TROIS CONTES, Gustave FlaubertFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Trois Contes est le dernier livre de Gustave Flaubert (1821-1880) publié de son vivant. En septembre 1875, celui-ci, interrompant la rédaction difficile de Bouvard et Pécuchet, reprend un projet très ancien, l’histoire de saint Julien l’Hospitalier. Il achève cette « petite bêtise moyenâgeuse » en février 1876, et décide d’y adjoindre deux autres nouvelles pour constituer un volume publiable : ce seront Un cœur simple, récit de la vie d’une humble servante dans la France provinciale contemporaine, écrit entre mars et août 1876, puis Hérodias, transcription de l’épisode biblique qui relate la décollation de saint Jean-Baptiste, commencée en octobre 1876 et terminée en février 1877.

Les trois récits paraissent d’abord séparément dans Le Moniteur universel et Le Bien public, puis, peu après, le 24 avril 1877, en volume chez l’éditeur Charpentier, réagencés dans un ordre antéchronologique (xixe siècle, Moyen Âge, Antiquité). Si le livre connaît un certain succès public, l’accueil critique est plus partagé : les uns le considèrent comme une œuvre mineure de l’auteur, les autres, se fondant sur l'arrière-plan religieux, applaudissent à son « rachat » après le « scandale » de Madame Bovary. Depuis, la postérité a eu tendance à voir dans Trois Contes une œuvre testamentaire ‒ ce qu’elle n’était nullement à l’origine ‒ et comme un condensé de l’art de Flaubert.

« Avoir à l'automne un petit volume... »

Un cœur simple. Orpheline très jeune, Félicité vit une enfance misérable comme fille de ferme. Devenue adulte, elle rencontre un jeune homme qui se dit prêt à l'épouser avant de se marier avec une femme riche pour échapper à la conscription. Désespérée, Félicité se rend alors à Pont-l’Évêque où elle entre comme cuisinière au service de madame Aubain, une bourgeoise veuve, et s'attache très vite à ses deux enfants, Paul et Virginie. Lorsque Paul part au collège à Caen et Virginie en pension chez les Ursulines, Félicité reporte son amour sur son neveu Victor. Mais celui-ci s'engage d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  TROIS CONTES, Gustave Flaubert  » est également traité dans :

FLAUBERT GUSTAVE

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 9 805 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Trois Contes » (1875-1877) »  : […] En 1875, l'horizon, déjà très sombre, s'obscurcit encore. Après les deuils, la guerre, l'ordre moral, les échecs répétés des dernières œuvres, ce sont maintenant les problèmes matériels. Pour éviter la faillite au mari de Caroline, sa nièce, Flaubert liquide l'essentiel de son patrimoine. Il vivra jusqu'aux derniers jours dans de constantes difficultés financières. En septembre 1875, dégoûté de to […] Lire la suite

MANUSCRITS - La critique génétique

  • Écrit par 
  • Pierre-Marc de BIASI
  •  • 13 193 mots

Dans le chapitre « Classer et déchiffrer »  : […] Le classement génétique ne peut être mené à bien sans un déchiffrement intégral des documents. En fait, classement et transcription sont deux opérations qui ne peuvent être entreprises qu'en parallèle et simultanément. C'est le déchiffrement des folios qui permet de comparer, dans le détail, les différents états d'un même fragment et donc de les classer les uns par rapport aux autres ; mais c'est […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « TROIS CONTES, Gustave Flaubert - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/trois-contes/