GIEREK EDWARD (1913-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Promu premier secrétaire du Parti communiste de Pologne à la faveur de la crise politique générée par la révolte des ouvriers des chantiers navals de la Baltique, en décembre 1970, Edward Gierek est limogé de son poste dix ans plus tard, en septembre 1980, à l'issue du bras de fer engagé avec les ouvriers de Gdańsk qui a débouché sur la naissance du syndicat indépendant Solidarité. Circonscrite par les mouvements sociaux de la Baltique, la décennie de la direction Gierek a suscité tour à tour espoir et désenchantement, confirmant le fossé existant entre l'État et la société dans la république populaire de Pologne.

Né le 6 janvier 1913 en Silésie, Edward Gierek a vécu en France à partir de 1923, dans les corons du Pas-de-Calais où son père a été embauché comme mineur. Devenu mineur à son tour, militant du Parti communiste français à partir de 1931, il est expulsé de France en 1934 et se rend en Belgique, dans le Limbourg, où il poursuit son activité politique et syndicale dans les mines. En 1948, il rentre en Pologne, où il commence sa carrière politique. Tout en suivant des études par correspondance à l'École supérieure des mines de Cracovie, Edward Gierek continue son activité au sein du Parti ouvrier unifié de Pologne (P.O.U.P.). Promu membre du comité central en 1954, il devient premier secrétaire du parti de la voïvodie de Katowice en 1957 et bénéficie, dans la Haute-Silésie minière, de la confiance des ouvriers qui le reconnaissent comme l'un des leurs. Membre du bureau politique à partir de 1959, il affirma s'être opposé à la décision brutale de hausse des prix alimentaires qui allait être à l'origine des émeutes de Gdańsk et de la chute de Władyslaw Gomułka, annoncée le 20 décembre 1970. Brusquement propulsé à la tête du parti, Edward Gierek paraît surtout devoir sa promotion aux mécanismes de fonctionnement interne du parti.

La nouvelle équipe de Gierek, dite de „technocrates“, en raison de son haut niveau de formation et de son expérience de l'administration, est l'une des plus jeunes d'Europe. Après quelques actes d' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages





Écrit par :

  • : chercheur au C.N.R.S., directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (C.N.R.S. - École des hautes études en sciences sociales)

Classification


Autres références

«  GIEREK EDWARD (1913-2001)  » est également traité dans :

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 233 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'effondrement de 1980 »  : […] Rarement, dans l'histoire des crises polonaises de l'après-guerre, on voit s'esquisser des signes avant-coureurs d'un effondrement si important. Et cela bien que (ou peut-être parce que) la rigueur de la répression gouvernementale ne soit pas absolue. L'effondrement qui s'annonce en 1980 menace tous les secteurs de la population et tous les domaines : économique, social, politique et culturel. La […] Lire la suite

Les derniers événements

3-31 juillet 1981 • Pologne • Visite d'Andreï Gromyko et congrès du P.O.U.P.

journée est marquée par le refus – inattendu – des délégués de procéder dès le début des travaux à l'élection du premier secrétaire. Le 15, Edward Gierek, ancien chef du parti, limogé en septembre 1980, est exclu du parti, ainsi que six autres membres de l'ancienne direction du P.O.U.P. Le même jour [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Catherine GOUSSEFF, « GIEREK EDWARD - (1913-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-gierek/