Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

WALSER MARTIN (1927-2023)

Martin Walser est l’un des piliers de la littérature allemande d’après-guerre avec Heinrich Böll, Günter Grass, Christa Wolf et Hans Magnus Enzensberger. Romancier, essayiste et dramaturge, Martin Walser a, pendant plus de soixante ans, non seulement marqué la littérature allemande mais aussi la vie intellectuelle de son pays par ses prises de position politiques.

Né le 24 mars 1927 à Wasserburg, au bord du lac de Constance, il n’a jamais quitté cette région. Fils d’un aubergiste, il devient orphelin de père à l’âge de dix ans. Les souvenirs de cette enfance sont évoqués dans le roman : Einspringender Brunnenparu en1998 (Une source vive, 2001), où Walser ne décrit pas seulement son enfance mais aussi l’ascension et la chute du IIIe Reich. Adolescent pendant la Seconde Guerre mondiale où il perd son frère de deux ans son aîné, il sert un moment dans la défense anti-aérienne.

En 1947, alors qu’il a vingt ans, il commence des études de littérature, d’histoire et de philosophie à Regensburg puis à Tübingen. En 1952, il soutient une thèse sur Kafka, qui fait toujours autorité, BeschreibungeinerForm (« Description d’une forme »). En 1953, il devient l’un des plus jeunes membres du Groupe 47, mouvement de réflexion littéraire rassemblé autour de l’écrivain Hans Werner Richter qui appelle à « des moyens de mise en forme nouveaux, un style nouveau, une littérature nouvelle ». Deux ans plus tard, il obtient le prix du Groupe 47 pour son récit « Templones Ende » paru dans le recueil de nouvelles EinFlugzeugüberdemHaus, 1955 (Histoires pour mentir, 1971). En 1957, son premier roman Ehen in Philippsburg (Quadrille à Philippsbourg, 1959) connaît d’emblée un immense succès. Dans une ère nouvelle où le miracle économique a refoulé le souvenir de l’Holocauste, le jeune journaliste Hans Beumann est aux prises avec un monde où l’important est de faire carrière et d’afficher son succès en montrant ce que l’on possède : argent, maisons et maîtresses. L’écrivain d’à peine trente ans fait ici le portrait magistral de la jeune République fédérale et de sa morale à géométrie variable. Le livre va très vite s’inscrire parmi les grands romans de l’après-guerre que sont Das Treibhaus, 1953 (La Serre, 1953) de Wolfgang Koeppen, Billard um halbzehn, 1959 (Les Deux Sacrements, 1961)de Heinrich Böll, Die Blechtrommel, 1959 (Le Tambour, 1959) de Günter Grass et Deutschstunde, 1968 (La Leçon d’allemand, 1970) de Siegfried Lenz.

À partir de ce moment, Walser vit de sa plume avec sa famille à Friedrichshafen près du lac de Constance. C’est un écrivain prolifique qui, attentif à la crise des valeurs et des institutions de cette nouvelle Allemagne, tire parti de l'affrontement des idéologies pour s’attacher à la situation paradoxale de l'Homme dans les sociétés libérales contemporaines à la fois totalement libre et totalement dépendant. S’il y a du réalisme dans l’œuvre de Walser, il n’est pas assimilable à une description minutieuse du monde extérieur ; il est de nature plus intime, plus psychologique, une réaction de l’imagination à la réalité : « La critique de la société n’est pas mon but. Je qualifierais plutôt mes livres de labyrinthes intérieurs. »

Depuis Quadrille à Philippsbourg, il confronte ses héros, ou plutôt ses anti-héros, au monde de l'argent, de la performance économique et sociale mais aussi de la rivalité amoureuse. Ce dernier thème est au centre de sa pièce de théâtre Die Zimmerschlacht parue en 1967 (« La bataille en chambre ») et de son roman EinfliehendesPferdparu en 1978 (Un cheval qui fuit, 1980), livre qui reste son plus grand succès. Badinage et érotisme, envie de pouvoir et jalousie donnent le ton à cette critique de l’embourgeoisement, qui n’est pas sans rappeler sur le mode parodique Les Affinités électives de Goethe. Le sentiment[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ALLEMAND THÉÂTRE

    • Écrit par Philippe IVERNEL
    • 8 394 mots
    • 2 médias
    ...maintenant du présent, dont le rapport au passé, en toute hypothèse, forme un élément déterminant. Cette tendance s'affirme dès le début des années 1960 avec Martin Walser (1927-2023) : Chênes et lapins angora (1962), une « chronique allemande », mesure les effets du nazisme sur un homme simple, tend un miroir...
  • ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

    • Écrit par Nicole BARY, Claude DAVID, Claude LECOUTEUX, Étienne MAZINGUE, Claude PORCELL
    • 22 422 mots
    • 20 médias
    ...qui remettent en cause le principe même de la narration subjective. Le théâtre est toujours dominé par les deux grands auteurs suisses dont se rapproche Martin Walser, qui dénonce l'utopie d'une conversion profonde de l'Allemagne (Chêne et lapins angora, 1962) et décrit dans ses romans...
  • GROUPE 47

    • Écrit par Pierre GIRAUD
    • 2 698 mots
    • 1 média
    ...Spiegelgeschichte), est couronnée en 1952. L'année suivante, la romancière et poétesse autrichienne Ingeborg Bachmann est distinguée à son tour. Martin Walser reçoit le prix en 1955, Günter Grass en 1958. Sa lecture d'extraits du Tambour (Die Blechtrommel) prend les dimensions d'un événement...
  • THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

    • Écrit par Bernard DORT
    • 5 451 mots
    • 4 médias
    ...de langue allemande (à l'exception de Peter Handke) et, parmi eux, Max Frisch, pour qui la rencontre avec Brecht, en 1947, en Suisse, fut décisive, Martin Walser et Peter Weiss. Ils eurent en commun la volonté de traiter à la scène des problèmes essentiels de la société allemande (dont celui, bien...

Voir aussi