GRASS GÜNTER (1927-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'amour des histoires

Ces brèves allusions ne sauraient donner une idée du perpétuel jaillissement imaginatif qui prête vie aux thèses de Grass. L'union constante du parodique et de l'horrible, servie par une saisissante truculence verbale, suggère un rapprochement avec Céline, mais un Céline sans amertume. Si, pour Nietzsche, il est des écrivains, comme Flaubert, qui écrivent par dégoût de la vie, et d'autres par amour de la vie, Grass est indiscutablement du nombre de ces derniers. Chez lui, la paresse même est une activité : « Il faut toujours que je fasse quelque chose : tailler des mots, couper des herbes » et, à la limite, « ne rien faire, mais attentivement ». L'écrivain Grass se jette sur le langage avec la même voracité que ses personnages sur les femmes ou la nourriture (ne s'avoue-t-il pas personnellement excellent cuisinier, grand spécialiste du gigot d'agneau aux lentilles ?). Mais tous les genres ne lui conviennent pas également. Ses poèmes, construits souvent, de son propre aveu, sur le dialogue, appellent parfois la transposition théâtrale (ainsi La Crue) ; et, à son tour, une idée théâtrale peut trouver un accomplissement supérieur dans l'œuvre romanesque (ainsi la seconde partie d'Anesthésie locale). D'abord influencé par le théâtre de l'absurde, Grass s'est engagé ensuite dans les voies de la dénonciation politique avec Les plébéiens répètent l'insurrection, critique de l'attitude brechtienne lors des événements sanglants du 17 juin 1953 ; mais on lui reproche un sens insuffisant de la progression dramatique. Inventeur de scènes, de situations plus que d'intrigues, il est certes beaucoup plus à l'aise dans la fluidité de la temporalité romanesque, dans ce genre narratif protéiforme qu'est devenu le roman des grands créateurs modernes.

La force de Grass repose d'abord sur l'intensité hallucinatoire de la vision, qu'il s'agisse d'anguilles grouillant dans la tête d'un cheval mort ou de la prise de Berlin par les Russes, racontée comme une formidable traque du chien Prinz, ex-chien du Führer. Seul le fantastique peut rendre compte de la démence du réel : « La satire, la légende, la parabole, l'histoire de fantômes, bref, tout ce qu'une simplification abusive baptise aujourd'hui « surréalisme » sert cette réalité et en fait partie. » Dans ce monde entièrement animé, les objets deviennent des éléments indispensables (« un homme sans album de photos, c'est comme un cercueil sans couvercle »), les animaux parlent (les rats Perle et Strich dans La Crue) et occupent le devant de la scène, comme dans le Journal d'un escargot, ou Les Années de chien, un enfant bloque sa croissance à trois ans et, en jouant du tambour, transforme une parade nazie en démonstration de charleston. Et tout est charrié par un déluge verbal où l'ellipse, le jeu de mots, la poésie populaire, la comptine, le bulletin météorologique, le slogan nazi, la phraséologie communiste, le jargon philosophique, le style biblique, les mots forgés, la rhétorique hitlérienne, les patois, le babil enfantin, l'obscénité de bordel, l'argot des bas-fonds, les formules schillériennes se combinent avec une virtuosité inouïe. Grass peut dès lors se moquer de ceux qui lui reprocheraient de trop bien respecter la chronologie et d'ignorer les expérimentations d'avant-garde. À ceux-là, il répond d'avance par la bouche d'Oscar, le héros du Tambour : « On peut commencer une histoire par le milieu, puis, d'une démarche hardie, embrouiller le début et la fin. On peut adopter le genre moderne, effacer les époques et les distances et proclamer ensuite, ou laisser proclamer qu'on a résolu enfin le problème espace-temps. On peut aussi déclarer d'emblée que de nos jours il est impossible d'écrire un roman, puis, à son propre insu si j'ose dire, en pondre un bien épais afin de se donner l'air d'être le dernier des romanciers possibles. Je me suis également laissé dire qu'il est bon et décent de postuler d'abord : il n'y a plus de héros de roman parce qu'il n'y a plus d'individualiste. [...] Après tout, ce n'est pas impossible. Mais en ce qui nous concerne, moi Oscar et mon infirmier Bruno, je veux l'affirmer sans ambages : nous sommes tous deux des héros. » Néanmoins, Grass ne s'en tiendra pas toujours à cette volonté de clarté chronologique et de simplicité narrative. Ainsi, dans Toute une histoire (1995), il mélange intentionnellement l'époque contemporaine et celle où a vécu [...]

Günter Grass

Photographie : Günter Grass

Lors de la chute du Mur de Berlin, Günter Grass, interrogé ici en décembre 1989, avait fait part de ses réserves à l’égard de la réunification, craignant qu’elle n’entraîne une renaissance de la «Grande Allemagne». 

Crédits : U. Hesse/ AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRASS GÜNTER (1927-2015)  » est également traité dans :

PELURES D'OIGNON (G. Grass)

  • Écrit par 
  • Julien HERVIER
  •  • 1 183 mots

À la rentrée 2006, la sortie en Allemagne de Pelures d'oignon (trad. franç. de C. Porcell, Seuil, 2007) déclencha une tempête médiatique qui déferla bien au-delà des limites du monde littéraire. Soucieux de prévenir les réactions du public à la lecture de son livre, Grass en avait d'ailleurs déjà dévoilé, dans une interview publiée le 11 août dans la Frankfurter […] Lire la suite

TOUTE UNE HISTOIRE (G. Grass) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Julien HERVIER
  •  • 1 420 mots
  •  • 1 média

À sa parution en Allemagne en 1995, le roman de Günter Grass Toute une histoire (trad. Claude Porcell et Bernard Lortholary, Seuil, Paris, 1997) a constitué, bien plus qu'un événement littéraire, l'occasion d'une bataille médiatique. L'éditeur Steidl en avait prévu la sortie pour le 28 août, date anniversaire de la naissance de Goeth […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « À l'ombre du Mur »  : […] La publication, en 2002, du livre de Günter Grass ( Im Krebsgang , En crabe ) et, l'année suivante, de celui beaucoup moins médiatisé de Tanja Dückers ( Himmelskörper, Corps célestes) abordent un thème très peu présent auparavant dans la littérature, celui de l'exode des Allemands des territoires de l'Est. Les deux romans, avec des écritures et des postulats différents, mettent en perspective l […] Lire la suite

GROUPE 47

  • Écrit par 
  • Pierre GIRAUD
  •  • 2 680 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un organe de promotion de la littérature allemande contemporaine »  : […] Désormais, les participants, toujours plus nombreux, du Groupe 47 vont susciter des orientations nouvelles, plus diverses et plus riches. Les problèmes de l'identité, les malaises de la civilisation technicienne occupent une large place. Le ton devient sarcastique ou grinçant. Le grotesque, ou le bizarre, foisonne. Ilse Aichinger, qui lit sa célèbre nouvelle Histoire d'un miroir ( Spiegelgeschic […] Lire la suite

LE TAMBOUR, film de Volker Schlöndorff

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 170 mots

Volker Schlöndorff est né dans une famille de médecins en 1939 à Wiesbaden, dans le Land de la Hesse en Allemagne, mais il a fait ses études en France où il se rend dès l'âge de quinze ans. Il intègre l'I.D.H.E.C. puis devient l'assistant de grands réalisateurs français comme Jean-Pierre Melville, Alain Resnais et Louis Malle de 1960 à 1965. Son premier film est un court-métrage sur la guerre d'A […] Lire la suite

Pour citer l’article

Julien HERVIER, « GRASS GÜNTER - (1927-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gunter-grass/