BADINTER ROBERT (1928- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Robert Badinter représente le modèle de l'avocat ayant réussi une carrière politique. S'il est surtout connu pour son action en tant que ministre de la Justice, et particulièrement pour son combat en faveur de l'abolition de la peine de mort, sa biographie est infiniment plus riche et diversifiée : avocat et professeur de droit, il s'est aussi engagé en politique, tout en développant une importante réflexion intellectuelle. Il est né à Paris le 30 mars 1928. Ses parents, immigrés juifs russes, avaient fui les pogroms organisés en 1919 et 1920 par l'armée nationale ukrainienne. Son père sera arrêté à Lyon en 1943 et déporté à Auschwitz, Robert Badinter a eu très tôt l'ambition de s'engager dans de nombreux domaines de la vie publique, dans lesquels il s'est montré un défenseur inlassable du droit et des juristes.

Un combat contre la peine de mort

Inscrit au barreau de Paris en 1951, Robert Badinter est d'abord un spécialiste de droit civil : après sa thèse soutenue à la Sorbonne sur « les conflits en matière de responsabilité civile dans le droit des États-Unis » et un ensemble de contributions au droit de l'automobile, il fonde en 1966, avec son ami Jean-Denis Bredin, un cabinet spécialisé en droit des affaires. Mais c'est aux assises qu'il obtient succès et reconnaissance : au début des années 1970, il défend un certain nombre de personnes risquant la peine de mort, notamment Claude Buffet et Roger Bontemps en 1972, puis Patrick Henry en 1976. Par des conférences, des articles et des ouvrages comme L'Exécution (1973), il transforme ces causes pénales et privées en affaires publiques susceptibles de conduire à des actions politiques. Robert Badinter devient ainsi une figure emblématique du combat contre la peine de mort.

C'est à cette époque que François Mitterrand demande à cette personnalité extérieure au Parti socia [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : maître de conférences en sociologie à l'université de Poitiers, chercheur au C.U.R.A.P.P., C.N.R.S., université d'Amiens

Classification


Autres références

«  BADINTER ROBERT (1928- )  » est également traité dans :

UN ANTISÉMITISME ORDINAIRE. VICHY ET LES AVOCATS JUIFS (R. Badinter)

  • Écrit par 
  • Marc Olivier BARUCH
  •  • 1 194 mots

La photo – tristement célèbre – est reproduite dans deux journaux parisiens : on y voit côte à côte sept des avocats parisiens les plus réputés, l'air grave. Le commentaire, certes étroitement contrôlé par la censure allemande, évoque, à l'exemple de Paris-Soir, « ces Juifs millionnaires, ex-célébrités du barreau parisien, internés dans u […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/un-antisemitisme-ordinaire-vichy-et-les-avocats-juifs/#i_85824

PEINE DE MORT

  • Écrit par 
  • André DUMAS, 
  • Michel TAUBE
  •  • 7 983 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Reformulation du débat »  : […] Depuis le 11 septembre 2001, on assiste à une radicalisation des positions des partisans de la peine de mort : phénomène rarissime, à la Commission des droits de l'homme de l'O.N.U., une soixantaine d'États s'ingénient à adopter un texte pour se désolidariser de la résolution adoptée contre la peine de mort, sur l'initiative de l'Union européenne, et qui recueille chaque année l'appui d'un nombre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peine-de-mort/#i_85824

Voir aussi

Les derniers événements

7-27 février 1997 • FranceMobilisation contre le projet de loi sur l'immigration.

par des associations de défense des droits de l'homme, dont certaines ont lancé des appels à la « désobéissance civile », ainsi que par des élus et des intellectuels. L'ancien garde des Sceaux Robert Badinter (P.S.), accuse le gouvernement d'ouvrir « un boulevard aux succès électoraux du Front national [...] Lire la suite

24 septembre 1995 • FranceRenforcement de la gauche aux élections sénatoriales.

. La gauche reste largement minoritaire au Palais du Luxembourg – 96 sièges sur 321. Parmi les personnalités qui y font leur entrée figurent Michel Rocard (P.S., Yvelines), Robert Badinter (P.S., Hauts-de-Seine) et Charles Pasqua (R.P.R., Hauts-de-Seine).  [...] Lire la suite

22 février 1995 • FranceNomination de Roland Dumas à la présidence du Conseil constitutionnel.

À l'occasion du renouvellement par tiers du Conseil constitutionnel, le président François Mitterrand nomme l'avocat et ancien ministre des Affaires étrangères Roland Dumas, l'un de ses proches, à la présidence de cette institution en remplacement de Robert Badinter dont le mandat de neuf ans [...] Lire la suite

19-24 novembre 1993 • FranceAdoption de la révision constitutionnelle sur le droit d'asile.

» et, dans certains cas, de « créer lui-même » ces principes généraux. Le Premier ministre défend le « large pouvoir d'interprétation de ces principes » par le Parlement. Le 23, dans les colonnes du journal Le Monde, Robert Badinter défend le rôle de « contre-pouvoir » du Conseil [...] Lire la suite

3 février 1993 • FranceLa date anniversaire de la rafle du Vel' d'Hiv' décrétée journée nationale commémorative.

, et qu'on ne pouvait donc pas dénoncer la responsabilité de l'État dans cette tragédie. Le président du Conseil constitutionnel Robert Badinter avait alors déclaré que la République pouvait toutefois « rendre hommage » aux victimes, ce qui est le sens de cette journée commémorative.  [...] Lire la suite

7 juillet 1992 • FranceAdoption du nouveau Code pénal.

Le Sénat adopte définitivement, après l'Assemblée nationale le 2, les quatre premiers livres du nouveau Code pénal. Le texte est le résultat des travaux de la commission de révision mise en place en 1978 et relancée en 1981 par Robert Badinter. Il modernise le précédent Code pénal, issu du code [...] Lire la suite

25 février 1992 • FranceRenouvellement de trois membres du Conseil constitutionnel.

siéger au Conseil constitutionnel. Les trois nouveaux membres rejoignent Robert Badinter, président, Maurice Faure, Jacques Latscha, Jean Cabannes, Robert Fabre et Jacques Robert.  [...] Lire la suite

19 février 1986 • FranceNomination de Robert Badinter à la présidence du Conseil constitutionnel et remaniement ministériel

Les nominations au Conseil constitutionnel sont annoncées. Le mandat de trois des neuf membres vient en effet à expiration le 5 mars. François Mitterrand nomme Robert Badinter à la présidence, pour succéder à Daniel Mayer, qui était président du Conseil constitutionnel depuis 1983 et a démissionné [...] Lire la suite

3-24 janvier 1986 • FranceProcédures judiciaires après la prise de contrôle du « Progrès » de Lyon par Robert Hersant

titres du groupe Progrès, acquiert le monopole de l'information écrite dans la région Rhône-Alpes. Le 5, tandis que cette transaction suscite de très vives réactions au sein de la gauche, le garde des Sceaux, Robert Badinter, déclare vouloir entamer des poursuites judiciaires : il affirme qu'il y a [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Laurent WILLEMEZ, « BADINTER ROBERT (1928- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-badinter/