'occasion de la remise du prix de la paix des libraires allemands et, en 1969, elle prononce l'éloge funèbre de « celui qui pendant un quart de siècle a été la conscience de l'Allemagne ». La même année elle accepte de contribuer aux « Mélanges » dédiés à Martin Heidegger à l'occasion de son quatre-vingtième anniversaire, célébrant celui dont la réputation l'avait attirée à Fribourg, et comparant son engagement nazi au rôle joué par Platon auprès du tyran de Syracuse. Les écrits rassemblés dans Vies politiques (1968), et consacrés notamment à Jaspers, Heidegger, Broch, Benjamin, Brecht, sont un autre témoignage de fidélité envers ceux qui ont su penser en de « sombres temps ».

En 1973, elle accepte d'assurer les conférences Gifford à Aberdeen. C'est l'occasion pour elle de revenir à la vita contemplativa, comme en témoigne sa déclaration : « En politique, j'ai simplement joué mon rôle, rien de plus. À partir de maintenant, et pour le temps qui me reste, je m'occuperai de problèmes qui sont au-delà des choses dont s'occupe la politique », soit, de La Vie de l'esprit, dont trois volumes étaient prévus : La Pensée, Le Vouloir, Juger. Ils parurent après sa mort, advenue le 4 décembre 1975. En 1970, à la mort de son second époux, Heinrich Blücher, lequel n'était pas juif, Hannah Arendt avait néanmoins fait dire le kaddish. Sur sa propre tombe, ses amis décidèrent de lire un psaume en hébreu, puis en anglais. Hans Jonas, l'ami d'une vie, achève l'éloge funèbre de cette « passagère sur le navire du xxe siècle » avec ces simples mots : « Sans ta chaleur le monde s'est glacé. Tu nous as quittés trop tôt. Nous allons tenter de t'être fidèles. »

Hannah Arendt avait été lauréate [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ARENDT HANNAH (1906-1975)  » est également traité dans :

CORRESPONDANCE DE HANNAH ARENDT

  • Écrit par 
  • Alain BROSSAT
  •  • 1 564 mots

Autant la réception de Hannah Arendt en France a été tardive, hésitante, voire rétive, autant la reconnaissance de sa stature de penseur du politique et de philosophe va bon train. La publication, en 1995 et 1996 respectivement, de sa correspondance avec deux de ses amis les plus proches – le philosophe Karl Jasp […] Lire la suite

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 226 mots
  •  • 9 médias

Dans un pamphlet publié en 1879, La Victoire du judaïsme sur la germanité , le journaliste et agitateur politique allemand Wilhelm Marr utilise les mots de « sémitisme » et d'« aryanisme », dérivés des classifications de la linguistique et de l'anthropologie physique de la seconde moitié du xix e  siècle. La même année, il fonde la Ligue antisémite, qui consacre l'entrée du terme antisémitisme ( A […] Lire la suite

AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 2 810 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Une notion sociologique »  : […] Depuis De la division du travail social (1893), qui oppose l'autorité de type militaire des sociétés à solidarité mécanique à celle davantage liée aux rôles et fonctions tenus dans les sociétés à solidarité organique, jusqu'au Suicide (1897), qui statue sur les effets négatifs de l'anomie sociale sur l'individu, le constat d'un défaut d'autorité des différentes instances de régulation anime l'e […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Politisation de la misère »  : […] Certes, ce n'est pas d'aujourd'hui que les hommes ont découvert qu'il y avait des riches et des pauvres. Ni que cette différence n'était pas sans effet sur la loi qui ordonne la communauté des hommes. Après tout, Aristote avait déjà souligné le rôle des riches dans l'établissement des pouvoirs oligarchiques et le rôle des pauvres dans celui des gouvernements démocratiques. De même, toute la philos […] Lire la suite

CULTURE - Le choc des cultures

  • Écrit par 
  • Jean-François MATTÉI
  •  • 6 367 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La fin de la culture »  : […] Avec la création de ce nouveau ministère, nommé successivement ministère de la Culture et de l'Environnement, de la Culture et de la Communication, de la Culture, des Grands Travaux et du Bicentenaire, de l'Éducation nationale et de la Culture, de la Culture et de la Francophonie, et finalement ministère de la Culture tout court, la voie était ouverte à l'apparition des maisons de la culture. Doré […] Lire la suite

DÉSOBÉISSANCE CIVILE

  • Écrit par 
  • Christian MELLON
  •  • 2 258 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une légitimité en débat »  : […] Peu de gens contestent qu'il est légitime de s'opposer à un gouvernement non démocratique par la désobéissance civile, puisqu'il ne s'agit pas d'un État de droit. Mais la légitimité de la désobéissance civile dans un régime démocratique est un point très controversé : si les lois sont votées par une majorité élue sans fraude et sans intimidation, si les politiques sont définies par un gouvernemen […] Lire la suite

ENFANCE (Situation contemporaine) - Évolution de la relation adultes-enfants

  • Écrit par 
  • Alain RENAUT
  •  • 5 424 mots

Dans le chapitre « Articuler le champ des droits de l'enfant »  : […] Il y a eu au cours du xx e  siècle trois textes internationaux énonçant des droits de l'enfant, en 1924 sous l'égide de la Société des Nations, en 1959 et en 1989 dans le cadre de l'Organisation des Nations unies. Très schématiquement, les deux premiers textes se bornaient à énoncer des droits correspondant à un certain nombre de protections qu'il apparaissait légitime d'accorder à l'enfant en r […] Lire la suite

ÉTAT (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 3 060 mots

Dans le chapitre « Pourquoi obéit-on ? »  : […] Le contrat théorisé par Thomas Hobbes semble pourtant laisser entièrement de côté une question essentielle : celle de l'obéissance de la majorité des individus à un petit nombre d’hommes de pouvoir. Aucun penseur n’a mieux décrit l’état paradoxal de cette obéissance qu’ Étienne de La Boétie (1530-1563), dans l’unique ouvrage qu’il nous a laissé, De la servitude volontaire . « Si deux, si trois, […] Lire la suite

HILBERG RAUL (1926-2007)

  • Écrit par 
  • Annette WIEVIORKA
  •  • 1 582 mots

Dans le chapitre « Une reconnaissance tardive »  : […] L'histoire de La Destruction des juifs d'Europe est indissolublement liée à celle de sa réception. Hilberg fut un pionnier solitaire. Il ne put publier une première édition de son travail qu'en 1961, quand le procès Eichmann, ce « Nuremberg du peuple juif » (David Ben Gourion) constitua le génocide des juifs en objet distinct de la Seconde Guerre mondiale et suscita un début d'intérêt de l'opini […] Lire la suite

HUMANITÉ

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 352 mots

Dans le chapitre « L'humanité déçue »  : […] Ces différentes compréhensions de l'humanité ont toutes le même présupposé : l'homme est ; sa nature est de devenir humain. Ce prédicat est aujourd'hui remis en question d'une façon radicale, à la fois dans la réflexion philosophique et dans certaines expériences qui ont marqué le xx e  siècle. On ne saisit pas l'humanité à la racine si l'on en fait la qualité d'une espèce d'êtres naturels parmi d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sylvie COURTINE-DENAMY, « ARENDT HANNAH - (1906-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hannah-arendt/