PELURES D'OIGNON (G. Grass)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À la rentrée 2006, la sortie en Allemagne de Pelures d'oignon (trad. franç. de C. Porcell, Seuil, 2007) déclencha une tempête médiatique qui déferla bien au-delà des limites du monde littéraire. Soucieux de prévenir les réactions du public à la lecture de son livre, Grass en avait d'ailleurs déjà dévoilé, dans une interview publiée le 11 août dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, la révélation la plus sulfureuse : son engagement de jeunesse dans la Waffen SS.

La polémique porta immédiatement sur deux points : la responsabilité personnelle du jeune engagé de 1944 et la justification du silence gardé jusqu'en 2006 par l'écrivain célèbre, devenu une sorte d'instance morale de sa nation vis-à-vis du passé nazi, tant par les dénonciations portées à travers ses œuvres que par son action proprement politique et la multiplication de ses prises de positions radicales dans le domaine médiatique. Sur le premier point, il semble que l'opinion se soit montrée indulgente : comment condamner un garçon de quinze ans, endoctriné par la propagande nazie, qui s'engage dans la Wehrmacht en 1942, devient auxiliaire de la défense antiaérienne, puis est soumis au service du travail avant d'être incorporé sans états d'âme, le 10 novembre 1944, à l'âge de dix-sept ans, dans la 10e division blindée Frundsberg de la Waffen SS ? On constate seulement que Grass n'a été qu'un adolescent comme tant d'autres, incapable de résister à l'illusion nazie. Un des passages les plus poignants de Pelures d'oignon évoque au contraire le courage d'un jeune objecteur de conscience, baptisé « Nousnefaisonspasça » par ses camarades, car il prononce imperturbablement cette formule en laissant tomber son fusil, chaque fois qu'on veut l'obliger à tenir une arme. Ce que se reproche Grass aujourd'hui encore, c'est de n'avoir pas posé de questions, lorsque après une longue série de brimades « Nousnefaisonspasça » a disparu, très certainement dans un camp de concentration. Quant à lui-même, malgré son engagement de jeunesse, il est heureu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Julien HERVIER, « PELURES D'OIGNON (G. Grass)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelures-d-oignon/