GDAŃSK, anc. DANTZIG

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En allemand Danzig, francisé en Dantzig. Citée pour la première fois en 957, dans l'Histoire de la Mission d'Adalbert de Prague, qui introduisit le christianisme dans la région, Dantzig a, en 1254, un statut de ville. La population est formée surtout d'immigrants allemands : marchands, paysans, moines. C'est un des points d'appui du Drang nach Osten germanique au Moyen Âge. Du xiiie au xviie siècle (elle adhère à la Hanse en 1361), c'est une des places les plus importantes pour l'échange des marchandises dans le trafic entre l'est, le nord et l'ouest de l'Europe. Capitale des ducs de Pomérélie depuis 1148, elle passe sous la domination de l'ordre Teutonique. Au xve siècle, des conflits incessants opposent celui-ci à la bourgeoisie pour des raisons commerciales et politiques. La défaite infligée aux chevaliers de l'ordre par le roi de Pologne, Casimir IV, marque la fin de leur domination sur la ville.

Pologne : carte administrative

Carte : Pologne : carte administrative

Carte administrative de la Pologne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le Privilegium Casimiranum confère à Dantzig les attributions d'un État presque indépendant, maître de sa politique intérieure et extérieure. Elle tire à elle tout le commerce d'exportation de la Pologne et prospère rapidement. Au moment de la Réforme, le roi de Pologne accorde le libre exercice du culte pour tous. Il y a alors deux tiers de protestants, et un tiers de catholiques après les efforts de reconquête des Jésuites. Le commerce recule au xviie siècle, à cause de la guerre russo-polonaise et de l'entrée des Hollandais et des Anglais dans la Baltique. Il décline encore après le premier partage de la Pologne ; la ville est, en effet, cernée par les possessions prussiennes. Dantzig fut annexée à la Prusse lors du second partage de la Pologne. De 1807, au traité de Tilsitt, et jusqu'en 1814, Napoléon en fit une ville libre sous la protection de la France, de la Prusse et de la Saxe. Elle est, en fait, entièrement soumise à l'autorité de Napoléon, représenté par un gouverneur français, le général Rapp, qui, en contravention avec les stipulations du Blocus continental, laisse se développer une active contrebande. Prussienne à partir de 1814, Dantzig devient le principal port d'importation et d'exportation de Prusse-Orientale et Occidentale ainsi qu'un grand centre industriel.

La solution imaginée par les vainqueurs de 1919 est une sorte de compromis entre les prétentions polonaises d'avoir un port sur la Baltique, à l'embouchure de la Vistule, et la détermination de la population, constituée par 96 p. 100 d'Allemands, de ne pas devenir polonaise. Sans consultation préalable des populations, le territoire entourant le port : 1 951 kilomètres carrés, 4 villes, 255 villages, et la ville elle-même sont enlevés au Reich. La Prusse-Orientale se trouve séparée du reste de l'Allemagne par le corridor. Foch prophétise : « C'est là que se trouve l'amorce d'un nouveau conflit mondial. » Le 15 décembre 1920, devant un représentant des Alliés, une assemblée constituante déclare : « La ville de Dantzig et le territoire qui l'entoure sont déclarés ville libre à compter de ce jour. » Une Constitution, ratifiée par le Conseil de la Société des Nations, entre en vigueur en juin 1922. Elle fait de la ville libre un véritable État avec son drapeau, ses armoiries, sa monnaie, son Parlement, le Volkstag, qui désigne un Sénat. L'allemand est la langue administrative. La S.D.N., représentée par un haut-commissaire, garantit l'indépendance de la ville et veille au respect de la Constitution. En fait, la ville libre ne jouit que d'une souveraineté limitée. La Pologne y exerce d'importantes prérogatives : le territoire est inclus dans le rayon douanier polonais, les chemins de fer sont sous administration polonaise, les installations portuaires sont gérées par une commission internationale. Varsovie jouit d'un droit de veto sur toute décision du Sénat jugée préjudiciable à ses nationaux et, en 1924, obtient le droit d'installer un dépôt militaire sur la Westerplatte, presqu'île sablonneuse entre la mer et le bras navigable de la Vistule, à quelques kilomètres au nord de Dantzig. Malgré des traités de commerce signés avec la Pologne, en 1933 et 1934, la situation économique de Dantzig ne cesse de souffrir de cet état de choses, d'autant plus que le trafic pol [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Pologne : carte administrative

Pologne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Edward Gierek, 1977

Edward Gierek, 1977
Crédits : Wojtek Laski/ Getty Images

photographie

Lech Walesa

Lech Walesa
Crédits : Marc Bulka/ Gamma-Rapho/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Autres références

«  GDANSK, anc. DANTZIG  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Extension territoriale »  : […] La population allemande s'est accrue pendant les premières années du régime national-socialiste. Le recensement du 17 mai 1939 fait état de 80,2 millions de Reichsdeutsche. L'accroissement est dû, pour une part, au relèvement du taux de natalité : 18,9 p. 1 000 en 1935, 19,5 en 1938, soit un excédent annuel de l'ordre de 450 000 à 500 000. Mais il s'explique surtout par l'extension territoriale d […] Lire la suite

GIEREK EDWARD (1913-2001)

  • Écrit par 
  • Catherine GOUSSEFF
  •  • 879 mots

Promu premier secrétaire du Parti communiste de Pologne à la faveur de la crise politique générée par la révolte des ouvriers des chantiers navals de la Baltique, en décembre 1970, Edward Gierek est limogé de son poste dix ans plus tard, en septembre 1980, à l'issue du bras de fer engagé avec les ouvriers de Gdańsk qui a débouché sur la naissance du syndicat indépendant Solidarité. Circonscrite pa […] Lire la suite

HANSE

  • Écrit par 
  • René FEDOU
  •  • 3 197 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'association des marchands allemands de la Baltique »  : […] « Chose urbaine dans son essence comme dans toutes ses activités », la Hanse est née à l'époque du grand essor des villes. Son histoire commence avec la fondation de Lübeck par le duc de Saxe Henri le Lion (1158-1159) : une situation favorable dans l'isthme de Holstein – sur la côte baltique mais à cinquante kilomètres seulement de Hambourg –, le dynamisme de ses habitants, l'intelligence de son […] Lire la suite

INTERNATIONALISATION

  • Écrit par 
  • Patricia BUIRETTE
  •  • 940 mots
  •  • 1 média

Limitation de la souveraineté territoriale d'un État au bénéfice de plusieurs États ou d'une organisation internationale. Afin de dénouer des situations difficiles, de neutraliser des points névralgiques, de protéger des zones stratégiques ou de mener à bien des travaux d'intérêt collectif, le procédé d'internationalisation a été maintes fois employé et a connu diverses fortunes. La limitation peu […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 246 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Renaissance de la Pologne (1914-1921) »  : […] Les Polonais se virent mobilisés dans les deux camps adverses. Beaucoup n'espéraient, au mieux, qu'une autonomie accordée par le futur vainqueur : le Comité national polonais de Varsovie comptait sur la Russie, alors que le Haut Comité national de Vienne misait sur l'Autriche dont les armées englobaient les légions de Piłsudski. Il devint rapidement évident que la principale menace pour l'avenir v […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean BÉRENGER, « GDAŃSK, anc. DANTZIG », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gdansk-dantzig/