Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ETHNOLOGIE Ethno-esthétique

Résultats et questions

Reconnaître effectivement les arts primitifs en leur spécificité, c'est se demander comment s'articulent en eux les éléments spécifiquement artistiques et les éléments magico-religieux, économiques, politiques, etc. Cette reconnaissance suit ainsi une voie moyenne entre une simple assimilation de ces arts à notre art pur et formel (assimilation qui suffit à justifier leur présence dans les collections publiques ou privées) et une affirmation de leur altérité radicale (altérité qui, prise au sérieux, rendrait impossible leur étude et incompréhensible le goût que nous leur portons).

Aux concepts qui ne conviennent qu'à notre art doivent se substituer les appareils conceptuels que les usagers appliquent eux-mêmes à leurs arts. Quels sont ces appareils conceptuels ? Comment sont-ils appliqués ? Le respect de la spécificité des arts primitifs a pour moyen, en un premier temps, la prédominance accordée à l'enquête ethnographique, aux monographies. De telles enquêtes sont non seulement nécessaires, mais urgentes, car la transformation actuelle des sociétés sans écriture entraîne une disparition accélérée de leur objet. Elles se multiplient aujourd'hui, et il convient de citer la revue African Arts, publiée par l'université de Californie. Mais ces enquêtes monographiques ne sont pas suffisantes. Elles appellent au moins deux compléments : l'usage de la méthode comparative sous diverses formes et un recours qui nous semble inévitable à la philosophie de l'art.

Les monographies se faisant plus nombreuses et précises, des généralisations deviennent possibles. On peut ainsi traiter les divers arts ethniques comme les systèmes de parenté ou les mythologies. Ainsi, diverses formes de la « critique d'art » dans divers groupes ethniques ayant été étudiées, P. Bohannan émet l'hypothèse suivante : dans les sociétés primitives, le point de vue de l'usager l'emporte sur celui du producteur, à l'inverse du privilège que nous accordons à l'artiste et à la théorie de la création. Il est permis d'ajouter qu'on retrouve ainsi l'un des aspects de la philosophie grecque de l'art. Lorsque, dans les Mémorables, Socrate révèle aux artistes ce qu'ils font sans bien le savoir, c'est du point de vue de l'usager. Platon élabore complètement ce thème : la technique d'usage l'emporte sur la technique de production. Les données comparatives peuvent être tirées non seulement de l'histoire de l'art, mais aussi de l'histoire de la philosophie de l'art.

I. L. Child et L. Siroto ont comparé la façon dont des Bakwele et des Américains procédaient à l'évaluation esthétique d'objets identiques. Le résultat nous replace sur la voie moyenne entre identité et altérité. La thèse de l'universalité du goût, sous sa forme classique, est insoutenable. Mais le relativisme historiciste, le pluralisme radical le sont aussi. De telles questions appartiennent traditionnellement à la philosophie de l'art ; leur traitement ne peut ignorer de telles recherches. Mais, réciproquement, l'ethno-esthétique peut tirer profit de l'élaboration conceptuelle indissociable de toute problématique philosophique.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de philosophie, maître assistant à l'université de Rennes (U.E.R. de philosophie).

Classification

Pour citer cet article

Lucien STÉPHAN. ETHNOLOGIE - Ethno-esthétique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRICAINS CINÉMAS

    • Écrit par Jean-Louis COMOLLI
    • 1 131 mots

    L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels...

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    En Europe, le terme « anthropologie » désigna longtemps l'anthropologie physique, ce qui explique l'usage général du mot« ethnologie » pour les études s'appliquant à l'aspect social et culturel des populations, tandis que la préhistoire, l'archéologie et la linguistique constituaient des domaines...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par Olivier LESERVOISIER
    • 3 448 mots
    ...dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias
    ...développé cette même problématique des zones hors de l’État, cette fois à propos des hauts plateaux entre Soudan et Éthiopie. Combinant archéologie et ethnologie, il recense les diverses stratégies qu’ont adoptées différents groupes ethniques face à l’État, certains ayant opposé une résistance radicale,...
  • Afficher les 44 références

Voir aussi