MANFREDI NINO (1921-2004)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Acteur italien. Doté d'une formation classique, Saturnino Manfredi fait d'abord ses classes à l'Académie d'art dramatique de Rome sous la direction d'Orazio Costa. Il entre en 1947 dans la compagnie de Vittorio Gassman et Evi Maltagliati avant d'être engagé au Piccolo Teatro de Milan où il joue dans Richard II, La Tempête, Roméo et Juliette, sous la direction de Giorgio Strehler. Sa vraie nature le porte vers la comédie et la revue : Rugantino, par exemple, triomphe de 1962 à 1964 sur toutes les scènes italiennes, ainsi qu'à Toronto, New York, Buenos Aires. Manfredi ne connaît pas au cinéma le même succès, même s'il tourne dans de nombreux films à partir de 1949. Au long des années 1950, il est surtout un faire-valoir dans des films de second plan. En 1958 encore, lorsque Dino Risi le dirige dans Venise, la lune et toi, Alberto Sordi lui vole la vedette. Et lorsque Nanni Loy lui offre un rôle, c'est pour un remake du Pigeon (Hold-up à la milanaise, 1959). Son personnage de pauvre diable ballotté par la vie s'épanouit ensuite dans des films de Gianni Puccini (L'Employé, 1959), Luigi Comencini (À cheval sur le tigre, 1961), Carlo Lizzani (Il carabiniere a cavallo, id.), Luigi Zampa (Les Années rugissantes, 1962), films dans lesquels il balance entre le comique et le dramatique, un trait d'interprétation qui traverse toute sa carrière.

On comprend que dès cette période, Nino Manfredi ait été tenté de passer à la réalisation pour acquérir une autonomie que le travail d'acteur ne lui offrait pas. En 1962, L'Amore difficile, un film à sketches signé par quatre metteurs en scène, lui donne l'occasion de faire ses classes avec l'épisode L'Avventura di un soldato, d'après une nouvelle d'Italo Calvino. Cette histoire sans paroles [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  MANFREDI NINO (1921-2004)  » est également traité dans :

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'importance des interprètes et le rôle des scénaristes »  : […] On se doute que la comédie italienne est avant tout rendue vivante par ses interprètes. Leurs types ont été décrits par Dino Risi et d'autres réalisateurs. Mais par-delà leurs différences d'origine, les « cinq grands » (Vittorio Gassman, Nino Manfredi, Marcello Mastroianni, Alberto Sordi et Ugo Tognazzi) incarnent chacun un aspect, voire plusieur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-italienne-cinema/#i_82208

Pour citer l’article

Jean A. GILI, « MANFREDI NINO - (1921-2004) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/nino-manfredi/