BARTOLOMEO DELLA PORTA FRA (1475-1517)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Tabernacle de Piero del Pugliese, Fra Bartolomeo della Porta

Tabernacle de Piero del Pugliese, Fra Bartolomeo della Porta
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Vierge à l'Enfant, Fra Bartolomeo della Porta

Vierge à l'Enfant, Fra Bartolomeo della Porta
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Le Mariage mystique de sainte Catherine de Sienne, Fra Bartolomeo della Porta

Le Mariage mystique de sainte Catherine de Sienne, Fra Bartolomeo della Porta
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie


Baccio della Porta, devenu frère Bartolomeo della Porta, doit sa fortune et sa renommée plus à ses contemporains qu'à lui-même. Lié à Savonarole, il nous en a laissé un portrait saisissant (1497, couvent de Saint-Marc, Florence). Contemporain des plus grands peintres, il a su utiliser leurs découvertes. Ici, on reconnaîtra la construction rigoureuse de Piero di Cosimo, là, la ligne de Filippino Lippi, ailleurs, le trait de Vinci. Que reste-t-il de Fra Bartolomeo ? Une rhétorique picturale ?

Un art de dévotion

Selon Vasari, Fra Bartolomeo della Porta vécut de 1475 à 1517 ; sa carrière se divise en trois périodes. Élève du peintre Piero di Cosimo, il travaille au couvent de Saint-Marc à Florence. Là, il se lie à Savonarole, dont il partage les opinions iconoclastiques : peintre d'avenir, il brûle ses propres œuvres sur le bûcher où, en 1497, Savonarole détruit les images impies. Ce dernier est exécuté en 1498 ; Fra Bartolomeo se retire hors de Florence, devient frère dominicain et veut oublier à jamais la peinture. Sollicité par les frères du couvent de Saint-Marc, il accepte de peindre à nouveau et se lie avec Raphäel. Il voyage à Rome et à Venise, et connaît les œuvres de ses glorieux contemporains. De retour à Florence, il se consacre entièrement à sa tâche de peintre de l'ordre dominicain, jusqu'à sa mort en 1517.

Le thème des œuvres de Fra Bartolomeo est constant : la méditation religieuse occupe tous ses tableaux. Ainsi la Vierge, la Nativité et les saints sont les uniques objets de sa peinture (cf. entre autres Madone de la miséricorde, 1516, Pinacothèque de Lucques ; Mariage de sainte Catherine, 1512, palais Pitti, Florence). Fra Bartolomeo est un illustrateur consciencieux et précis, qui se méfie du trop grand pouvoir de l'imagination ; c'est en cela surtout qu'il reste fidèle à Savonarole. Cette réserve apparaît dans les deux manières du peintre : l'une tend à émouvoir par sa simplicité, l' [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : maître de conférences de sociologie à l'université de Paris-VIII

Classification


Autres références

«  BARTOLOMEO DELLA PORTA FRA (1475-1517)  » est également traité dans :

RAPHAËL (1483-1520)

  • Écrit par 
  • Vincenzo GOLZIO
  •  • 3 573 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Raphaël peintre de Madones »  : […] Plus que la décoration des stanze et que ses fresques, ce sont les Vierge qui constituent l'élément le plus vivant de la popularité de Raphaël et la source la plus sûre de l'admiration qu'il suscite. Au cours de sa période florentine, Raphaël assimile dans la peinture de ses Madones tout ce qu'il peut apprendre de Léonard, de Michel-Ange et de Fra Bartolomeo. La première de cette époque est la M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raphael/#i_5033

Voir aussi

FLORENCE    PUTTI

Pour citer l’article

Henri PERETZ, « BARTOLOMEO DELLA PORTA FRA - (1475-1517) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fra-bartolomeo-della-porta/