APHORISME, genre littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'aphorisme est un genre spéculaire par excellence : sa brièveté, la précision du geste vers laquelle tend l'auteur attirent son regard sur le mouvement de sa propre pensée, comme l'éclair s'insinue dans l'œil. Spéculaire, l'aphorisme l'est aussi par sa situation ambiguë qui fait « réfléchir » (au sens optique et au sens intellectuel du mot). Musil, lui-même aphoriste, cite Nietzsche : « De beaux aphorismes du début de la maladie : « Je cherchais mon plus lourd fardeau/C'est moi que j'ai trouvé », etc., frappent par leur tendance au poème » (Journaux). De même, l'interrogation sur les « possibles », comme le couteau sans lame auquel il manque le manche ou la « potence pourvue de paratonnerre » de Lichtenberg, portent à la fois sur la chose et sur le mot. Le critère de la « spécularité » pourrait permettre de distinguer l'aphorisme des autres « formes simples », plus normatives ou davantage orientées vers un but mnémotechnique, comme les préceptes, les maximes, les adages ou les brocards. Le caractère réflexif de l'aphorisme est lié à l'introspection, tandis que la visée universelle de la maxime provient de l'observation des autres. Les moralistes français ne s'expriment que rarement en aphorismes. Celui-là en est-il un : « Les vieillards aiment à donner de bons préceptes, pour se consoler de n'être plus en état de donner de mauvais exemples » (La Rochefoucauld) ?

L'« expansion » et l'« inflation » du verbe (Cioran) peuvent être jugulées par la concision, mais, contrairement à la maxime qui recherche le vrai, « l'aphorisme ne coïncide jamais avec la vérité ; il est une demi-vérité ou une vérité et demie » (Karl Kraus). Le souci de concision qui rapproche maxime et aphorisme emprunte souvent les mêmes voies rhétoriques, tellement visibles que l'Oulipo en a fait un jeu combinatoire. Mais tandis que la maxime épingle les phénomènes en les isolant, l'« aphorisme [est] le plus petit tout possible » (Musil).

—  Véronique KLAUBER

Écrit par :

Classification

Autres références

«  APHORISME, genre littéraire  » est également traité dans :

ANGELUS SILESIUS JOHANNES SCHEFFLER dit (1624-1677)

  • Écrit par 
  • Eugène SUSINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « L'évolution religieuse »  : […] Johannes Scheffler est né à Breslau. Sa famille, d'ascendance allemande, avait émigré en Pologne, mais son père, né à Cracovie en 1562, fit retour au pays de ses ancêtres vers 1618. Il avait passé la soixantaine lorsqu'il épousa Marie Hennemann, qui avait trente-huit ans de moins que lui. Il mourut en 1637, et sa femme, après avoir donné le jour à deux garçons et à une fille, mourut elle-même en 1 […] Lire la suite

AURORE, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 137 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La conscience submergée »  : […] Aurore est divisé en cinq livres et, au total, en 575 paragraphes, fragments ou aphorismes de longueur variable, qui composent une symptomatologie de l'existence humaine et entreprennent une archéologie de la culture contemporaine. Dans son Avant-propos de 1886, Nietzsche définit ainsi son projet : « Je descendis en profondeur, je taraudai la base, je commençai à examiner et à saper une vieille […] Lire la suite

CIORAN ÉMILE MICHEL (1911-1995)

  • Écrit par 
  • Philippe DULAC
  •  • 921 mots

« Je pense, dit quelque part Cioran, à un moraliste idéal — mélange d'envol lyrique et de cynisme — exalté et glacial, diffus et incisif, tout aussi proche des Rêveries que des Liaisons dangereuses , ou rassemblant en soi Vauvenargues et de Sade, le tact et l'enfer. » On dirait là d'un autoportrait ou d'un art poétique, tant ces lignes le définissent lui-même merveilleusement. Le tact et l'enfer […] Lire la suite

FRAGMENT, littérature et musique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES, 
  • Daniel OSTER
  •  • 9 389 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Œuvres fragmentaires par hasard ou par décision »  : […] Les cent trente-six fragments d'Héraclite que nous connaissons tirent une grande part de leur éclat d'un désastre. « Tout cède et rien ne tient bon », dit le fragment cent trente-cinq (édition Marcel Conche). En confiant son livre à l'Artémision d'Éphèse, le plus vaste des temples d'Éphèse, dû en partie à la magnificence de Crésus, Héraclite avait compté sans Érostrate qui y mit le feu en 356 ava […] Lire la suite

FRAGMENTS, Héraclite - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 787 mots
  •  • 1 média

De l'œuvre d'Héraclite ( vi e  s.- v e  s. av. J.-C.), il ne reste environ que quelque 130 fragments connus grâce à ceux qui, de Platon à Albert le Grand ( xiii e  siècle) en passant bien sûr par Diogène Laërce, le citèrent et le commentèrent, avant qu'Hermann Diels en donne une première édition en 1903. Les discussions entre philosophes et philologues vont encore bon train afin de déterminer s'i […] Lire la suite

HUMAIN, TROP HUMAIN, Friedrich Nietzsche - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 1 057 mots

La genèse de Humain, trop humain. Un livre pour esprits libres commence en juin-juillet 1876 : en marge du premier festival de Bayreuth, Friedrich Nietzsche (1844-1900) dicte à Hermann Köselitz (connu sous le pseudonyme de Peter Gast) les premiers aphorismes. En février 1876, il a fait la connaissance de Paul Rée, dont les Remarques psychologiques (1875) et L'Origine des sentiments moraux (1877) […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Christian JAMBET, 
  • Jean JOLIVET
  •  • 9 001 mots

Dans le chapitre « Fārābī »  : […] La mort de Kindī coïncide, ou peu s'en faut, avec la naissance de celui qui inaugure vraiment la lignée classique des grands e̱alāsifa  : c'est Abū Naṣr Muḥammad b. Muḥammad b. Ṭaraẖān b. Ūsaluġ al-Fārābī, mort, selon l'avis le plus courant, en 339/950. On remarque avant tout chez lui un puissant intérêt pour la logique, à laquelle il a consacré un bon nombre d'ouvrages (commentaires et paraphras […] Lire la suite

LICHTENBERG GEORG CHRISTOPH (1742-1799)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 932 mots

Dans sa carrière comme sans son œuvre, Georg Christoph Lichtenberg a été un être singulier. Il n'a cessé de combattre l'engouement de ses contemporains pour le génie original cependant que par ses études, ses voyages, son enseignement, sa vie très retirée, lui-même ne répondait à aucun modèle ordinaire, cela étant accentué par l'union d'un physique ingrat avec une redoutable acuité d'esprit. Né en […] Lire la suite

NOVALIS (1772-1801)

  • Écrit par 
  • Catherine KOENIG
  •  • 2 604 mots

Dans le chapitre « Du fragment au roman »  : […] Du roman aux fragments, diront les esprits chagrins, qui voudront voir dans l'œuvre de Novalis la marque de l'inachevé, de l'ébauche. Mais si l'on s'en tient à l'ordre chronologique, les aphorismes sont la trame de ces trois années de création poétique, une trame constamment parallèle aux Hymnes ( Geistliche Lieder ) et à Heinrich von Ofterdingen . […] Lire la suite

Pour citer l’article

Véronique KLAUBER, « APHORISME, genre littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/aphorisme-genre-litteraire/