RIGA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La capitale actuelle de la Lettonie est fondée en 1201 par l'évêque Albert de Buxhövden, envoyé pour convertir les « derniers païens d'Europe ». Il bâtit non loin de l'embouchure de la Daugava une cité qu'il nomme Riga, dont les armes rappellent l'origine germanique (tours de Hambourg et clés de Brême). Cette cité est érigée bientôt en évêché par Rome et devient le centre de la conquête réalisée par les chevaliers Porte-Glaive (ordre de Livonie). Par son adhésion à la Ligue hanséatique (1282), Riga connaît un essor économique remarquable ; la ville devient le port le plus important de la côte baltique et son nouveau statut attire un grand nombre d'artisans et de commerçants qui assurent la mainmise complète des Germaniques sur la ville, mainmise concrétisée par la création de guildes qui leur sont réservées.

Lettonie : carte administrative

Carte : Lettonie : carte administrative

Carte administrative de la Lettonie. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Riga (Lettonie)

Photographie : Riga (Lettonie)

Vue de Riga, capitale de la Lettonie, avec le planétarium et les jardins de l'Esplanade. 

Crédits : Alan Smith/ The Image Bank/ Getty Images

Afficher

Malgré les querelles religieuses qui suivent la Réforme de Luther au xvie siècle, malgré les conflits militaires provoqués par les convoitises des pays voisins, malgré diverses occupations étrangères – polonaise (1581), suédoise (1600-1710), puis russe (1710-1918) –, la ville et son port connaissent une extension constante et, à partir du xviiie siècle, un essor industriel remarquable. Riga est bientôt le premier port de l'Empire russe, avant la construction de Saint-Pétersbourg.

Avec les échanges, favorisés par les liaisons ferroviaires, arrive la richesse et avec elle le goût du confort et même du luxe, ce qui accroît encore les échanges avec toute l'Europe. L'expansion commerciale soutient l'expansion économique ; partout autour de la cité se construisent des ateliers, puis des usines. Les bureaux et les entreprises se multiplient dans la ville qui étouffe bientôt dans ses remparts. En 1852, ceux-ci sont détruits et remplacés par des jardins. En deux décennies, Riga quadruple sa surface, repoussant plus loin les quartiers ouvriers.

Jusque dans la seconde moitié du xixe siècle, les Allemands sont encore majoritaires (50 p. 100) dans la population, contre 25 p. 100 de Russes et 24 p. 100 de Lettons ; ces derniers forment l'essentiel du prolétariat ouvrier. Mais simultanément se développe dans la ville une bourgeoisie lettone qui se lance dans les affaires et souvent y prospère.

La révolution russe de 1905 change la donne sociale ; la population ouvrière constitue désormais une force politique, qui se divise après la révolution d'octobre 1917. La bourgeoisie proclame en 1918 l'indépendance de la Lettonie. Riga, qui était devenue le deuxième port de Russie, se retrouve la capitale trop grande d'un petit pays. Pendant la Première Guerre mondiale, elle a perdu la moitié de ses habitants, qui n'avaient plus de travail dans un port dont le trafic s'était réduit trente fois. La Lettonie redevient un pays agricole ; mais les Lettons restent très fiers de leur capitale promue centre intellectuel et culturel plutôt qu'économique.

La vocation industrielle de Riga renaît avec l'occupation soviétique, à partir de 1945. La ville redevient un des centres de l'industrie légère et militaire d'avant-garde, alimentée d'abord par le pétrole russe, puis par les usines hydroélectriques construites sur la Daugava et par la centrale atomique d'Ignalina en Lituanie.

Dans Riga, envahie par des dizaines de milliers de russophones heureux de vivre dans cette cité d'allure occidentale au niveau de vie élevé pour l'U.R.S.S., les Lettons se retrouvent minoritaires. C'est dans une ville dont 43 p. 100 des habitants sont russophones que les Lettons parviennent en 1991 à recouvrer leur indépendance.

Riga, seule ville de la région baltique à n'avoir jamais changé de nom sous les différents régimes, a fêté ses huit cents ans en 2001 ; elle compte 700 000 habitants à la fin des années 2000, soit environ un tiers de la population du pays. Le centre historique a été classé en 1997 par l'U.N.E.S.C.O. au patrimoine mondial. Elle a été et demeure le poumon économique de la Lettonie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Lettonie : carte administrative

Lettonie : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Riga (Lettonie)

Riga (Lettonie)
Crédits : Alan Smith/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur de l'Université, ancien maître de conférences à l'Institut national des langues et civilisations orientales (histoire des pays Baltes)

Classification

Autres références

«  RIGA  » est également traité dans :

LETTONIE

  • Écrit par 
  • J. A. ANDRUPS, 
  • Céline BAYOU, 
  • Suzanne CHAMPONNOIS
  •  • 8 201 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La Livonie chrétienne des chevaliers Porte-Glaive  »  : […] Cette croisade débarqua en 1201 à l'embouchure de la Daugava dans une région qui fut baptisée Livonia (Livland) parce que la première tribu rencontrée sur le rivage était les Lives, des Finno-Ougriens. La ville de Riga fut fondée la même année et devint le centre de la conquête organisée par les chevaliers Porte-Glaive, qui s'étendit rapidement vers le nord pour englober à peu près les territoire […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « La révolution industrielle »  : […] La Russie ne put entrer vraiment dans l'ère industrielle que par l'intervention de l'État et l'emprunt de capitaux à l'étranger. Les changements profonds de ses structures économiques sont un fait tardif, postérieur à 1880. La faiblesse du marché de consommation paysan qui s'élargissait trop lentement, autant que le manque de capitaux privés, a contraint le gouvernement à devenir, par la voie des […] Lire la suite

Les derniers événements

24-27 avril 2015 Grèce – Union européenne. Remaniement de l'équipe grecque de négociation avec le « groupe de Bruxelles ».

Le 24, l’Eurogroupe réuni à Riga (Lettonie) échoue une fois de plus à parvenir à un accord sur les réformes attendues de la part de la Grèce en contrepartie du versement de la dernière tranche du plan d’aide international, d’un montant de 7,2 milliards d’euros. Le ministre des Finances Yanis Varoufakis continue de faire l’objet de vives critiques de la part de ses homologues. […] Lire la suite

6-22 janvier 2014 Lettonie. Nomination de Laimdota Straujuma au poste de Premier ministre

Le Premier ministre Valdis Dombrovskis avait démissionné en novembre 2013, endossant la responsabilité de l'effondrement du toit d'un supermarché de Riga qui avait fait cinquante-quatre morts. Le 22, le Parlement accorde sa confiance au gouvernement de Laimdota Straujuma, qui rassemble Unité, le Parti réformateur (centre droit), l'Alliance nationale (nationalistes conservateurs) et l'Union des Verts et des paysans (écologistes et agrariens). […] Lire la suite

21-27 novembre 2013 Lettonie. Démission du gouvernement après une catastrophe meurtrière

Le 21, à Riga, le toit d'un supermarché s'effondre sur la foule, causant la mort de cinquante-quatre personnes. Il s'agit de la catastrophe la plus meurtrière survenue dans le pays depuis son indépendance en 1991. Le 27, Valdis Dombrovskis, Premier ministre depuis mars 2009, déclare endosser la responsabilité politique du drame et annonce sa démission. […] Lire la suite

26-28 juillet 2001 France – pays Baltes. Visite du président Jacques Chirac dans les pays Baltes

Du 26 au 28, Jacques Chirac se rend en visite, successivement, à Vilnius, en Lituanie, à Riga, en Lettonie, et à Tallinn, en Estonie. Il apporte aux dirigeants baltes le soutien de la France au sujet de leurs projets d'adhésion à l'Union européenne et à l'O.T.A.N. Ce dernier point est vivement critiqué par le voisin russe des trois Républiques; le président Chirac précise que l'adhésion à l'Alliance atlantique implique de « développer de bonnes relations avec les États voisins, et [de] se montrer ouverts au dialogue et à la coopération avec ceux qui ne font pas partie de l'O. […] Lire la suite

30 septembre - 1er octobre 1995 Lettonie. Victoire des populistes aux élections législatives

Après l'indépendance, une polémique a opposé Riga à Moscou au sujet de la loi lettone sur la naturalisation des étrangers, jugée trop discriminatoire par la Russie.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Suzanne CHAMPONNOIS, « RIGA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/riga/