HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS (1776-1822)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le musicien

L'activité musicale de Hoffmann, compositeur et critique musical qui s'était adjugé le prénom d'Amadeus en hommage à Mozart, mérite mieux qu'une mention courante en marge de sa création littéraire. Exceptionnellement doué pour les arts, il accepte, en 1808, après des études de droit, une situation de chef d'orchestre au Théâtre national de Bamberg, et y reste avec des fortunes diverses jusqu'en 1813 : c'est de ces années que datent la plupart de ses compositions les plus intéressantes. Il est ensuite chef de l'orchestre de la troupe Seconda à Leipzig et à Dresde (1813-1814). Ayant repris sa première profession, il est nommé juge à la cour d'appel puis membre du Conseil supérieur d'appel à Berlin.

Son œuvre la plus marquante est, sans aucun doute l'opéra féérique Undine (1813-1814), dont la première représentation au Théâtre royal de Berlin le 3 août 1816, soit cinq ans avant celle du Freischütz de Weber, est à la fois un sommet de son existence et une date importante du romantisme musical naissant. Comme auteur de « nouvelles musicales », il n'a jamais été surpassé : il faut citer, en tout cas, Le Chevalier Gluck (Ritter Gluck, 1809) et Don Juan (1813), et surtout le personnage du maître de chapelle (guetté par la folie), Kreisler, sorte d'autoportrait destiné à devenir la figure principale du roman Le Chat Murr (1819-1822). Quant à ses critiques, parues ou non dans l'Allgemeine musikalische Zeitung, elles restent exemplaires, en particulier celles consacrées à Beethoven (Cinquième Symphonie, Trios, op. 70) et réunies plus tard sous le titre La Musique instrumentale de Beethoven (Beethovens Instrumentalmusik, 1813). Il s'agit des premiers textes fondamentaux sur ce compositeur (qui en eut lui-même connaissance, mais seulement plusieurs années après). Le terme « romantisme », souvent utilisé par Hoffmann, inclut également pour lui Mozart, et même Haydn, en raison notamment du rôle joué par chacun d'eux dans l'émancipation de la musique instrumentale : ce qui ne l'empêche pas d'aimer passionnément l'opéra [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS (1776-1822)  » est également traité dans :

LE CHAT MURR, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 868 mots

Lorsque paraît le second volume du Chat Murr, en décembre 1821, E. T. A. Hoffmann n'a plus que quelques mois à vivre : la maladie l'emporte le 25 juin 1822, avant qu'il ait pu commencer la rédaction du troisième et dernier volume du roman. Cette fin abrupte contraste avec l'extrême vitalité d'un auteur qui, né en 1776, aura publié en sept ans presque l'ensemble de son abondante […] Lire la suite

CLASSIQUE MUSIQUE DITE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 920 mots
  •  • 4 médias

L'expression « musique classique » recouvre, selon les cas, des réalités fort diverses. La musique « classique » peut s'opposer à la musique dite populaire, légère ou de variété, et comprend alors toute la musique savante (ou sérieuse) européenne, des prédécesseurs de Pérotin aux successeurs de Pierre Boulez. On peut distinguer dans ce contexte de musique « sérieuse », la musique classique et la m […] Lire la suite

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Mozart, ou la rencontre avec la musique »  : […] Le thème avait évidemment inspiré d'autres musiciens avant Mozart : l'Allemand C. W. Glück, pour un ballet-pantomime (1761), et le Véronais G. Gazzaniga, pour un opéra donné à Vienne en 1787. Mais le « dramma giocoso » de Mozart, Don Giovanni , représenté à Prague la même année 1787, surpasse de loin toutes les compositions musicales auxquelles don Juan a jamais donné lieu (y compris le beau poème […] Lire la suite

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aux origines du roman policier »  : […] Le roman policier est peut-être né avec l' Œdipe roi de Sophocle. Œdipe mène l'enquête sur un crime ancien, l'assassinat du roi de Thèbes. Il découvrira le coupable : lui-même... l'enquêteur était le meurtrier. Plus traditionnellement, on fait remonter les débuts du genre au Zadig (1748) de Voltaire. Le héros y reconstitue, à partir de traces dans le sable, le signalement de la chienne de la rei […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel-François DEMET, Marc VIGNAL, « HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS - (1776-1822) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-theodor-amadeus-hoffmann/