GRASS GÜNTER (1927-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Construire la concertation, déconstruire les dissertations

Bien éloigné des stéréotypes de la littérature engagée, Grass semble écrire sous le coup de l'indignation morale. Écrivain dans la cité, il ne veut pas se tenir à l'écart de l'action politique, mais il y apporte sa grande méfiance envers les théories, son sens du concret et sa vision de l'individuel. Ainsi en allait-il dès Le Tambour. « Les personnages qui entourent [Oscar] Matzerath sont pour la plupart des petits-bourgeois et, à leur façon, dans leur cadre grotesque, tous des originaux. » Les idéologies apparaissent à la fin des Années de chien comme autant d'épouvantails ; Hegel l'inquiète, Heidegger donne lieu à des parodies bouffonnes qui comptent parmi ses morceaux de bravoure, l'intelligentsia est la cible favorite d'un regard critique qui ne veut épargner aucun faux-semblant. Même si une remarque telle que : « Plus l'intelligence est grande, plus sa bêtise célèbre d'orgies dévastatrices. » prend une résonance accusatrice depuis l'aveu des propres errements de l'écrivain, longtemps dissimulés. Cela n'annule pas pour autant la sincérité de son engagement dans le parti socialiste allemand, engagement longtemps dynamisé par son amitié pour le chancelier Willy Brandt : « Je suis social-démocrate parce que pour moi le socialisme ne vaut rien sans la démocratie et parce qu'une démocratie non sociale n'en est pas une. » Dans cette période, même s'il jette le poids de sa célébrité dans le combat électoral, Günter Grass pense que l'artiste doit rester un marginal pour sauvegarder son indépendance créatrice ; pourtant, son inspiration littéraire connaît des périodes de tarissement. On lui a reproché, en particulier à la parution des Enfants par la tête, de se laisser aller à une virtuosité gratuite. Il lui arrive alors de cesser temporairement d'écrire, comme durant la période 1980-1982, où il cherche à se ressourcer dans son activité d'artiste plasticien, qu'on ne saurait entièrement séparer de son travail d'é[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRASS GÜNTER (1927-2015)  » est également traité dans :

PELURES D'OIGNON (G. Grass)

  • Écrit par 
  • Julien HERVIER
  •  • 1 183 mots

À la rentrée 2006, la sortie en Allemagne de Pelures d'oignon (trad. franç. de C. Porcell, Seuil, 2007) déclencha une tempête médiatique qui déferla bien au-delà des limites du monde littéraire. Soucieux de prévenir les réactions du public à la lecture de son livre, Grass en avait d'ailleurs déjà dévoilé, dans une interview […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pelures-d-oignon/#i_81224

TOUTE UNE HISTOIRE (G. Grass) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Julien HERVIER
  •  • 1 420 mots
  •  • 1 média

À sa parution en Allemagne en 1995, le roman de Günter Grass Toute une histoire (trad. Claude Porcell et Bernard Lortholary, Seuil, Paris, 1997) a constitué, bien plus qu'un événement littéraire, l'occasion d'une bataille médiatique. L'éditeur Steidl en avait prévu la sortie pour le 28 août, date anniversaire de la naissance de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/toute-une-histoire/#i_81224

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 21 068 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « À l'ombre du Mur »  : […] La publication, en 2002, du livre de Günter Grass (Im Krebsgang [En crabe]) et, l'année suivante, de celui, beaucoup moins médiatisé, de Tanja Dückers (Himmelskörper) abordent un thème très peu présent auparavant dans la littérature, celui de l'exode des Allemands des territoires de l'Est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_81224

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un organe de promotion de la littérature allemande contemporaine »  : […] couronnée en 1952. L'année suivante, la romancière et poétesse autrichienne Ingeborg Bachmann est distinguée à son tour. Martin Walser reçoit le prix en 1955, Günter Grass en 1958. Sa lecture d'extraits du Tambour (Die Blechtrommel) prend les dimensions d'un événement littéraire. Uwe Johnson, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/groupe-47/#i_81224

LE TAMBOUR, film de Volker Schlöndorff

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 170 mots

est sa production la plus ambitieuse. Il s'attaque alors à un monument de la littérature allemande contemporaine, écrit par Günter Grass en 1959. Après le succès mondial de ce film qui obtient, en 1979, la palme d'or à Cannes avec Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, Schlöndorff poursuit son travail d'adaptation littéraire avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tambour-volker-schlondorff/#i_81224

Pour citer l’article

Julien HERVIER, « GRASS GÜNTER - (1927-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gunter-grass/