HASSAN Ier (1836-1894), sultan du Maroc (1873-1894)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dernier grand sultan du Maroc pré-colonial, Moulay Hassan (Moūlāy Ḥasan) occupe une place particulière dans la galerie des souverains chérifiens, par sa personnalité, riche et complexe, par son rôle dans l'ultime sauvegarde du pays face à l'impérialisme européen, par l'image populaire, enfin, qu'en a conservée le folklore national.

Il avait, à son avènement, trente-sept ans. Le sultan Sidi Mohammed l'avait désigné, dès sa majorité, comme successeur et l'avait, de longue main, initié aux affaires. Il n'eut que peu de difficultés à se faire reconnaître, sauf à Fès qu'il dut assiéger. L'épisode souligne la réserve frondeuse que longtemps les notables de la capitale opposeront au souverain. À l'automne de 1874, son autorité était assez affirmée pour n'être désormais plus remise en question.

De forte culture arabe, il corrigeait fréquemment les minutes des lettres importantes. En revanche, il ignorait toute langue étrangère. Sa volonté, certaine au début du règne, semble s'être émoussée au long des années, du fait de la maladie et devant les difficultés renouvelées de sa tâche.

L'action intérieure du sultan est double. D'une part, il entend maintenir la cohésion de l'empire et affirmer, face aux menaces européennes sur sa périphérie, l'intégrité et l'unité des possessions chérifiennes ; d'autre part, il veut amorcer une série de réformes profondes qui, à terme, devront modifier les conditions mêmes de la vie économique et administrative du pays. Il utilise les recettes les plus éprouvées de la politique makhzen (du gouvernement central marocain) comme il tente le recours à des forces nouvelles. Moulay Hassan s'efforce de contenir, d'investir et de pénétrer les grandes tribus berbères. Il peut s'assurer la fidélité des grands chefs du Sud. Il arrive à maintenir, partout, un prestige tel qu'aucune grande révolte ne marque le règne. Dans les plaines, il tend à fractionner les pouvoirs et substitue aux dix-huit grands commandements un nombre considérable de petits groupes. Vis-à-vis des forces religieuses, Moulay Hassan agit avec le même mélange de ménagements et de rigueur. Il se concilie les confréries du pays makhzen (dépendant de l'administration centrale) et utilise leur influence dans les zones insoumises. Lors de ses déplacements il rend hommage aux sanctuaires. Sa piété, son prestige chérifien lui permettent fréquemment d'arbitrer les querelles entre zaouias. Il sait à la fois flatter les forces montantes, comme celle du cheikh Ma el-Aïnin du Sahara occidental et lutter contre les influences qu'il juge dangereuses, notamment celle des Derkaoua ou des Taïbia.

Cette action combinée (politique, militaire et religieuse) marque les grandes expéditions faites aux marges du pays afin d'y affirmer la suzeraineté marocaine : dans le Sous en 1882 et en 1886, dans le Rif en 1887, au Tafilalt en 1893.

Parallèlement à cette politique traditionnelle, en partie pour s'en donner les moyens mais aussi pour répondre au « défi européen », Moulay Hassan s'efforce de créer les instruments financiers, militaires, administratifs qui doivent permettre d'amorcer des réformes de structure. Le résultat demeure assez mince. Les essais d'amélioration du fonctionnement du gouvernement central furent peu efficaces. Le système demeure fondamentalement le même avec l'absence de services importants, l'insuffisante rémunération des fonctionnaires, les chevauchements de compétence, le poids du protocole administratif. Une des causes essentielles du semi-échec de cette politique réformatrice tient à l'ingérence croissante des Européens dans les affaires marocaines.

Le souci permanent de Moulay Hassan de sauvegarder l'indépendance de l'empire l'incita à utiliser constamment les mêmes procédés : paiement de toutes les indemnités réclamées par les Européens ; neutralisation des ambitions des différentes puissances en les opposant les unes aux autres ; recherche d'un appui auprès des gouvernements européens paraissant les moins dangereux ; affirmation constante des droits chérifiens sur « le plus grand Maroc ».

La défense systématique de ses droits sur les marges du pays ne garantissait que de façon précaire l'avenir tout en étant, dans l'immédiat, une source de dépenses compromettant l'œuvre essentielle de réformes. Elle ne permit à Moulay Hassan ni de resserrer les liens avec le Touat (oasis des confins algéro-marocains) ni de créer dans le Sahara oc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HASSAN I er (1836-1894), sultan du Maroc (1873-1894)  » est également traité dans :

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 335 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Le royaume en difficulté (1822-1912) »  : […] Le Maroc ne peut en effet rester longtemps à l'écart au moment où les routes méditerranéennes prennent, au milieu du xix e  siècle, une importance nouvelle. Les efforts de pénétration des commerçants britanniques de Manchester et de Gibraltar débouchent, en 1856, sur un traité de commerce, qui ouvre le pays aux produits européens. En 1863, une convention franco-marocaine aggrave encore la situatio […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Louis MIÈGE, « HASSAN Ier (1836-1894) - , sultan du Maroc (1873-1894) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/hassan-ier/