VERDI GIUSEPPE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au même titre que Mozart ou Wagner, Verdi est un des grands maîtres de l'opéra, parmi les plus joués et les plus admirés. Il commence sa carrière en s'inscrivant dans une tradition lyrique qui a plus de deux siècles et qui s'est profondément renouvelée au début du xixe siècle avec Rossini, Donizetti et Bellini. Au cours de sa vie, la culture et la politique changent ; le musicien le sent et modifie son écriture, créant un opéra moderne comme Otello (1887), qui n'a presque plus de rapport avec ses œuvres de jeunesse, à l'exception du chant qui demeure l'instrument privilégié de l'opéra. Ces changements se reflètent dans les goûts des amateurs du compositeur : certains préfèrent l'énergie volcanique du premier Verdi, tandis que les autres privilégient le raffinement orchestral et vocal du dernier. Par-delà ces différences de goût, Verdi est néanmoins devenu un symbole de l'Italie nouvelle, née du Risorgimento : un mois après sa mort, lors du transfert de sa dépouille dans la maison de repos pour musiciens qu'il avait fondée à Milan, la foule et un immense chœur dirigé par Toscanini entonnèrent le chœur patriotique de Nabucco (1842).

Verdi

Photographie : Verdi

Photographie

Giuseppe Verdi (1813-1901) en 1850. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Viva Verdi

Fils d'un aubergiste de campagne, Giuseppe Verdi naît en 1813 aux Roncole, près de Busseto, dans la province de Parme alors département de l'Empire français. Il révèle des dons précoces pour la musique et fait ses premières études dans la petite ville de Busseto, auprès de Ferdinando Provesi, maître de chapelle local. À dix-neuf ans, il se présente au conservatoire de Milan, la métropole voisine, qui le refuse, ce qui l'oblige à parfaire son éducation musicale avec un maître privé, Vincenzo Lavigna. En fait, c'est en praticien, en artisan autodidacte que Verdi aborde la musique. Très vite, il se tourne vers le théâtre lyrique et présente à la Scala, en 1839, Oberto, conte di San Bonifacio, qui obtient un succès honorable. L'année suivante, son premier opéra bouffe, Un giorno di regno, est un fiasco. Dev [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Verdi

Verdi
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Viva VERDI

Viva VERDI
Crédits : AKG

photographie

La Traviata

La Traviata
Crédits : Hulton Getty

photographie

Boris Christoff

Boris Christoff
Crédits : Erich Auerbach/ Getty Images

photographie

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  VERDI GIUSEPPE (1813-1901)  » est également traité dans :

VERDI GIUSEPPE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 754 mots
  •  • 37 médias

1813 Giuseppe Fortunino Francesco Verdi naît à Le Roncole, un petit village près de Busseto, dans la province de Parme, alors département de l'Empire français, le 9 ou le 10 octobre.9 mars 1842 Après le succès d'Oberto, Conte di San Bonifacio (Scala de Milan, 17 novembre 1839) et le fiasco d'Un Giorno di regno […] Lire la suite

DON CARLOS (G. VERDI)

  • Écrit par 
  • Gilles de VAN
  •  • 1 230 mots
  •  • 1 média

Le premier contact de Giuseppe Verdi avec Don Carlos date de 1850, mais il faut attendre 1865 pour que soit signé un contrat. Verdi accumule un tel matériel que, dès les répétitions, il lui faut procéder à des coupures. La première version de Don Carlos, en cinq actes, est créée à l' […] Lire la suite

LA TRAVIATA (G. Verdi)

  • Écrit par 
  • Christian MERLIN
  •  • 263 mots
  •  • 1 média

La première représentation de La Traviata, le 6 mars 1853 à La Fenice de Venise, se solde par un échec retentissant. Raison immédiate : le manque de crédibilité des interprètes de la création (la corpulence de Fanny Salvini-Donatelli s'accorde peu au personnage de Violetta et Felice Varesi, qui incarne Giorgio Germont, n'est plus […] Lire la suite

ALBANESE FELICIA (1909-2014)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 328 mots

Cantatrice américaine d’origine italienne, Licia Albanese sut captiver son public par sa gestuelle nuancée, l’intensité passionnée et la profonde sensibilité avec lesquelles elle a incarné les héroïnes tragiques des compositeurs italiens Giacomo Puccini et Giuseppe Verdi. De cette soprano lirico spinto , on a pu dire qu’elle avait été la dernière chanteuse de sa génération à mériter le titre de […] Lire la suite

BARBIERI FEDORA (1920-2003)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 949 mots

Le 3 novembre 2000, la mezzo-soprano italienne Fedora Barbieri fêtait au Teatro del Maggio Musicale de Florence ses soixante ans de carrière en interprétant, à quatre-vingts ans, une ultime Mamma Lucia ( Cavalleria rusticana de Mascagni). Son exceptionnelle longévité vocale lui a valu de triompher dans quelque cent dix rôles. L'éclat sombre de son timbre d'airain, la profondeur abyssale de son re […] Lire la suite

BERGONZI CARLO (1924-2014)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 607 mots
  •  • 1 média

Ce n’est ni par l’éclat triomphant de son timbre ni par ses talents d’acteur que Carlo Bergonzi a gagné sa place parmi les plus grands ténors verdiens du xx e  siècle. Une diction d’une exemplaire clarté, un style à la fois sobre, élégant et passionné, une technique de souffle exceptionnelle, un vaste éventail de couleurs veloutées, la pureté de ses attaques ainsi que la souplesse de son phrasé on […] Lire la suite

BOITO ARRIGO (1842-1918)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 176 mots
  •  • 1 média

Maître de chapelle et compositeur, son principal mérite n'est pas là : mais, poète de surcroît, Boito a fourni à Verdi plusieurs livrets. Homme de lettres, journaliste combatif, garibaldien, sénateur, il fut un ardent défenseur de Wagner. Il apporta, par sa culture, une collaboration précieuse à l'autodidacte Verdi. En outre, rien ne vaut, pour un librettiste, le fait d'être compositeur, de conna […] Lire la suite

DOWNES EDWARD (1924-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 599 mots

Spécialiste de Verdi et du répertoire russe, le chef d'orchestre britannique Edward Thomas Downes naît à Aston (Birmingham), le 17 juin 1924. Il étudie à l'université de Birmingham (1941-1944), où il obtient un diplôme de bachelor of music , et au Royal College of Music de Londres (1944-1946 ; cor, théorie et composition). Après s'être perfectionné en matière de direction d'orchestre auprès de He […] Lire la suite

FISCHER-DIESKAU DIETRICH (1925-2012)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 2 443 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le verbe et la musique »  : […] C'est le départ d'une carrière internationale qui, menée avec sagesse, durera presque quarante ans et couvre avec un bonheur constant des domaines aussi divers que l'oratorio, l'opéra et la musique symphonique. En 1965, Fischer-Dieskau débute au Covent Garden de Londres, dans le rôle de Mandryka ( Arabella de Richard Strauss, sous la direction de Georg Solti) ; en 1966, il chante à la Staatsoper […] Lire la suite

FRENI MIRELLA (1935-2020)

  • Écrit par 
  • Michel PAROUTY
  •  • 928 mots

Dans le chapitre « Les années Verdi »  : […] Souvent affichée à la Scala, jusque dans les tournées comme à Moscou, elle y connaît maints triomphes, mais également un échec cuisant avec La Traviata , en 1964, malgré la direction de Karajan et la mise en scène de Zeffirelli. Ce qui ne l'empêche pas, en 1965, de traverser pour la première fois l'Atlantique et de se produire à Chicago et au Metropolitan Opera de New York, où elle reviendra fréqu […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilles de VAN, « VERDI GIUSEPPE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-verdi/