EXPÉRIENCE (notions de base)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une dualité de sens rend complexe l’approche philosophique de la notion d’expérience, puisque ce terme renvoie aussi bien à l’expérience existentielle qu’à l’expérimentation scientifique. L’expérience existentielle se dédouble elle-même dans l’expérience sensible, dans le sens où cette dernière peut en constituer le point de départ comme elle peut marquer le commencement de nos constructions théoriques. Quant à l’expérimentation scientifique, qui ne verra le jour qu’avec la science moderne, elle noue avec la théorie des relations complexes et parfois conflictuelles qu’il s’agira de mettre à jour. Mais expérience existentielle et expérimentation scientifique sont-elles totalement distinctes, ou y a-t-il entre l’une et l’autre des analogies, voire des proximités, que seule une analyse approfondie permettrait de repérer ?

Les empreintes d’Aristote

La comparaison entre les doctrines de Platon (env. 428-env. 347 av. J.-C.) et d’Aristote (env. 385-322 av. J.C.), son disciple, avait trouvé l’illustration suivante dans les universités médiévales. On y affirmait que, lorsqu’un platonicien voit un cheval au coin d’une rue, l’image perçue provoque en lui une « réminiscence » : ressurgit dans sa mémoire l’Idée du cheval que son âme a contemplée dans le monde supérieur. Pour identifier un cheval, il lui faut donc quitter le monde sensible et s’élever jusqu’au ciel intelligible, avant de redescendre au sein du sensible pour comparer le modèle éternel à la figure particulière et imparfaite que lui dévoilent ses yeux. Le philosophe aristotélicien n’a nul besoin d’effectuer un « voyage » aussi extraordinaire. Il lui suffit de repérer dans le cheval sensible la « forme » de l’espèce que contient l’animal singulier qu’il a sous les yeux. Cette forme, son âme l’a construite en observant des chevaux particuliers dont il a dégagé peu à peu les caractères constants. Tout commence donc avec l’expérience sensible.

Aristote écrit dans sa Métaphysique : « Tous les hommes désirent naturellement savoir ; le signe en est le plaisir des sens : en effet, en dehors même de leur utilité, nous les aimons pour eux-mêmes. » Alors que la sensibilité était pour Platon comme un poids qui entraînait l’âme vers le bas, ainsi que l’illustre la fable du dialogue Phèdre, qui nous présente l’âme comme un attelage tiré par deux chevaux, l’un cherchant à atteindre le Ciel des idées, l’autre faisant tout pour descendre vers la Terre, l’expérience sensible est pour Aristote l’unique point de départ de la connaissance. Que cette expérience, en dehors de toute dimension utilitariste, nous apporte du plaisir constitue pour lui un argument essentiel. Aristote ne veut pas seulement opposer les deux réalités du corps et de l’âme, il entend donner à l’expérience sensible une partie de la « magie » que Platon réservait aux seules expériences spirituelles. On peut trouver un prolongement de l’argumentation d’Aristote dans l’évolution de sens du mot « esthétique ». Alors que ce mot se rapportait initialement à la seule sensibilité – signification qu’il conserve encore au xviiie siècle, comme le montre par exemple le nom de la partie de la Critique de la raison pure d’Emmanuel Kant (1724-1804) consacrée à nos sens et dénommée « esthétique transcendantale » –, il a fini par désigner tout ce qui relève des beaux-arts et de l’expérience particulière que nous vivons au contact de l’œuvre d’art.

Le mot grec correspondant à notre mot « expérience » est empeiria, qui signifie au sens propre « l’empreinte ». Ainsi, pour Aristote, les images perçues se gravent-elles dans notre esprit, qui forme à partir d’elles un schéma général nous permettant d’identifier ultérieurement les réalités particulières qui font partie de la même famille. On peut lire dans la Métaphysique qu’« une multiplicité de souvenirs de la même chose en arrive à constituer finalement une seule expérience ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université, docteur d'État ès lettres, professeur de khâgne

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 août 2010 Afghanistan. Remise en cause de la stratégie de la force internationale

l'expérience des huit dernières années montre que combattre dans les villages a été inefficace et ne conduit à rien si ce n'est à tuer des civils ». Le 31, lors de son allocution marquant la fin de la mission de combat des États-Unis en Irak, le président américain Barack Obama confirme que son pays entamera en août 2011 « une période de transition […] Lire la suite

13-29 juin 1983 États-Unis – Europe – U.R.S.S. Succès américains, européen et soviétique dans l'espace

l'expérience la plus spectaculaire est le lancement puis la récupération, grâce à un bras articulé, d'une plate-forme porte-instruments allemande S.P.A.S.-01. Le 27, l'U.R.S.S. envoie dans l'espace Soyouz-T-9 avec deux cosmonautes à bord. Le vaisseau s'arrime, le 28, à la station orbitale Saliout-7 où les deux cosmonautes vont séjourner un certain  […] Lire la suite

24 juin - 2 juillet 1982 U.R.S.S. – France. Participation d'un Français à une mission spatiale soviétique

d'expérience scientifiques, avec, en particulier, à l'initiative de la France, l'étude des conséquences médicales d'un séjour prolongé en état d'apesanteur. Le 2 juillet, Soyouz, après s'être détaché de Saliout-7, se pose en douceur dans les steppes du Kazakhstan. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe GRANAROLO, « EXPÉRIENCE (notions de base) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/experience-notions-de-base/