GRASS GÜNTER (1927-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'horreur de l'histoire

Parmi les représentants de la littérature de l'émigration, Thomas Mann avait pu, dans Doktor Faustus, régler ses comptes, dès 1947, avec le démonisme hitlérien. Il n'en allait pas de même pour ceux que plus d'aveuglement ou moins de facilités matérielles avait contraints à participer sur place à la culpabilité et au châtiment du nazisme. L'Allemagne d'après guerre a longtemps plié sous le poids d'un héritage que l'entreprise littéraire ne parvenait à dominer ni par le compte rendu réaliste, ni par le recours aux échappatoires fantastiques ou aux virtuosités formelles. Pour la première fois, avec Le Tambour, un auteur majeur s'attaque au « fascisme ordinaire », tel que l'avait vécu l'homme de la rue, victime et coupable à la fois, aussi loin des grands responsables criminels que des minorités résistantes. Sans se figer dans le pathos des justiciers qui prétendent incarner la conscience de leur peuple – comme K. L. Tank reproche à H. Böll de l'avoir fait avec trop de complaisance –, Grass se livre dans Le Tambour, sous les allures d'une parodie grotesque, à la plus violente démystification du nazisme quotidien. Ses petits-bourgeois de Dantzig, boudinés dans leurs uniformes hitlériens, sont innocemment meurtriers et antisémites comme on est philatéliste ou pêcheur à la ligne. Dans une perspective qui peut rappeler celle d'Hannah Arendt, Grass est avant tout scandalisé par la banalité du mal, contre laquelle il n'hésite pas à mobiliser toutes les ressources de l'écriture, y compris le plus extrême mauvais goût. Avec une richesse d'inventions cocasses, Le Chat et la Souris trace le portrait féroce d'un grand dadais qui se transforme en héros guerrier pour compenser un complexe d'infériorité dû à une pomme d'Adam trop proéminente. Les persécutions antijuives – dont Grass fait une sorte d'historique didactique à l'intention de ses enfants dans le Journal d'un escargot – prennent un relief particulièrement odieux à travers des anecdotes pathétiques ou burlesques. Loin de nous endormir dans une bonne conscience rétrospective, Grass entend mettre en garde pour le présent et l'avenir. « Dans Les Années de chien, dit-il, je crois avoir réussi, avec la figure de Walter Matern, une incarnation de l'idéaliste allemand qui, en un très court laps de temps (et sans trace d'opportunisme), voit successivement dans le communisme, le national-socialisme, le catholicisme et finalement dans l'idéologie antifasciste la doctrine salvatrice. Et, finalement, il en arrive à mener une action antifasciste avec des méthodes fascistes. »

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRASS GÜNTER (1927-2015)  » est également traité dans :

PELURES D'OIGNON (G. Grass)

  • Écrit par 
  • Julien HERVIER
  •  • 1 183 mots

À la rentrée 2006, la sortie en Allemagne de Pelures d'oignon (trad. franç. de C. Porcell, Seuil, 2007) déclencha une tempête médiatique qui déferla bien au-delà des limites du monde littéraire. Soucieux de prévenir les réactions du public à la lecture de son livre, Grass en avait d'ailleurs déjà dévoilé, dans une interview […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelures-d-oignon/#i_81224

TOUTE UNE HISTOIRE (G. Grass) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Julien HERVIER
  •  • 1 420 mots
  •  • 1 média

À sa parution en Allemagne en 1995, le roman de Günter Grass Toute une histoire (trad. Claude Porcell et Bernard Lortholary, Seuil, Paris, 1997) a constitué, bien plus qu'un événement littéraire, l'occasion d'une bataille médiatique. L'éditeur Steidl en avait prévu la sortie pour le 28 août, date anniversaire de la naissance de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toute-une-histoire/#i_81224

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 21 068 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « À l'ombre du Mur »  : […] La publication, en 2002, du livre de Günter Grass (Im Krebsgang [En crabe]) et, l'année suivante, de celui, beaucoup moins médiatisé, de Tanja Dückers (Himmelskörper) abordent un thème très peu présent auparavant dans la littérature, celui de l'exode des Allemands des territoires de l'Est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_81224

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un organe de promotion de la littérature allemande contemporaine »  : […] couronnée en 1952. L'année suivante, la romancière et poétesse autrichienne Ingeborg Bachmann est distinguée à son tour. Martin Walser reçoit le prix en 1955, Günter Grass en 1958. Sa lecture d'extraits du Tambour (Die Blechtrommel) prend les dimensions d'un événement littéraire. Uwe Johnson, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-47/#i_81224

LE TAMBOUR, film de Volker Schlöndorff

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 170 mots

est sa production la plus ambitieuse. Il s'attaque alors à un monument de la littérature allemande contemporaine, écrit par Günter Grass en 1959. Après le succès mondial de ce film qui obtient, en 1979, la palme d'or à Cannes avec Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, Schlöndorff poursuit son travail d'adaptation littéraire avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tambour-volker-schlondorff/#i_81224

Pour citer l’article

Julien HERVIER, « GRASS GÜNTER - (1927-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gunter-grass/