RANCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans l'Ouest américain, le caractère fortement contraignant du milieu naturel, la topographie coupée, les rigueurs de climats généralement excessifs, la faiblesse traditionnelle des densités d'occupation se sont conjugués pour développer une forme privilégiée d'activité économique : le grand élevage bovin extensif, le ranching.

La tradition de l'élevage bovin en ranching constitue, en effet, l'élément le plus ancien de la mise en valeur de l'Ouest par les Blancs : les premiers ranches s'y sont implantés à la fin du xviie siècle ; les colons d'origine hispanique remontent, non sans difficultés, le rio Grande del Norte jusqu'à Albuquerque et le pueblo de Taos et, par la dépression de San Luis, encastrée entre les monts de San Juan et ceux de Sagache-Alamosa, atteignent les solitudes du Colorado occidental et du Wyoming. Tout au long des xviiie et xixe siècles, en raison des conditions naturelles, coexistèrent deux grandes formes de ranching : quelles que soient la latitude et l'altitude, en effet, la pratique de la transhumance était une condition sine qua non de rentabilité, du fait de la sécheresse estivale au sud ou de l'extrême rigueur des hivers en haute altitude. De sorte que, jusque vers 1900, la situation des petits ranches, ceux des homesteaders (disposant pourtant de lots plus importants que ceux de leurs compatriotes, à l'est du 100e méridien), est restée très précaire. D'innombrables films soulignent leurs difficultés et leur âpre rivalité avec les puissants « barons de la viande » qui contrôlaient des milliers d'hectares en zones de pâturage hivernal (sur les plateaux ou dans les régions les plus méridionales) et en alpage estival, de haute altitude.

L'importance des courants saisonniers de transhumance était donc primordiale, comme l'était celle des cow-boys hauts en couleur, célébrés par le folklore et la littérature populaire. La pratique parfois abusive de tels courants de migration s'est rapidement heurtée aux intérêts des premiers agriculteurs. En témoignent, sur le strict plan juridique, les difficultés du passage de certains territoires de l'Ouest au statut d'État. La transhumance a surtout subi un sévère coup d'arrêt avec la généralisation des clôtures en barbelé (fin du xixe s.) et, depuis la présidence de Theodore Roosevelt, la constitution de vastes domaines fédéraux.

Le ranch conserve une place de choix dans l'imaginaire collectif des États-Unis, où beaucoup de petites exploitations se sont reconverties vers le folklore et le tourisme.

—  Jacques SOPPELSA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  RANCH  » est également traité dans :

FAR WEST

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN
  •  • 2 780 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cow-boy »  : […] Place nette était ainsi faite pour un nouveau type de pionnier, le cow-boy, autre personnage caractéristique du folklore américain. Dès la fin de la guerre de Sécession, des éleveurs du Texas avaient deviné les énormes possibilités des terres de l'Ouest pour nourrir leurs troupeaux ; mais la route était longue jusqu'aux pâturages d'altitude des Grandes Plaines ou des Rocheuses. Ils n'en avaient p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/far-west/#i_25576

Pour citer l’article

Jacques SOPPELSA, « RANCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ranch/