ÉVÉNEMENT, philosophie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'événement contre la métaphysique

Dans cette redécouverte de la notion d'événement, la phénoménologie contemporaine n'est pas en reste. Ce qui retient l'attention des phénoménologues, ce ne sont pas les événements anonymes de la nature ou de l'histoire, attestant que quelque chose s'est passé. Certains événements rendent possible une scansion du temps chronologique. Tout n'est pas également mémorable. C'est en référence à des événements fondateurs que nous nous orientons dans le temps.

Enfin, la notion d'événement ne saurait être confinée dans la sphère de la philosophie pratique et de la philosophie de l'histoire ; tôt ou tard, elle implique également une révision de l'idée de l'être. À cet égard, Martin Heidegger a accompli une percée décisive, d'abord en montrant comment l'historicité est constitutive de l'être-au-monde humain. S'étirant entre deux événements également insaisissables, la naissance et la mort, l'existence finie se comprend comme advenant à elle-même. La même thèse se radicalise encore à partir du milieu des années 1930, avec la tentative de penser l'être directement à partir de lui-même, en sa vérité propre. La notion d'Ereignis (« avènement » ou « appropriement ») se transforme dans les Beiträge zur Philosophie de Heidegger en singulare tantum, signifiant central d'une pensée qui tourne le dos à la métaphysique, assimilée à « l'onto-théo-logie », pour laquelle la signification fondamentale de l'être était la « présence constante ».

Malgré les réactions négatives que la sortie heideggérienne de la métaphysique a pu susciter, un certain nombre de ces critiques cherchent, chacune à sa manière, à dépasser, à leur tour, l'horizon d'une « métaphysique de la présence », ce qui les oblige à thématiser à neuf la question de l'événement. C'est ainsi qu'Alain Badiou (L'Être et l'événement, 1988) explore la possibilité d'une pensée de l'événement sur la base des mathématiques [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

  • : docteur en philosophie, professeur émérite de la faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, titulaire de la chaire "Romano Guardini" à l'université Humboldt de Berlin (2009-2012)

Classification


Autres références

«  ÉVÉNEMENT, philosophie  » est également traité dans :

BADIOU ALAIN (1937- )

  • Écrit par 
  • Elie DURING
  •  • 2 610 mots

Dans le chapitre « Des vérités éternelles »  : […] Comment refuser la pensée du consensus (ce qu'Alain Badiou appelle le « matérialisme démocratique ») qui conduit à renoncer à la catégorie de vérité au nom de la finitude du sujet et de la relativité des schèmes conceptuels ou culturels ? Sur le terrain philosophique, il s'agit de contrer le thème de la fin de la métaphysique en montrant qu'on n'est pas condamné à choisir entre la sophistique des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alain-badiou/#i_42579

DELEUZE GILLES (1925-1995)

  • Écrit par 
  • Bruno PARADIS
  •  • 2 094 mots

Dans le chapitre « Le futur »  : […] Le futur constitue la dimension insigne du temps. L'originalité de Deleuze est d'en saisir l'essence à partir de l'acte de création, et d'en faire le temps par excellence de la pensée. À ce titre, les développements de Différence et répétition (1968) sont fondamentaux, et ne cesseront d'animer le reste de l'œuvre. Le futur est l'inconditionné. Cela ne signifie pas qu'il surg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-deleuze/#i_42579

Pour citer l’article

Jean GREISCH, « ÉVÉNEMENT, philosophie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-philosophie/