HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX (1905-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Félix Houphouët-Boigny était le plus âgé des leaders africains qui menèrent leur pays à l'indépendance, et celui qui garda le plus longtemps le pouvoir. Pragmatique et partisan de la persuasion, le président de la Côte d'Ivoire de 1960 à 1993 ne s'est guère écarté d'une vision lucide des événements qui ont marqué l'histoire du xxe siècle. Il fut souvent partagé entre ses devoirs de chef traditionnel, persuadé de savoir ce qui était bon pour son peuple, et ceux de dirigeant d'un État moderne, amené malgré lui à accepter l'instauration du multipartisme en 1990.

Félix Houphouët-Boigny

Félix Houphouët-Boigny

photographie

Fondateur, en 1946, du Rassemblement démocratique africain (R.D.A.), Félix Houphouët-Boigny fut le président de la République ivoirienne de 1960 à 1993. 

Crédits : Getty

Afficher

Le chef akan

D'après sa biographie officielle, Houphouët Dia est né à Yamoussoukro en 1905. Sa mère, qui avait eu plusieurs enfants morts en bas âge, l'affuble du sobriquet d'Oufoué (Houphouët, « balayure à jeter »), pour dissuader les mauvais génies de venir le prendre comme les autres. Par le lignage de sa mère, Houphouët est un chef de village baoulé. Les Baoulé appartiennent, en Côte d'Ivoire, au grand groupe des Akan, un peuple qui avait bâti sa puissance sur le commerce et la thésaurisation de l'or. Houphouët-Boigny eut, d'ailleurs, avec l'or et sa traduction moderne − un compte en Suisse, géré sur place par sa fille − des rapports dépourvus d'ambiguïté : « Les gens s'étonnent que j'aime l'or. C'est parce que je suis né dedans » (1983).

Houphouët-Boigny est élevé par sa tante, Yamoussou, dans la tradition animiste ; mais, en tant que fils de chef, il est envoyé par les Français à l'école de village de Bonzi, près de Yamoussoukro. Il fréquente ensuite l'école primaire supérieure de Bingerville, alors capitale de la colonie, vers laquelle étaient orientés les « sujets bien doués ». En 1915, il est converti par les pères blancs, qui le baptisent Félix. Il abandonne la religion traditionnelle et devient un chrétien pratiquant. Le christianisme a toujours représenté pour lui la modernité, en même temps qu'un obstacle à l'expansion de l'islam, idée qu'il concrétisera à la fin de sa vie, en 1987, en faisant édifier à Yamoussoukro une cathédrale financée « sur ses fonds personnels ». Toutefois, durant toute son existence, il ne cessera de consulter les féticheurs animistes et les marabouts musulmans, même s'il n'est pas convaincu et si l'analyse politique finit toujours par l'emporter.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX (1905-1993)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 320 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] Mitterrand, alors ministre de la France d'outre-mer, et par Félix Houphouët-Boigny, le chef du R.D.A., eut des conséquences considérables. D'une part, en débarrassant le R.D.A. de l'hypothèque communiste, il permit d'ouvrir progressivement un dialogue ; d'autre part, en mettant fin aux entraves de l'administration, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_34835

CÔTE D'IVOIRE

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 13 470 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'apparition de la violence politique : le coup d'État de 1999 et la seconde République »  : […] (douanes, corps préfectoral) et des entreprises publiques, mais sur le plan symbolique, Houphouët-Boigny avait toujours veillé à déconnecter l'appareil militaire du processus de légitimation politique. Se méfiant de sa propre armée, qu'il choyait financièrement, il s'appuyait presque exclusivement sur la coopération militaire française (accords de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cote-d-ivoire/#i_34835

GBAGBO LAURENT (1945-    )

  • Écrit par 
  • Tom MICHAËL
  •  • 1 051 mots

en 1980, il continue de mener des activités subversives qui suscitent la colère du gouvernement d'Houphouët-Boigny. Laurent Gbagbo crée dans la clandestinité un mouvement d'opposition et s'exile en France. À son retour en Côte d'Ivoire en septembre 1988, il constitue et prend la tête du Front populaire ivoirien (F.P.I.). Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/laurent-gbagbo/#i_34835

OUATTARA ALASSANE (1942-    )

  • Écrit par 
  • Amy MCKENNA
  •  • 901 mots

Dans le chapitre « Une carrière d’économiste sur la scène internationale »  : […] En avril 1990, en pleine crise économique, Alassane Ouattara est nommé par le président Félix Houphouët-Boigny à la tête d’un comité interministériel sur la relance économique. En novembre 1990, il devient le premier Premier ministre du pays. Il mène une politique de privatisations et de réduction des dépenses publiques, en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alassane-ouattara/#i_34835

YAMOUSSOUKRO

  • Écrit par 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 549 mots
  •  • 1 média

Village natal de l'ancien président (1960-1993) Félix Houphouët-Boigny, Yamoussoukro doit tout à ce dernier qui en fit son fief, évoqué par Ahmadou Kourouma dans En attendant le vote des bêtes sauvages (1998). Si le transfert de la capitale fut voté sur proposition du maire d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yamoussoukro/#i_34835

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard NANTET, « HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX - (1905-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-houphouet-boigny/