HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS (1776-1822)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poésie et vérité

L'œuvre d'Hoffmann doit une part de sa célébrité, non la meilleure sans doute, aux accessoires effrayants de ses « histoires à faire peur », ses « histoires de fantômes » (Spuckgeschichten). Sans souci des lecteurs superficiels, Hoffmann multiplie à plaisir les histoires de revenants, enterrés vifs, magiciens et horribles sorcières édentées qui peuplaient la littérature allemande du temps. Lui-même n'y croyait nullement, mais se servait de ces procédés peut-être un peu faciles pour exprimer, faute de moyens plus directs, sa propre angoisse.

Alors que la littérature telle qu'il la conçoit est nécessairement liée au monde extérieur, la musique n'appartiendrait selon lui qu'au monde purement spirituel. Parce qu'il ne sut pas peut-être y créer le pôle antithétique qu'il trouve dans la littérature, Hoffmann ne put créer « sa » vraie musique et son œuvre musicale est tombée dans l'oubli malgré quelques efforts pour la faire renaître. L'élément « démonique » – au sens goethéen – qu'Hoffmann perçoit dans la musique se retrouve cependant dans sa création la plus originale, chez le musicien fou Kreisler dont la biographie, qui devait constituer une œuvre autonome, se trouve éparpillée dans Le Chat Murr (Die Lebensansichten des Katers Murr, écrite à Berlin à partir de 1814, publiée en 1819-1821). Il y a sans doute une grande part de confession dans le jugement que l'auteur porte sur son personnage : nous devons, dit-il, « le considérer comme un musicien portant les traits du génie mais non pas génial lui-même, comme un génie raté et malheureux et nous devons attribuer sa folie à la démesure de son imagination débridée et incapable de trouver une forme ». Kreisler assume jusqu'à l'amour malheureux d'Hoffmann pour Julia Marc qui traverse sa vie et son œuvre. Tombé amoureux de son élève âgée de quinze ans alors que lui, marié depuis neuf ans, en avait trente-cinq, sa jalousie fut si forte qu'il en vint aux mains avec le fiancé de la jeune fille. Le scandale lui fermait la porte des Marc, mais Julia n'a cessé de l'inspirer. E [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS (1776-1822)  » est également traité dans :

LE CHAT MURR, Ernst Theodor Amadeus Hoffmann - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian HELMREICH
  •  • 868 mots

Lorsque paraît le second volume du Chat Murr, en décembre 1821, E. T. A. Hoffmann n'a plus que quelques mois à vivre : la maladie l'emporte le 25 juin 1822, avant qu'il ait pu commencer la rédaction du troisième et dernier volume du roman. Cette fin abrupte contraste avec l'extrême vitalité d'un auteur qui, né en 1776, aura publié en sept ans presque l'ensemble de son abondante […] Lire la suite

CLASSIQUE MUSIQUE DITE

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 920 mots
  •  • 4 médias

L'expression « musique classique » recouvre, selon les cas, des réalités fort diverses. La musique « classique » peut s'opposer à la musique dite populaire, légère ou de variété, et comprend alors toute la musique savante (ou sérieuse) européenne, des prédécesseurs de Pérotin aux successeurs de Pierre Boulez. On peut distinguer dans ce contexte de musique « sérieuse », la musique classique et la m […] Lire la suite

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Mozart, ou la rencontre avec la musique »  : […] Le thème avait évidemment inspiré d'autres musiciens avant Mozart : l'Allemand C. W. Glück, pour un ballet-pantomime (1761), et le Véronais G. Gazzaniga, pour un opéra donné à Vienne en 1787. Mais le « dramma giocoso » de Mozart, Don Giovanni , représenté à Prague la même année 1787, surpasse de loin toutes les compositions musicales auxquelles don Juan a jamais donné lieu (y compris le beau poème […] Lire la suite

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Aux origines du roman policier »  : […] Le roman policier est peut-être né avec l' Œdipe roi de Sophocle. Œdipe mène l'enquête sur un crime ancien, l'assassinat du roi de Thèbes. Il découvrira le coupable : lui-même... l'enquêteur était le meurtrier. Plus traditionnellement, on fait remonter les débuts du genre au Zadig (1748) de Voltaire. Le héros y reconstitue, à partir de traces dans le sable, le signalement de la chienne de la rei […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel-François DEMET, Marc VIGNAL, « HOFFMANN ERNST THEODOR AMADEUS - (1776-1822) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-theodor-amadeus-hoffmann/