Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ETHNOLOGIE Ethno-esthétique

Réduction du fait artistique

Dans les sociétés primitives, l'art n'existait pas, mais seulement la religion qui intégrerait ce que, par une abstraction arbitraire, nous appelons art. Le fonctionnalisme pose en hypothèse la détermination de la forme par la fonction. Entre la forme et les conditions dont elle dépend, la fonction entend établir une relation de conditions à conséquence. À la limite, toutes les conditions étant connues, la forme en est déductible. D'ensembles différents de conditions résulteront autant de formes différentes et, réciproquement, des formes différentes exercent des fonctions différentes dans des conditions différentes. Il existerait donc une correspondance biunivoque entre formes et fonctions.

Mais des enquêtes intensives ont infirmé ces propositions. Plus complète est l'enquête de terrain, moins soutenable l'hypothèse d'une correspondance biunivoque entre formes et fonctions. Deux types de faits l'infirment (G. Bochet) : une seule fonction est exercée par plusieurs formes différentes (polymorphisme) ou une seule forme exerce plusieurs fonctions (forme plurifonctionnelle). On constate, de plus, une dissociation des commentaires. D'une part, une interprétation ethnologique rapporte l'objet à ses conditions fonctionnelles ; d'autre part, lorsque les qualités des formes sont retenues, une analyse esthétique, généralement formaliste, leur est consacrée. Mais ces deux discours restent séparés : la détermination des formes par les conditions fonctionnelles n'est pas effectuée.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : agrégé de philosophie, maître assistant à l'université de Rennes (U.E.R. de philosophie).

Classification

Pour citer cet article

Lucien STÉPHAN. ETHNOLOGIE - Ethno-esthétique [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRICAINS CINÉMAS

    • Écrit par Jean-Louis COMOLLI
    • 1 131 mots

    L'histoire des cinémas africains se sépare difficilement de celle de la décolonisation. Il y eut d'abord des films de Blancs tournés en Afrique. Puis, à partir des années soixante, les nouveaux États africains ont été confrontés au problème de savoir quel rôle, quelle orientation, quels...

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    En Europe, le terme « anthropologie » désigna longtemps l'anthropologie physique, ce qui explique l'usage général du mot« ethnologie » pour les études s'appliquant à l'aspect social et culturel des populations, tandis que la préhistoire, l'archéologie et la linguistique constituaient des domaines...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par Olivier LESERVOISIER
    • 3 448 mots
    ...dans la prise de conscience de la nécessité de ne plus passer sous silence les effets de la dimension intersubjective de l'enquête de terrain. En dévoilant les frustrations et les colères de l'ethnologue contre ses hôtes, l'ouvrage révèle le caractère illusoire d'une observation neutre et montre...
  • ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE

    • Écrit par Jean-Paul DEMOULE
    • 4 849 mots
    • 3 médias
    ...développé cette même problématique des zones hors de l’État, cette fois à propos des hauts plateaux entre Soudan et Éthiopie. Combinant archéologie et ethnologie, il recense les diverses stratégies qu’ont adoptées différents groupes ethniques face à l’État, certains ayant opposé une résistance radicale,...
  • Afficher les 44 références

Voir aussi