HABSBOURG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le partage de l'empire des Habsbourg

Ce partage n'était qu'apparent, car tous ces royaumes sur lesquels le soleil ne se couchait jamais (et auxquels s'ajouteront après 1580 le Portugal et ses colonies d'Asie, d'Afrique et d'Amérique) restaient la propriété indivise de la famille dont le chef était le roi d'Espagne. Cependant, pour simplifier quelque peu les tâches de gouvernement, Charles Quint remit les royaumes les plus riches à son fils don Philippe (c'est-à-dire l'Espagne avec le Nouveau Monde, l'Italie et les Pays-Bas), tandis que son frère Ferdinand conservait les pays danubiens et obtenait la dignité impériale. Il y eut donc une branche allemande et une branche espagnole, étroitement unies, l'empereur restant l'allié, voire le subordonné de son parent de Madrid, de sorte que la diplomatie française considérait encore, au temps de Richelieu, la monarchie d'Espagne comme le véritable ennemi des intérêts français.

Cette alliance entre Vienne et Madrid se traduisait par une aide financière de l'Espagne à l'empereur et, bien souvent, par un appui militaire réciproque. Mais elle se manifestait surtout par une politique de mariages consanguins qui aboutit, à la fin du xviie siècle, à l'extinction de la branche aînée. L'historiographie classique a souvent blâmé ces mariages consanguins ; en fait, ils étaient d'usage courant chez tous les possédants, nobles ou roturiers, pour éviter le partage du patrimoine. Cette politique avait donc pour but de préserver la puissance et l'unité de la famille, tout en évitant les guerres. Elle aboutit finalement à la crise de succession qui préoccupa toutes les chancelleries européennes après 1660 et s'acheva, au début du xviiie siècle, par un conflit généralisé, la guerre de la Succession d'Espagne. La branche aînée s'éteignit sans héritier légitime après avoir apporté à l'Espagne deux siècles de gloire au cours desquels les Habsbourg, en dépit de leur origine étrangère, s'identifièrent de plus en plus à la nation castillane. Quel Espagnol a jamais considéré, en effet, Philippe II ou Philippe [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme

1500 à 1600. Expansion ibérique et Réforme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

vidéo

Marie-Thérèse d'Autriche

Marie-Thérèse d'Autriche
Crédits : Hulton Archive/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  HABSBOURG  » est également traité dans :

ALBERT Ier DE HABSBOURG (1250 env.-1308) empereur germanique (1298-1308)

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 367 mots

Fils du roi des Romains, Rodolphe I er de Habsbourg, Albert d'Autriche, se porte candidat à la succession de son père en 1291, mais cet homme sévère et violent, qui se refuse à toute concession, déplaît aux électeurs qui lui préfèrent Adolphe de Nassau, obscur seigneur de la basse vallée du Rhin. Les échecs de ce dernier incitent, cependant, les électeurs à donner la couronne royale au duc Albert […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne médiévale

  • Écrit par 
  • Pierre-Roger GAUSSIN
  •  • 14 149 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le grand interrègne et les premiers Habsbourg (1250-1308) »  : […] Ni les derniers Hohenstaufen, ni leurs compétiteurs comme Guillaume de Hollande ne purent s'imposer, et les Allemands profitèrent de l'absence de pouvoir royal pour continuer à se désorganiser. L' interrègne, ouvert en 1250, se termina en faveur du chef de la maison de Habsbourg, Rodolphe I er (1273). La famille des Habsbourg, maîtresse d'un ensemble de domaines en Souabe – Aargau, où se trouvait […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne du XVIe et du XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Georges LIVET
  •  • 6 502 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le problème politique et l'élection impériale »  : […] À la fin du xv e siècle, les efforts des empereurs pour doter l'Empire d'une constitution efficace ont échoué. Face à l'Empereur, à la petite noblesse, aux villes, aux paysans, les princes affirment leur puissance territoriale : Hohenzollern en Brandebourg, Wittelsbach dans le Palatinat et en Bavière, Wettin en Saxe, Zähringen en Souabe. Malgré l'établissement de la « Paix perpétuelle » (1485), […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Le dernier visage du Premier Reich (1648-1806) »  : […] On se rappelle que l'Empire comprend quelque 350 États – mais est-ce bien le mot qui convient pour les villes libres, les évêchés, les abbayes, les seigneuries minuscules ? – représentés par la Diète de Ratisbonne. À sa tête, un empereur désigné par huit (neuf en 1692) Électeurs, laïcs et ecclésiastiques, protestants et catholiques. Pendant toute cette période, les empereurs appartiennent – sauf u […] Lire la suite

ARCIMBOLDO GIUSEPPE (1527 env.-1593)

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG
  •  • 1 570 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La formation lombarde »  : […] Issu d'une famille patricienne de Milan, Giuseppe Arcimboldo se forme auprès de son père, Biagio. Des documents indiquent dès 1549 qu'il est régulièrement payé jusqu'en 1558 pour des travaux de peinture dans la cathédrale de Milan, pour laquelle il pourrait avoir réalisé les cartons des vitraux consacrés à l'histoire de Loth et à la vie de sainte Catherine. En 1556, il entreprend, dans le transept […] Lire la suite

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 064 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « L'État patrimonial des Habsbourg (XIIIe-XVIe s.) »  : […] À l'occasion de cette crise successorale, les Habsbourg, petits seigneurs possessionnés en Suisse alémanique et en Haute-Alsace, vont s'introduire dans l'histoire de l'Autriche et s'identifier peu à peu à leur nouveau domaine au point de devenir la Maison d'Autriche. Élu roi d'Allemagne en 1273, le comte Rodolphe de Habsbourg fut le fondateur de la puissance territoriale de sa famille. Le roi de […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le cadre institutionnel »  : […] Il est de tradition de considérer l'arrivée au pouvoir des ducs de Bourgogne en Flandre (1385), puis dans les autres régions belges, ainsi que la période de leurs successeurs les Habsbourg, comme des apogées de l'histoire de la Belgique. Certes, au point de vue institutionnel, dynastique, la centralisation d'en haut, l'union personnelle de diverses régions sous les Bourguignons, le caractère mona […] Lire la suite

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 485 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Bosnie ottomane »  : […] La Bosnie fut rapidement absorbée dans l'Empire ottoman et divisée en districts militaires et administratifs, ou sandjak (« bannière »). En 1580, un vaste territoire recouvrant la Bosnie actuelle et certaines régions environnantes de la Croatie et de la Serbie reçut le plein statut d' eyalet , ou province constitutive de l'empire. Pendant tout le reste de la période ottomane, la Bosnie bénéficia d […] Lire la suite

CARLOS don (1545-1568)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 288 mots
  •  • 1 média

Prince des Asturies, fils de Philippe II, roi d'Espagne, et de Marie de Portugal. Élevé par ses tantes, les infantes doña María et doña Juana, don Carlos ou Charles d'Autriche, à de brèves exceptions près, ne vit pas son père avant l'âge de quatorze ans. En 1554, Philippe II confia son éducation à l'humaniste Honorato Juan, mais sans grand résultat. Don Carlos était en effet un enfant malade, affe […] Lire la suite

CHARLES Ier (1887-1922) empereur d'Autriche (1916-1918)

  • Écrit par 
  • Jean BÉRENGER
  •  • 361 mots
  •  • 1 média

Petit-neveu de l'empereur François-Joseph I er , Charles I er est le dernier Habsbourg à régner. Devenu archiduc héritier par suite de l'assassinat de son oncle François-Ferdinand en 1914, il monte sur le trône en pleine guerre mondiale en 1916 . Armé de beaucoup de bonne volonté, il n'a pas les qualités nécessaires pour sortir la monarchie autrichienne de la situation inextricable où l'avait mis […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « HABSBOURG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/habsbourg/