RIF

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias

La défense de Tétouan

La défense de Tétouan
Crédits : Topical Press Agency/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Guerre du Rif

Guerre du Rif
Crédits : Topical Press Agency/ Getty Images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article

Terme désignant, à l'origine, une partie de la côte méditerranéenne du Maroc autour d'Al-Hoceima ainsi que l'arrière-pays montagneux et, aujourd'hui, le massif s'étendant en arc de cercle de Tanger, à l'ouest, à Melilla, à l'est : le Rif couvre environ 30 000 kilomètres carrés.

La montagne, peu élevée, dépasse rarement 1 500 mètres (sauf dans la dorsale centrale : djebel Tidirhine, 2 452 m), mais elle est très accidentée, coupée de vallées profondes ; elle est relativement humide et, en partie, couverte de forêts (chênes verts, chênes-lièges, cèdres) ou de maquis. Il en résulte de grandes difficultés de communication, aggravées par l'existence pendant la période coloniale d'une zone française et d'une zone espagnole.

La montagne rifaine, quoique difficile à mettre en valeur, est densément occupée par des populations sédentaires, d'origine berbère pour la plupart, installées depuis très longtemps. Polyculteurs et arboriculteurs travaillent avec soin des champs exigus, utilisant l'eau des sources ou des torrents pour l'irrigation. Les cultures sont très variées. Dans le haut Rif central, plusieurs tribus continuent de cultiver le chanvre indien (kif). L'élevage n'est qu'une ressource d'appoint. La population, très dense, habite des villages de chaumières entourées de minuscules jardins. La montagne est surpeuplée en beaucoup d'endroits : ses ressources ne suffisent pas à nourrir les habitants qui cherchent dans l'artisanat des revenus d'appoint ou émigrent vers les villes ou encore vers l'Europe industrielle. Le tourisme se développe, spécialement près des stations méditerranéennes les plus importantes (Saïdia, Tétouan, Al-Hoceima, Nador). À l'est, plusieurs gisements de fer sont exploités ; le minerai extrait est exporté par l'enclave espagnole de Melilla.

Le Rif a connu une histoire particulièrement agitée : indépendant dans l'ancien Maroc, il fut traversé par des conflits entre tribus ; puis, confronté à la colonisation, il opposa une sérieuse résistance aux troupes françaises et espagnoles (guerre du Rif menée par Abd el-Krim, 1921-1924) et se souleva à nouveau, au début de l'indépendance marocaine, en 1956.

—  Daniel NOIN

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  RIF  » est également traité dans :

MAGHREB - Géologie

  • Écrit par 
  • Michel DURAND-DELGA
  •  • 4 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les zones externes »  : […] Dans le Rif , on distingue, du nord au sud, des unités intrarifaines et mésorifaines (récemment regroupées sous le nom de « Subrifaines » par certains auteurs) et des unités prérifaines. Les unités intrarifaines comportent des flyschs du Crétacé inférieur (unité de Ketama), des marnes du Crétacé supérieur (unités de Tanger-Aknoul), et une couverture tertiaire décollée et partie vers le sud (nappe […] Lire la suite

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 335 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Population et organisation du territoire »  : […] À la fin des années 2000, le Maroc compte plus de 30 millions d'habitants (33,7 millions d'hab. d'après les estimations de 2007, y compris les populations résidant au Sahara occidental), et se place au deuxième rang des pays du Maghreb, juste derrière l'Algérie. Les effectifs de la population ont été multipliés par six au cours du xx e  siècle, passant de moins de 5 millions en 1900 à 10 millions […] Lire la suite

Les derniers événements

25-29 avril 2022 Maroc. Condamnations d'activistes pour offense au roi et outrage envers les corps constitués.

En juin 2018, Rabie al-Ablaq faisait partie des cinquante-trois militants du Hirak condamnés à des peines de prison pour leur participation au mouvement de contestation né en octobre 2016 dans la région du Rif. Il avait été gracié par le roi en juillet 2020. Le 29, le tribunal de Casablanca condamne la militante des droits humains Saïda el-Alami à deux ans de prison pour « outrage envers un corps constitué » en raison de ses publications critiques à l’encontre des autorités sur les réseaux sociaux. […] Lire la suite

12 mai 2021 Maroc. Grâce accordée à l'occasion de l'Aïd el-Fitr.

Le roi Mohammed VI gracie huit cent dix prisonniers à l’occasion de la fête de l’Aïd el-Fitr, dont dix-sept militants du mouvement de protestation déclenché dans le Rif en octobre 2016. Des leaders du mouvement comme Nasser Zefzafi et Nabil Ahamjik, condamnés à vingt ans de prison, ne sont pas concernés par cette grâce.  […] Lire la suite

20 août 2018 Maroc. Grâce massive en faveur de participants à la révolte du Rif.

À l’occasion de la fête religieuse de l’Aïd al-Adha, le roi Mohammed VI gracie cent quatre-vingt-huit personnes liées au mouvement de contestation sociale du Hirak qui a agité le Rif à partir d’octobre 2016. Les leaders du mouvement, dont Nasser Zefzafi, condamné en juin à vingt ans de prison, ne sont pas concernés. Le Conseil national des droits de l’homme estime à plus de quatre cents le nombre des personnes arrêtées à la suite de cette révolte. […] Lire la suite

26-28 juin 2018 Maroc. Condamnation des protestataires du « Hirak ».

Le 26, au terme de neuf mois de procès, la chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca rend un jugement sévère pour les cinquante-trois accusés du procès du « Hirak », le mouvement de contestation né en octobre 2016 à Al-Hoceima, dans le Rif. Les quatre meneurs du mouvement, dont son chef de file Nasser Zefzafi, sont condamnés à vingt ans de prison pour « complot visant à porter atteinte à la sécurité de l’État », trois autres accusés à quinze ans, sept à dix ans, les autres entre deux et cinq ans. […] Lire la suite

10-14 mars 2018 Maroc. Premières arrestations à Jerada.

Elles répriment déjà la contestation qui agite la région du Rif depuis octobre 2016. Le 14, neuf autres militants sont arrêtés à Jerada à la suite d’affrontements entre les manifestants et la police. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel NOIN, « RIF », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rif/