L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE (J. Ford), en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

John Ford (1894-1973) fut l'un des artisans majeurs de la mythologie du Far West, avec des films comme Le Cheval de fer (1924), La Chevauchée fantastique (1939) ou La Poursuite infernale (1946). Dans L'Homme qui tua Liberty Valance (1962), il reprend la thématique qui fonde le western depuis les origines : la lutte entre la liberté individuelle, si chère aux Américains, et la civilisation, entre la force pure et la loi. Le sénateur Stoddard (James Stewart) revient dans la ville de ses débuts pour assister aux obsèques d'un ami anonyme, Tom Doniphon (John Wayne). En une série de retours en arrière, le film va montrer comment le jeune avocat dut sa réputation d'homme de loi et de justice, à la manière d'Abraham Lincoln, au meurtre de Liberty Valance (Lee Marvin), représentant de la vieille loi de l'Ouest, celle qui ne considère que le pouvoir des armes. En réalité, ce meurtre a été accompli par Doniphon, qui transgressait le code de l'honneur du vieil Ouest, en tuant lui-même Valance par surprise. L'instauration de la loi repose sur la violence : message inacceptable vingt ans plus tôt, tout comme Les Cheyennes (1964) tourné deux ans plus tard – hommage en forme de requiem aux Indiens, victimes de la conquête de l'Ouest.

—  Joël MAGNY

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « L'HOMME QUI TUA LIBERTY VALANCE (J. Ford), en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/l-homme-qui-tua-liberty-valance-j-ford-en-bref/