EUCLIDE (IVe-IIIe s. av. J.-C.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'œuvre euclidienne

Il reste de l'œuvre euclidienne les treize livres des Éléments, les Données, les Phénomènes, la Division du canon, et l'Optique. Sont encore accessibles une Catoptrique, une Introduction harmonique et un fragment Du léger et du lourd, mais ces trois derniers ouvrages sont considérés comme apocryphes.

On connaît une version arabe de la Division des figures et Pappus signale trois livres sur les Porismes, deux livres sur les Lieux à la surface et quatre livres sur les Coniques. C'est à propos de ce dernier travail qu'Euclide est cité par Appollonios.

Euclide traite de la géométrie plane dans les quatre premiers livres des Éléments ainsi qu'au livre VI et dans les Données. Appartient au même domaine la Division des figures, traité élémentaire dont le thème est la division d'une aire polygonale ou circulaire, dans un rapport donné, par une droite de direction donnée ou passant par un point donné. Le traité des Porismes, consacré aussi à la géométrie plane, se situe à un niveau très supérieur. Il se rattache à la géométrie projective et, en particulier, à la division harmonique.

Le livre Ier des Éléments est précédé de définitions, de « notions communes » ou axiomes, et de cinq demandes ou postulats, dont le plus célèbre est le dernier : « Si une droite, tombant sur deux droites, fait les angles intérieurs du même côté plus petits que deux droits, ces droites, prolongées à l'infini, se rencontreront du côté où les angles sont plus petits que deux droits. » C'est le célèbre « postulat d'Euclide ». Il était nécessaire pour appliquer le raisonnement mathématique à la géométrie. On sait aujourd'hui que plusieurs géométries élémentaires sont possibles ; mais, pour que les géométries non euclidiennes soient utilisables, il faut pouvoir employer les fonctions circulaires et hyperboliques. Les Grecs, qui ne disposaient que de l'algèbre babylonienne adaptée à leur géométrie, devaient ou admettre le postulat, ou abandonner toute recherche scientifique dans ce domaine. Ne pas tenter [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages






Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, membre correspondant de l'Académie internationale d'histoire des sciences

Classification


Autres références

«  EUCLIDE ( IV e -III e s. av. J.-C.)  » est également traité dans :

LES ÉLÉMENTS (Euclide)

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 190 mots
  •  • 1 média

Euclide d'Alexandrie (vers — 325-vers — 265) est peut-être le mathématicien le plus renommé de l'Antiquité ; pourtant, on ne sait presque rien de lui, sinon qu'il enseigna à Alexandrie et écrivit un traité, Les Éléments, qui rassemble en treize volumes tout le savoir mathématique de l'époque. L'ouvrage commence avec des définitions e […] Lire la suite

ALEXANDRIE ÉCOLE MATHÉMATIQUE D'

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 764 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les générations »  : […] Il est de tradition de rattacher aux débuts de l'École le géomètre Euclide . Mais nous ne savons rien de positif sur ce savant qui est cité pour la première fois par Apollonios, vers la fin du iii e  siècle avant J.-C. Il se pourrait aussi, sans certitude, que l'astronome Aristarque ait appartenu au milieu alexandrin. En tout cas son compatriote et contemporain Conon de Samos en fut un des ornemen […] Lire la suite

AXIOMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges GLAESER
  •  • 2 042 mots

Dans le chapitre « Origines de l'axiomatique mathématique »  : […] L'axiomatique considérée comme mode idéal de rédaction d'un traité scientifique est une conception de la mathématique grecque : les Éléments d' Euclide constituent, à cette époque ( iii e  s. av. J.-C.), la tentative la plus audacieuse de réaliser cet idéal. L'exécution de ce vaste programme laisse cependant bien à désirer. Ainsi, dès la première démonstration des Éléments , Euclide, traçant deux […] Lire la suite

CALCUL INFINITÉSIMAL - Histoire

  • Écrit par 
  • René TATON
  •  • 11 508 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Eudoxe et la méthode d'exhaustion »  : […] Mais le principal obstacle épistémologique rencontré par les mathématiciens grecs du v e  siècle venait, pour l'essentiel, de l'impossibilité de concevoir alors sous forme abstraite la notion générale de nombre réel. Au iv e  siècle, Eudoxe surmonta cet obstacle en élaborant une figuration concrète de cette notion, la théorie générale des rapports, dont Euclide donne un excellent exposé au livre  […] Lire la suite

ESPACE, mathématique

  • Écrit par 
  • Jean-Marc SCHLENKER
  •  • 1 669 mots

La géométrie antique, telle qu'elle apparaît dans les Éléments d'Euclide, propose une vision formalisée de l'espace. Elle traite d'objets géométriques idéalisés – points, droites, polyèdres, sections coniques, etc. – selon leurs propriétés d'incidence et leurs mesures (longueurs, aires, volumes). La description repose sur un petit nombre de propositions admises sans discussion, les axiomes, dont […] Lire la suite

EUDOXE DE CNIDE (env. 400-355 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 1 184 mots

Dans le chapitre « Travaux mathématiques »  : […] Les travaux d'Eudoxe en mathématiques sont connus avec beaucoup plus de précision. D'après le témoignage de Proclus, il avait composé des traités qui ont servi de point de départ aux Éléments d' Euclide et même à des parties plus complexes de l'analyse géométrique ultérieure. Deux scolies anonymes aux Éléments lui attribuent la paternité du livre V et de la théorie savante des rapports qui s'y tr […] Lire la suite

GÉOMÉTRIE

  • Écrit par 
  • François RUSSO
  •  • 10 634 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La synthèse euclidienne »  : […] On rencontre déjà en Égypte ancienne, à côté d'une pratique géométrique, un début de science géométrique, comprenant notamment diverses propositions sur les propriétés du triangle et du cercle. Plus tard, en Grèce, principalement avec Thalès au vi e  siècle avant J.-C., Pythagore et Hippocrate de Khios au v e  siècle, Eudoxe au iv e  siècle, un nombre appréciable de résultats géométriques sont ob […] Lire la suite

INDE (Arts et culture) - Les mathématiques

  • Écrit par 
  • Agathe KELLER
  •  • 5 558 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Mathématiques à l’époque moderne : nouvelles langues, nouvelles manières de faire »  : […] Les travaux de Nārāyaṇa comme ceux dits de l’école du Kerala ont lieu dans un sous-continent indien où, à partir du xiii e   siècle déjà, se sont établis des royaumes dirigés par des familles musulmanes ayant pour la plupart leur origine en Afghanistan, en Iran et puis finalement en Inde, où s’installe l’Empire moghol au xv e  siècle. Sous leur règne arrivent donc d’autres traditions savantes en […] Lire la suite

INFINI, mathématiques

  • Écrit par 
  • Jean Toussaint DESANTI
  •  • 10 364 mots

Dans le chapitre « Les irrationnelles »  : […] Nous connaissons par Aristote ( Premiers Analytiques , 14, a, 26) en quoi a consisté la rencontre des Grecs avec l'infini mathématique. Ce fut la « découverte », attribuée à un pythagoricien, et qui fit scandale, de l'incommensurabilité de la diagonale du carré. Le premier scolie du livre X des Éléments d' Euclide, en même temps qu'il expose le contenu de la découverte, commente en ces termes la l […] Lire la suite

ISLAM (La civilisation islamique) - Les mathématiques et les autres sciences

  • Écrit par 
  • Georges C. ANAWATI, 
  • Roshdi RASHED
  • , Universalis
  •  • 22 470 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La théorie classique des nombres »  : […] La contribution des mathématiciens de l'époque à la théorie des nombres ne se borna pas à l'analyse diophantienne entière. Deux autres courants de recherche, partant de deux points distincts, ont abouti à l'extension et au renouvellement de la théorie hellénistique des nombres. Le premier courant avait pour source, mais aussi pour modèle, les trois livres arithmétiques des Éléments d' Euclide, tan […] Lire la suite

PROPORTION

  • Écrit par 
  • Philippe BOUDON, 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 8 241 mots

Dans le chapitre « La définition et l'usage »  : […] En toute rigueur, conformément à Euclide, la proportion, c'est l'équivalence de deux rapports entre des grandeurs homogènes ; elle est donc composée essentiellement de quatre termes : le second et le troisième sont dits moyens par opposition aux extrêmes . Quand les deux moyens sont égaux la proportion n'offre plus que trois termes dont la séquence engendre une progression . Les mathématiciens gr […] Lire la suite

RÉALITÉ CONCEPT DE

  • Écrit par 
  • Jean HAMBURGER
  •  • 4 338 mots

Dans le chapitre « Césures »  : […] Empruntant à la poésie le mot qui signifie démarcation entre deux hémistiches d'un même vers, j'ai proposé de nommer césure ce qui peut séparer les images d'un même objet étudié par deux méthodes scientifiques distinctes. Jusqu'à ces dernières années, on avait toujours admis implicitement la non-discontinuité de ces images. On n'imaginait pas qu'une pierre, un tissu vivant ou les phénomènes de la […] Lire la suite

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Numérisation des raisons »  : […] Dans La mesure du cercle d' Archimède, nous avons déjà noté des approximations de raisons non rationnelles par des rapports rationnels. Ainsi a 2  +  b est-il approximé par a  + ( b /2 a ) (méthode dite de Héron, mais en fait beaucoup plus ancienne) ou par a  + ( b /(2 a  + 1)). Dans le développement de ce type d'approximations, porteur de tout un courant numéricien, la géométrie et la théorie d […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean ITARD, « EUCLIDE (IVe-IIIe s. av. J.-C.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/euclide/