BACHMANN INGEBORG (1926-1973)

« Ingeborg Bachmann est la première femme de la littérature de l'après-guerre des pays de langue allemande qui, par des moyens radicalement poétiques, a décrit la continuation de la guerre, de la torture, de l'anéantissement, dans la société, à l'intérieur des relations entre hommes et femmes » (Elfriede Jelinek). Ingeborg Bachmann est née en 1926 en Autriche, à Klagenfurt, la ville de Robert Musil. Elle mourra prématurément en 1973, à Rome. Mort accidentelle ou provoquée, nul ne le sait vraiment. Mais il est un fait : la mort, la mort violente et la violence de la mort sont inscrites au cœur de son œuvre, tant dans la poésie que dans la prose. Plus qu'un thème, il s'agit ici d'une obsession.

Affronter l'insurmontable passé nazi

Comme de nombreux écrivains de langue allemande auxquels elle a été liée, Bachmann appartient à cette génération dont l'enfance et l'adolescence ont été saccagées par le nazisme. Née dans un milieu pro-nazi, elle essaiera dans plusieurs textes de caractère autobiographique (Biographisches, 1951 ; Jugend in einer österreichischen Stadt, 1961) de refouler la honte qu'elle en a éprouvée. Dès ses premiers récits (Der Honditschkreuz, La Croix de Honditsch, 1943 ; Die Fähre, Le Passeur, 1946), comme dans certains de ses poèmes, le thème de la frontière est omniprésent : frontière entre l'Autriche et la Slovénie, entre la langue allemande et la langue slovène, entre la culture austro-allemande et la culture slovène-slave. À la fin des années 1940, alors qu'elle était étudiante à Vienne et encore inconnue, elle écrit un roman, Stadt ohne Namen (Ville sans nom), dans lequel elle essaie de rendre compte de la vérité sur son père. À l'exception de deux fragments, dont seul le Fragment d'Anna a été publié à titre posthume en 1995, l'auteur a détruit ce roman. Vingt ans plus tard elle reviendra sur ce conflit douloureux entre le besoin impératif de dire la vérité et la douleur d'avoir à révéler une vérité qui lui fait honte.

C'est dans le décor du film de Carol Reed, Le Troisième Homme, qu'Ingebor [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

Classification


Autres références

«  BACHMANN INGEBORG (1926-1973)  » est également traité dans :

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'après-guerre »  : […] de Günter Eich (1951) aussi bien que dans Le Bon Dieu de Manhattan d'Ingeborg Bachmann (1958), la réalité se fracture et laisse apercevoir une quatrième dimension quand le sujet part en quête de lui-même et d'autrui. Autrement, le flot des nouveautés venues de l'extérieur ne donne lieu en R.F.A. qu'à une dramaturgie d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-allemand/#i_6547

AUTRICHE

  • Écrit par 
  • Roger BAUER, 
  • Jean BÉRENGER, 
  • Annie DELOBEZ, 
  • Christophe GAUCHON, 
  • Félix KREISSLER, 
  • Paul PASTEUR
  •  • 34 061 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Les lettres en Autriche sous la première et la deuxième République »  : […] 1973), Paul Celan (né à Czernowitz, en Bucovine, en 1920, passé à l'« Ouest » par Vienne en 1947 et mort à Paris en 1970), Ingeborg Bachmann (1926-1973), Ernst Schönwiese (1905-1990). Un autre genre caractéristique de l'époque fut la prose poétique où, à côté d'Ingeborg Bachmann, s'illustra Ilse Aichinger (née en 1921 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/autriche/#i_6547

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un organe de promotion de la littérature allemande contemporaine »  : […] foisonne. Ilse Aichinger, qui lit sa célèbre nouvelle Histoire d'un miroir (Spiegelgeschichte), est couronnée en 1952. L'année suivante, la romancière et poétesse autrichienne Ingeborg Bachmann est distinguée à son tour. Martin Walser reçoit le prix en 1955, Günter Grass en 1958. Sa lecture d'extraits […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-47/#i_6547

Pour citer l’article

Nicole BARY, « BACHMANN INGEBORG - (1926-1973) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ingeborg-bachmann/