RABAT

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Déjà « ville impériale », Rabat est choisie en 1912 (début du protectorat français), au détriment de Fès, pour être la capitale du Royaume du Maroc, fonction qu'elle conserva après l'indépendance. Située sur la côte atlantique à l'embouchure de l'oued Bou Regreg, sur la rive gauche, elle forme avec sa jumelle Salé, placée en face et reliée par un pont, une conurbation de 1,7 million d'habitants (2008).

Maroc : carte administrative

Carte : Maroc : carte administrative

Carte administrative du Maroc. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La présence humaine est attestée dès la préhistoire. Rabat fut aussi un comptoir fréquenté par des navigateurs phéniciens et carthaginois, avant de devenir une importante colonie romaine sous le nom de Sala Colonia (nom qui sera repris par la ville de Salé). Des traces subsistent de cette époque dans le site de Chellah, aménagé en nécropole sous les Mérinides, au xive siècle.

Sa fondation, au milieu du xiie siècle, est due au premier sultan almohade, 'Abd al-Mu'min, qui transforma un ribāt (monastère fortifié) en citadelle militaire (l'actuelle Kasbah des Oudaïas). Ensuite, Yaqūb al-Mansūr lui attribua le nom de Ribāt al-Fath (la victorieuse) ; il y fit édifier de longs remparts et entreprit la construction d'une immense mosquée dotée d'un grand minaret resté inachevé (la Tour Hassan). Après avoir été lieu de départ pour les expéditions musulmanes vers l'Andalousie, Rabat fut, au xviie siècle, une cité corsaire très active, grâce à l'apport d'un groupe de musulmans réfugiés de l'Estrémadure (les Hornacheros), avant de connaître un déclin économique et social.

Au début du protectorat, conservant face à la mer la structure compacte de la médina entourée de remparts, l'urbaniste Henri Prost, sous les directives de Lyautey, aménagea Rabat, siège de la Résidence Générale, en ville aérée pourvue de maisons basses, de nombreux jardins et d'avenues encadrées de beaux bâtiments en style néo-mauresque. Tout en abritant le siège du Palais royal et du gouvernement, les ministères, le Parlement, les ambassades, des musées, un pôle universitaire et un modeste aéroport, elle demeure au long du xxe siècle une « ville provinciale », administrative et artisanale, perdant sa fonction portuaire à l'avantage de Casablanca.

Passant de 156 000 en 1952 à 518 000 habitants en 1982, Rabat est marquée, dès les années 1990, par des transformations profondes et commence à changer d'échelle. L'immigration engendre une modification de la structure sociale et du paysage urbain ainsi qu'un fort étalement du bâti vers l'ouest et le sud. Si Salé, agglomération refuge et « ville dortoir », connaît un désordre urbanistique caractérisé par la diffusion de bidonvilles et l'habitat clandestin, le tissu de Rabat se diversifie et acquiert un aspect contrasté : aux riches quartiers de villas (Souissi), s'ajoutent des zones populaires (Yacoub el-Mansour, Akkari, Douar Doum) et de classes moyennes, comme l'Agdal, moderne centre commercial et tertiaire.

Le quartier de Hay Riyad, lancé à la fin des années 1970 à l'ouest de la ville, s'apprête à devenir une importante zone d'attraction résidentielle et tertiaire, en raison de son développement et du déplacement des sièges de ministères. Plusieurs projets de grande envergure ont été lancés dans les années 2000 sur initiative royale avec l'appui d'investisseurs étrangers : l'aménagement de la Corniche sur 13 kilomètres en direction de Témara, la réalisation d'un tunnel sous la Kasbah permettant une liaison directe avec la voie côtière, un immense projet résidentiel, touristique et de loisirs sur les berges du Bou Regreg comprenant une marina à l'embouchure du fleuve, l'édification de la ville nouvelle de Tamesna. Avec la modernisation des gares ferroviaires, la réalisation de lignes de tramway à la fin des années 2000 facilitera les liaisons avec Salé et les problèmes de circulation. Encadrée dans l'axe urbain littoral qui s'étire de Kenitra à El-Jadida, Rabat commence ainsi à assumer son rôle de métropole.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification

Autres références

«  RABAT  » est également traité dans :

MAROC

  • Écrit par 
  • Raffaele CATTEDRA, 
  • Myriam CATUSSE, 
  • Fernand JOLY, 
  • Luis MARTINEZ, 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 20 335 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Mobilités et urbanisation »  : […] Plus du tiers de la population marocaine vit au-dessous du seuil de pauvreté. L'exode rural a drainé vers les villes de nouvelles inégalités sociales, et le chômage y est plus élevé. Les bidonvilles, l'« habitat sous-intégré » et, plus généralement, l'habitat non réglementaire continuent de marquer les paysages urbains. Les héritages de la colonisation, avec notamment un balancement spectaculaire, […] Lire la suite

Les derniers événements

24 août 2021 Algérie – Maroc. Rupture des relations diplomatiques entre Alger et Rabat.

Rabat du logiciel espion israélien Pegasus pour cibler des personnalités algériennes. En visite à Rabat le 13, le ministre des Affaires étrangères israélien Yaïr Lapid a quant à lui critiqué le rapprochement de l’Algérie avec l’Iran. C’est la première fois qu’Alger rompt ses relations avec Rabat.  […] Lire la suite

9-19 juillet 2021 Maroc. Condamnation des journalistes Soulaimane Raissouni et Omar Radi.

Rabat. Omar Radi comme Soulaimane Raissouni nient les accusations portées contre eux. Les associations de défense des droits humains accusent la justice marocaine d’instrumentaliser des affaires de mœurs aux dépens de militants en faveur de la liberté d’expression. […] Lire la suite

18 juillet 2021 Algérie – Maroc. Rappel de l'ambassadeur algérien à Rabat.

Rabat « pour consultation », quelques jours après que l’ambassadeur du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, a publié une note défendant le « droit à l’autodétermination » du « vaillant peuple kabyle », lors d’une réunion du Mouvement des non-alignés à New York. En mai, le Mouvement pour l’autodétermination de la Kabylie a été classé par les autorités algériennes […] Lire la suite

17 mai - 2 juin 2021 Maroc – Espagne. Afflux de migrants à Ceuta.

Rabat au « respect des frontières mutuelles » qui sont aussi celles de l’Union européenne. De nombreux observateurs estiment que le Maroc a facilité l’afflux de migrants dans l’enclave, en représailles à l’autorisation donnée par l’Espagne, en avril, à l’hospitalisation sur son sol, pour des raisons « humanitaires », de Brahim Ghali, secrétaire général […] Lire la suite

6 mai 2021 Maroc – Allemagne. Rappel de l'ambassadeur du royaume à Berlin.

Rabat dénonce l’« acharnement continu [de Berlin] à combattre le rôle régional du Maroc, notamment sur le dossier libyen, en tentant d’écarter, indûment, le royaume de certaines réunions régionales consacrées à ce dossier comme celle tenue à Berlin » en janvier 2020. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Raffaele CATTEDRA, « RABAT », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rabat/