CLASSIQUE MUSIQUE DITE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'expression « musique classique » recouvre, selon les cas, des réalités fort diverses. La musique « classique » peut s'opposer à la musique dite populaire, légère ou de variété, et comprend alors toute la musique savante (ou sérieuse) européenne, des prédécesseurs de Pérotin aux successeurs de Pierre Boulez. On peut distinguer dans ce contexte de musique « sérieuse », la musique classique et la musique moderne ou contemporaine, et faire commencer celle-ci avec Debussy par exemple, ou encore avec la génération qui eut vingt ans en 1945. Mais on appelle « classique contemporain » une personnalité ou une œuvre dont la situation et le rang ne sont plus contestés par les spécialistes, ni même parfois par le grand public, et qui ont pris valeur d'exemple : ainsi aujourd'hui Pierre Boulez (né en 1925) et son Marteau sans maître (1955). Dans le même ordre d'idées ou presque, on considère Schubert comme le représentant « classique » du lied allemand, Liszt comme celui du poème symphonique : ils furent les premiers à donner de ces genres respectifs et dans un contexte historique et esthétique précis une expression convaincante et durable. L'objet classique est en effet nécessairement convaincant, exemplaire et durable. Mais Schubert et Liszt relèvent de ce qu'on appelle traditionnellement le romantisme musical, dont les produits ne le sont pas moins. Et de fait, on oppose aussi musique classique à musique romantique, musique baroque, musique de la Renaissance, musique médiévale.

Liszt

Photographie : Liszt

Franz Liszt (1811-1886). Daguerréotype de 1841. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

En ce dernier sens, comme d'ailleurs en littérature, le terme est d'invention assez récente (début du xixe s.), et chronologiquement postérieur à celui de musique romantique (celui-ci ayant suscité celui-là). À noter en premier lieu que (pour ne prendre que deux exemples) le classicisme versaillais de Lalande ou de Rameau et le classicisme viennois de Haydn, de Mozart et de Beethoven ne se confondent ni esthétiquement ni dans le temps. À noter surtout qu'en tant que concepts stylistiques classicisme (issu des grands Viennois) et romantisme ne font largement qu'un. En musique, il y eut une période classico-romantique, instrumentale, dramatique et tonale, correspondant en gros à la suprématie germanique (1760-1910). Pourtant, à partir de Goethe, l'opposition classicisme-romantisme agita beaucoup les esprits. Les successeurs immédiats de Goethe (et déjà certains de ses familiers comme Zelter) se préoccupèrent surtout de défendre un programme : d'où les premières accusations de sécheresse, de pédantisme et de formalisme lancées contre le classicisme, ce qui est aussi absurde que de le définir tout simplement, même en prônant ces vertus, par la rigueur formelle et l'absence d'émotions indues. Goethe lui-même, plus soucieux de pondération, alla sans doute au cœur du problème dans sa lettre à Eckermann du 12 janvier 1827 : « Technique et mécanisme poussés à l'extrême [conduisent les compositeurs à un point où] leurs œuvres cessent d'être de la musique et n'ont plus rien à voir avec les sentiments humains ; confronté à elles, on ne peut rien apporter qui vienne de son propre esprit ou de son propre cœur. » Pour Goethe, n'est plus musique « celle qui par sa puissance despotique paralyse l'auditeur et le prive de son pouvoir d'imagination. C'est précisément l'équilibre des fonctions de l'artiste et de l'auditeur qui caractérise l'attitude classique » (Friedrich Blume).

Haydn

Photographie : Haydn

Portrait du compositeur autrichien Joseph Haydn (1732-1809), par George Dance, en 1794. 

Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Wolfgang Amadeus Mozart

Photographie : Wolfgang Amadeus Mozart

Mozart am Klavier («Mozart au piano»). Portrait inachevé par Joseph Lange (1789). 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

Beethoven

Photographie : Beethoven

Ludwig van Beethoven (1770-1827), chez le comte Razoumovski pour lequel il a composé ses trois quatuors à cordes opus 59. 

Crédits : Rischgitz/ Getty Images

Afficher

Le classique par excellence, de ce point de vue en tout cas, serait alors Haydn, y compris par rapport à Mozart et à Beethoven, ses frères en « classicisme viennois ». Pour E. T. A. Hoffmann, ces trois compositeurs étaient typiquement romantiques, mais la trilogie qu'ils forment fut reconnue en tant que telle, et pas seulement par Hoffmann, du vivant même de Beethoven (dès 1824, les musiciens et mélomanes parlaient déjà de « la sainte Triade »). Or, dans sa dernière acception, musique classique se réduit à classicisme viennois. Qu'on le veuille ou non, qu'ils l'aient admis ou non, des générations de compositeurs ont, d'une façon ou d'une autre, mesuré leur musique à l'aune de celle de Haydn, de Mozart et de Beethoven. Ces trois maîtres, en outre, par-delà tout ce qui les distingue, se définissent sur le plan du langage par des traits fondamentaux qu'ils ne partagent tous ni avec leurs prédécesseurs, ni avec leurs successeurs, ni avec leurs contemporains de seconde zone : style dramatique fondé sur la tonalité, avec polarisation tonique-dominante nettement affirmée et exploration totale du tempérament égal en matière de modulations, avec comme moteur principal l'action, le besoin de souligner les contrastes mais aussi de les réconcilier en une démarche transformant en unité l'opposition. À ces deux raisons s'en ajoute une troisième, la plus importante sans doute pour notre problème de dénomination, bien qu'elle découle directement de la précédente : les œuvres de Haydn, de Mozart et de Beethoven sont historiquement les premières qui n'eurent jamais besoin d'être redécouvertes, qui restèrent vivantes au plus profond du corps social, de leur époque à la nôtre.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Liszt

Liszt
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Haydn

Haydn
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Wolfgang Amadeus Mozart

Wolfgang Amadeus Mozart
Crédits : Erich Lessing/ AKG

photographie

Beethoven

Beethoven
Crédits : Rischgitz/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CLASSIQUE MUSIQUE DITE  » est également traité dans :

FANTASIA, film de Walt Disney

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 155 mots

Ancien réalisateur de films d'animation devenu producteur, créateur de Mickey Mouse, Walt Disney (1901-1966) avait connu un grand succès en inventant le dessin animé de long-métrage avec Blanche-Neige et les sept nains ( Snow White and the Seven Dwarfs , 1938), première étape d'une longue série d'adaptations de contes et de récits appartenant à la culture européenne. Cela l'encouragea à mettre en […] Lire la suite

MUSIQUE CONTEMPORAINE - La musique sérielle et le dodécaphonisme

  • Écrit par 
  • Pierre BARBAUD, 
  • Rémi LENGAGNE
  •  • 3 023 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gamme tempérée et structures élémentaires de l'harmonie classique »  : […] Pour bien comprendre ce que fut l'apport de la musique « à douze sons », il convient de faire auparavant une rapide étude du langage tonal, fondement de la musique occidentale traditionnelle. Ce langage utilise douze sons qui se renouvellent sur environ huit douzaines, nommées octaves. La théorie et la pratique de l'écriture musicale sont conçues pour que les éléments de l'ensemble ainsi défini […] Lire la suite

POLYPHONIE

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 2 165 mots

Par lui-même, le terme « polyphonie » (plusieurs voix) est quelque peu déconcertant. Entré progressivement dans l'usage, tant en français qu'en allemand, où il alterne sans règles bien précises avec Mehrstimmigkeit , qui l'a précédé, il ne figure encore chez Littré en 1863 que comme terme de physique (écho polyphone) et d'assyriologie (le même signe linguistique exprimant plusieurs sons) ; il en e […] Lire la suite

LE STYLE CLASSIQUE (C. Rosen)

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 1 584 mots

Le style classique, tel que l'envisage Charles Rosen, dans Le Style classique. Haydn, Mozart, Beethoven (Gallimard, 1978, initialement paru aux États-Unis en 1971, sous le titre The Classical Style ), « c'est d'abord un tournant dans l'évolution » de la musique ? cinquante ans de musique occidentale qui précipitent, par le fait de trois compositeurs, Haydn, Mozart et Beethoven, le xviii e  siècle […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marc VIGNAL, « CLASSIQUE MUSIQUE DITE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-dite-classique/