DELEUZE GILLES (1925-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le philosophe français Gilles Deleuze est né à Paris le 18 janvier 1925 ; souffrant d'une insuffisance respiratoire chronique, il se donnera la mort le 4 novembre 1995 par défenestration. Il commence à publier à partir du début des années 1950. Son œuvre est faite d'essais portant sur des figures éminentes de la philosophie (Hume, Bergson, Nietzsche, Spinoza, Leibniz), ou de la littérature (Proust, Kafka, Melville, Beckett), mais aussi sur des concepts originaux développés à partir de la formulation rigoureuse de problèmes (la différence et la répétition, le sens et l'événement, le désir et le pouvoir, le pli et le baroque...). Elle comporte aussi de nombreux articles, où on voit le philosophe revenir sur son propre travail, intervenir sur des enjeux engageant l'exercice de la pensée, soutenir des films ou marquer l'importance d'un écrivain. Grand professeur, doué d'un sens hors pair de la pédagogie (il enseignera à Paris-VIII de 1969 à 1987), il laisse également des cours où sa parole ouvre les chemins qui donneront jour à ses livres. Face à ses étudiants, on l'entend construire ses principaux concepts (déterritorialisation et reterritorialisation, agencement, pli, événement, immanence...) ; on le suit, aussi, dans sa façon de traverser les deux autres domaines de la pensée que sont la science et l'art (Francis Bacon et le diagramme, le cinéma et une taxinomie des images). Marqué par la rencontre de figures intellectuelles telles que Jean Hyppolite, François Châtelet, Michel Foucault ou Pierre Klossowski, ce parcours intellectuel, qui fait de Deleuze un des philosophes majeurs du xxe siècle, se distingue aussi par le fait qu'il fut, à plusieurs reprises, tracé en compagnie de Félix Guattari.

Le désir

La publication de L'Anti-Œdipe (1972) marque une étape importante dans l'œuvre du philosophe. Dans cet ouvrage, co-écrit avec Félix Guattari, Gilles Deleuze propose une nouvelle conception du désir. Reprenant l'idée freudienne de libido, il pose que le désir est production. Cela a une double conséquence : on ne saurait le concevoir comme manque ; il est investissement i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DELEUZE GILLES (1925-1995)  » est également traité dans :

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 374 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Autonomie de la théorie »  : […] Le reflux des années quatre-vingt a mis fin à une époque riche en films et en théories. Chez Gilles Deleuze (1925-1995) c'est, avec l'Image-mouvement et l'Image-temps, la chouette de Minerve qui prend son vol au crépuscule. Ces livres marquent un point d'aboutissement, une synthèse qui ne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-les-theories-du-cinema/#i_80203

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 075 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme totalité interne »  : […] Chronos, le temps de la mesure, renvoie, selon la Logique du sens de Gilles Deleuze, à la succession incessante des instants. Une œuvre musicale peut être jouée ou écoutée comme un pur défilé de sonorités : quand le montage ne parvient pas à « prendre », ce qui advient demeure […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-l-experience-esthetique/#i_80203

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Situations du locuteur »  : […] : « la langue parle ». On trouvera une conception non négative du délire dans Logique du sens de G. Deleuze et dans l'Anti-Œdipe de G. Deleuze et F. Guattari. Le premier texte oppose le schizophrène à la petite fille, le langage maîtrisé et pervers des surfaces qui caractérise le nonsense littéraire de Lewis Carroll […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fous-litteraires/#i_80203

GLUCKSMANN ANDRÉ (1937-2015)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 834 mots
  •  • 1 média

Avec d’autres ex-gauchistes en rupture de Marx est né le courant des « nouveaux philosophes » pour lesquels les « anciens », comme Gilles Deleuze, n’ont que mépris, ne voyant là que « marketing philosophique ». De son côté, Glucksmann s’en prend à la tradition émancipatrice des Lumières, à laquelle il reproche d’avoir par idéalisme alimenté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-glucksmann/#i_80203

GUATTARI FÉLIX (1930-1992)

  • Écrit par 
  • Yannick OURY-PULLIERO
  •  • 1 225 mots
  •  • 1 média

quelques distances vis-à-vis de l'élaboration théorique de celui-ci. Il fut l'un des acteurs des événements de mai 1968, à partir du Mouvement du 22 mars. Engagé existentiellement et éthiquement dans cette remise en question des valeurs fondamentales, c'est alors qu'il rencontra Gilles Deleuze à l'université de Vincennes — deuxième grande rencontre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-guattari/#i_80203

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les ivresses de Mai »  : […] de l'antipsychiatrie). Par son syncrétisme et son inventivité, l'Anti-Œdipe de Gilles Deleuze et Félix Guattari (1972) est le livre symbole de ce courant. On retrouva une hyperactivité. Les discours se radicalisèrent tout comme les pratiques. Sartre participe à la fondation du Secours rouge ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_80203

LINGUISTIQUE ET PSYCHANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 7 201 mots

Dans le chapitre « Le rôle théorique décisif de la linguistique structurale »  : […] La seconde position est constamment récurrente et a été reprise notamment par Gilles Deleuze et Félix Guattari sous le nom de théorie des flux. À l'inverse, la nouveauté de la doctrine freudienne, constamment maintenue et accentuée par Jacques Lacan, promeut une conception corpusculaire de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistique-et-psychanalyse/#i_80203

MARXISME - La réification

  • Écrit par 
  • Jacques LEENHARDT
  •  • 3 898 mots

Dans le chapitre « Réification et pathologie mentale »  : […] Plus récemment, et sur des bases toutes différentes, Gilles Deleuze et Felix Guattari ont repris la question dans Capitalisme et Schizophrénie. L'Anti-Œdipe. Leur entreprise se révèle d'abord antipsychanalytique en ce qu'elle accuse la théorie freudienne d'avoir pensé le désir dans le droit fil de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marxisme-la-reification/#i_80203

NONSENSE

  • Écrit par 
  • Barbara CASSIN
  •  • 289 mots
  •  • 1 média

«  A piece of nonsense », c'est en anglais courant une bêtise, une absurdité : un « non-sens » bien sûr ; et pourtant, le terme anglais a une richesse spécifique. Anglais d'abord parce que la langue anglaise en est le lieu sonore d'élection ; ainsi les « nursery rhymes  », telles « Humpty Dumpty... », chères […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nonsense/#i_80203

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 040 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Différence et sens »  : […] Gilles Deleuze, après s'être illustré comme interprète original de philosophes classiques (Hume, Kant, Nietzsche, Bergson, entre autres), s'engage aussi dans une philosophie de la différence, en reprenant le procès nietzschéen contre le dualisme du sensible et de l'intelligible, qui est au fondement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_80203

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno PARADIS, « DELEUZE GILLES - (1925-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilles-deleuze/