GENRES LITTÉRAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un acte de communication

De tout ce qui précède, il ressort que les catégories génériques relèvent pour l'essentiel de la dimension pragmatique de la littérature, c'est-à-dire de la dynamique communicationnelle des œuvres. Une œuvre littéraire n'est jamais uniquement une réalité textuelle (qu'elle soit écrite ou orale), mais aussi un acte, une interaction verbale socialement réglée entre un auteur et un public. Quel que soit le contenu ou la forme de l'œuvre que l'auteur veut communiquer à ses lecteurs ou à son auditoire, il faut aussi et d'abord qu'il réussisse à faire reconnaître son œuvre comme acte communicationnel spécifique. Ainsi tout texte littéraire s'inscrit dans un cadre pragmatique ou intentionnel dont les normes le contraignent absolument : il présuppose certains choix initiaux, par exemple celui qui instaure sa structure énonciative (qui parle ? s'agit-il d'une fiction ou d'un énoncé factuel ? quel est le contexte énonciatif pertinent ? etc.), celui qui « positionne » son destinataire (le destinataire est-il déterminé ou indéterminé, fictif ou réel ? l'auditeur ou le lecteur effectif est-il le destinataire visé par l'œuvre ? etc.), ou encore celui qui détermine la nature de l'acte communicationnel qu'il réalise (s'agit-il d'une description, d'une demande, d'une menace, d'une exhortation ? etc.). Toutes ces déterminations, qui permettent au récepteur d'identifier l'œuvre comme exemple d'un type d'acte communicationnel spécifique (ou, dans le cas d'une œuvre fictive, comme imitation ludique d'un tel type), relèvent de conventions constituantes, en ce sens qu'en leur absence il n'y a pas de communication : elles instaurent l'œuvre comme signe verbal et sont l'objet d'un choix obligatoire en amont de la réalité textuelle proprement dite. Bien entendu, ces choix peuvent donner lieu à des marqueurs syntaxiques (ainsi la question est liée en français à l'inversion syntaxique ou à l'usage de « est-ce que »), de même qu'ils peuvent prescrire certains traits sémantiques (l'épithalame qui est défini par son contexte fonctionnel, donc par un critère qui relève de la pragmatique communicationnelle, a pour contenus sémantiques l'éloge du mariage, les vœux adressés aux jeunes mariés, etc.). Tous les genres littéraires, au sens restreint du terme, présupposent implicitement, sinon explicitement, de telles conventions constituantes. Ainsi l'épopée, la fable, le fabliau, le roman, la nouvelle, la short story, etc., relèvent tous d'une même convention constituante qui est la narration (en tant qu'opposée à la représentation mimétique). De même toute fiction (narrative ou dramatique) accepte comme convention constituante la mise entre parenthèses des exigences de référentialité : la fiction ne se définit pas au niveau textuel, mais au niveau intentionnel, ce qui explique pourquoi un roman historique, même s'il comporte de nombreux énoncés qui ont des référents réels, reste une fiction.

Lorsqu'on quitte le niveau de l'intentionnalité communicationnelle pour celui du message réalisé, donc lorsqu'on aborde l'œuvre comme texte, la problématique générique prend une allure toute différente. Les textes, considérés du point de vue de leur organisation formelle et sémantique, ne possèdent pas de normes constituantes : l'individualité d'un message est précisément celle de sa forme et de son contenu. Alors qu'au niveau des déterminations d'ordre intentionnel ou pragmatique l'œuvre se borne à exemplifier son genre (elle possède les propriétés intentionnelles qui la dénotent), au niveau textuel elle le module, c'est-à-dire qu'elle est capable de le transformer, voire de le subvertir : au niveau de l'acte intentionnel, le genre précède l'acte, alors qu'au niveau textuel il le suit. Les parentés textuelles de niveau thématique ou formel peuvent cependant relever d'au moins deux logiques génériques différentes. Beaucoup de genres sont liés à des prescriptions explicites. C'est le cas pour toutes les formes lyriques fixes, tels le sonnet, le haïku japonais ou le lü-shih chinois. On peut noter que la prescription de la forme globale est moins répandue que des prescriptions locales : la tragédie française par exemple est liée aux prescriptions d'unité de lieu, de temps et d'action ainsi qu'à la division en cinq actes, mais ces prescriptions ne déterminent pas de manière absolue les limites extérieures de l'œuvre ; il en va de même pour la plupart des genres lyriques, qui ne sont pas des formes fixes. Les traditions génériques obéissant à des prescriptions textuelles explicites sont fondées sur des conventions régulatrices : le texte individuel applique (ou viole) un certain nombre de règles (formelles et/ou sémantiques) dont l'existence relève de l'institution littéraire. Contrairement à ce qui se passe pour les conventions constituantes, le fait d'aller contre une convention régulatrice ne détruit pas l'intelligibilité de l'œuvre : lorsqu'on viole les règles du sonnet, le résultat reste un acte verbal parfaitement compréhensible. Il existe d'autres genres dans lesquels les parentés entre les œuvres ne sont pas fondées sur des prescriptions explicites, mais sur des relations de modélisation directe entre œuvres individuelles, donc sur des relations hypertextuelles (Gérard Genette), c'est-à-dire des procédés d'imitation et de transformation. La plupart des genres narratifs relèvent pour l'essentiel de telles conventions de tradition (Steven Mailloux) : ainsi le roman picaresque – qu'on pense au Simplicius Simplicissimus (1668) de Grimmelshausen en Allemagne, au Gil Blas (1715-1735) de Lesage en France, ou encore à Defoe, Fielding et Smollett en Angleterre – évolue presque exclusivement à travers des procédés d'imitation et de transformation des modèles espagnols, essentiellement La Vie de Lazarillo de Tormes (1554), La Vie de Guzman d'Alfarache (1599) et Le Buscon (1626). La même chose vaut pour la fable, dont l'histoire, de Phèdre à La Fontaine et au-delà, n'est qu'une longue suite de transformations opérées sur la tradition ésopique. Très souvent les conventions régulatrices ne sont en fait que la « condensation » de conventions traditionnelles préexistantes : on sait par exemple que les règles de la tragédie classique française étaient censées être dérivées des normes implicites de la tragédie antique. À l'inverse, un genre lié originairement à des conventions régulatrices peut aussi, au fil du temps, se transformer en un genre à conventions traditionnelles. C'est le cas de l'élégie : à l'origine, c'est-à-dire en Grèce antique, elle est déterminée par une prescription formelle obligatoire (le distique élégiaque, hexamètre suivi d'un pentamètre) ; au cours des temps modernes, notamment en France et en Angleterre, l'élégie se tran [...]

Robinson Crusoé

Photographie : Robinson Crusoé

Le frontispice de la première édition de Robinson Crusoé, le roman de Daniel Defoe (1660-1731). 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GENRES LITTÉRAIRES  » est également traité dans :

GENRES LITTÉRAIRES, notion d'

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 844 mots

Avant d'être une notion problématique, inscrite dans une histoire et lourde d'enjeux esthétiques, les genres littéraires sont, pour la plupart d'entre nous, une réalité éditoriale, indissociable de notre expérience concrète : ils circonscrivent des territoires (le rayon « poésie » d'une librairie ou d'une bibliothèque), définissent des spécialités […] Lire la suite

ALLÉGORIE

  • Écrit par 
  • Frédéric ELSIG, 
  • Jean-François GROULIER, 
  • Jacqueline LICHTENSTEIN, 
  • Daniel POIRION, 
  • Daniel RUSSO, 
  • Gilles SAURON
  •  • 11 640 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'art du XIIIe siècle »  : […] Si l'allégorie devient le mode d'expression privilégié au xiii e  siècle, c'est parce qu'elle répond à un mode de représentation en accord avec les tendances intellectualistes de l'époque. L'art symbolique de l'âge roman cède en effet la place à une esthétique plus systématique, plus lumineuse. On passe de l'ambiguïté des signes symboliques à un code stabilisé. La recherche et l'invention portent […] Lire la suite

ALLÉGORIE, notion d'

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 460 mots

Une première conception de l'allégorie provient de la rhétorique (Cicéron, Quintilien) : elle définit comme une « métaphore continuée » cette manière de parler qui désigne une chose par une autre (du grec allos , « autre », et agoreuein , « parler en public »). La métaphore, ou transposition, est une figure d'analogie : une comparaison implicite entre deux termes, suivant un rapport de ressemblan […] Lire la suite

APHORISME, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Véronique KLAUBER
  •  • 351 mots

L'aphorisme est un genre spéculaire par excellence : sa brièveté, la précision du geste vers laquelle tend l'auteur attirent son regard sur le mouvement de sa propre pensée, comme l'éclair s'insinue dans l'œil. Spéculaire, l'aphorisme l'est aussi par sa situation ambiguë qui fait « réfléchir » (au sens optique et au sens intellectuel du mot). Musil, lui-même aphoriste, cite Nietzsche : « De beaux […] Lire la suite

AUBE CHANSON D'

  • Écrit par 
  • Jean FRAPPIER
  •  • 1 153 mots

Deux amants, dont la nuit a favorisé la rencontre, déplorent l'approche du jour, venu trop tôt à leur gré : tel est le thème de la « chanson d'aube », genre lyrique des xii e et xiii e  siècles, ou simplement « aube », d'après la transposition française du mot alba qui désigne le genre dans la poésie provençale, où il est plus richement représenté que dans celle du Nord. S'il est un thème répand […] Lire la suite

AUTOBIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Daniel OSTER
  •  • 7 550 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Difficulté d'une définition »  : […] Peut-on définir l'autobiographie ? Aucun critère purement linguistique ne semble pertinent. Rien ne distingue a priori autobiographie et roman à la première personne. Le je n'a de référence actuelle qu'à l'intérieur du discours : il renvoie à l'énonciateur, que celui-ci soit fictif ou réel (attesté par l'état civil). Le je n'est d'ailleurs nullement la marque exclusive de l'autobiographie : le […] Lire la suite

AUTOFICTION

  • Écrit par 
  • Jacques LECARME
  •  • 2 434 mots
  •  • 2 médias

Avec le début des années 1980, on a assisté à l'étonnante aventure d'un néologisme dont on ne sait encore s'il correspond à un nouveau genre littéraire ou à un effet spécial d'affichage, aussi séduisant que trompeur. En 1977, le mot fut inventé par Serge Doubrovsky pour qualifier son livre intitulé Fils, roman , glosé à l'intérieur du texte romanesque qui en raconte l'invention, mais aussi le jus […] Lire la suite

BALLADE

  • Écrit par 
  • Claude THIRY
  •  • 562 mots

Par son étymologie (ancien provençal ballada ), la ballade est, comme le rondeau, une des formes lyriques associées à la danse. La structure la plus typique, qui l'a fait ranger parmi les formes fixes, comporte trois strophes sur les mêmes rimes terminées par un refrain, et un envoi comptant la moitié des vers de la strophe et reprenant les rimes finales et le refrain. L'idéal recherché est la str […] Lire la suite

APOLOGUE, genre littéraire

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 443 mots

La narration d'une anecdote à personnages animaux, ou parfois végétaux, agissant et parlant comme les humains et, le cas échéant, en leur compagnie, a toujours servi à illustrer des leçons de prudence ou de morale pour les hommes. Le genre, préexistant à la notion de genre, plonge ses racines à la fois dans la nuit des temps et dans l'infralittérature. Tout éternel qu'il paraisse, il présente en o […] Lire la suite

BIOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 2 603 mots

La biographie constitue une forme textuelle essentielle de l'Occident. Certes, ce genre ne jouit pas du plus haut prestige et l'histoire le regarde avec quelque suspicion. Mais, abondant depuis plus de deux millénaires, longtemps sollicité comme modèle culturel, avec Plutarque et ses Vies parallèles , et s'étendant des usages les plus triviaux aux élaborations les plus littéraires, il a valeur exe […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Marie SCHAEFFER, « GENRES LITTÉRAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/genres-litteraires/